Ça se joue à deux

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
43

Le 6 février 2010

3 étoiles

« …l’on apprécie vraiment les talents d’acteurs caméléons et la synergie de ce duo… »

 

C’est le vendredi 5 février, qu’était présentée, à guichets fermés, la pièce Ça se joue à deux, au Cégep de Lévis-Lauzon.  Écrit par les deux auteurs de la série Annie et ses hommes,  Annie Piérard et Bernard Dansereau et mettant en vedette le duo Guylaine Tremblay et Denis Bouchard, couple chéri de l’une des séries télévisées québécoises les plus marquantes de la décennie, il n’est pas étonnant que cette pièce attire l’attention du public.

Avec comme thème central l’amour et le couple au fil des ans et du temps, le duo Tremblay-Bouchard, incarnent plusieurs couples, d’âges différents et à des moments importants dans leur vie. Et à mesure que la pièce progresse, on découvre comment la vie de ces couples est interreliée les uns avec les autres.

Il y a d’abord François et Louise, qui décident après 24 ans de vie commune de réussir un « beau divorce ». Ceci ne plait pas nécessairement à leur fils Sébastien de 16 ans, qui doit choisir entre vivre avec sa mère ou son père. Mais pour l’instant, il a d’autres idées en tête, soit de découvrir l’amour avec sa copine Ariane. À l’autre bout du spectrum, on découvre avec bonheur, Marcel et Jeanine qui eux, s’endurent depuis soixante et un ans. À l’époque où le divorce n’était pas à la mode, ces deux petits vieux prennent plaisir à se confronter et se faire souffrir. Mais ils ne pourraient plus se passer l’un de l’autre. C’est du moins ce que comprend Jeanine quand son gros épais lui fausse compagnie. Une chance, il lui reste son fils, Olivier 53 ans, lecteur de nouvelle très connu, dont l’image est hyperimportante. Celui-ci tente bien que mal de régler ses problèmes d’infertilité au bras de sa jeune femme Karine de 23 ans, qui n’a d’yeux que pour son homme.

 

 

À la lumière de tous ces personnages (et quelques autres qui font de courtes apparitions), on découvre Guylaine et Denis sous de multiples facettes et l’on constate l’étendue de leur palette d’acteur.

Comme ils ne changent ni de costumes, ni de décors pour interpréter les divers tableaux de ces situations de couple, c’est grâce au jeu d’éclairage que la transition se fait entre deux scènes. De même, chaque personnage a, soit une manie (main tremblante, dos courbé, jouer avec sa mèche de cheveux), soit un accent ou timbre de voix particulier afin de les différencier rapidement. Car, bien qu’en première partie on prend le temps de bien nous situer les personnages et nous faire découvrir leurs petits travers et la dynamique de leur couple, en deuxième partie de la pièce ces gens interagissent ensemble et finissent tous par avoir un impact dans la vie des autres couples. Ils vont même jusqu’à interchanger les rôles, c’est-à-dire que Denis va à l’occasion jouer le rôle de la vieille dame, et Guylaine prendra, le temps d’un court moment, le rôle de Sébastien, lorsque celui-ci doit discuter avec son père. C’est vraiment dans ces situations que l’on apprécie vraiment les talents d’acteurs caméléons et la synergie de ce duo qu’ils ont développés au cours de leurs 7 ans ensemble à l’écran.

Au niveau des décors, bien peu d’accessoires sont utilisés, puisque les lieux changent constamment. Ils ont plutôt décidé de laisser libre cours à l’imagination pour que le public devine facilement qu’on se retrouve à la clinique, dans un salon, au poste de police ou même sur le pont Jacques-Cartier. Une table et deux chaises brunes, ainsi qu’un plat de fraises, c’est tout ce dont ils ont besoin. Pour l’éclairage, ce sont de petites lumières tout autour de la scène et quelques faisceaux lumineux de diverses couleurs qui agrémentent et diversifient les scènes. Vers la fin du spectacle, ils misent plutôt sur l’éclairage d’une dizaine de lampes hétéroclites, placées dans le fond de la scène pour faire une ambiance plus tamisée.

Un petit bémol pour cette pièce, le personnage de Karine 23 ans m’a semblé peu crédible et elle paraissait avoir 15 ans plutôt que 23.

Cette pièce plaira définitivement aux admirateurs de ce duo et/ou de la série Annie et ses hommes, puisqu’on y parle de couples et les dialogues sont vraiment du style de l’écriture que l’on retrouvait dans les situations de cette série.

 

 

Ayant déjà annoncé une supplémentaire le 29 octobre prochain au Cégep de Lévis-Lauzon, ils n’ont d’autre choix que d’offrir deux autres supplémentaires de leur plus récent projet théâtral les 28 et 29 janvier 2011 au Théâtre Capitole de Québec!

Pour le 29 octobre 2010 au Cegep de Lévis-Lauzon, réservations : Billeterie de l’Anglicane 418-836-6000 ouwww.billetech.com

Pour 28 et 29 janvier 2011 au Théâtre Capitole : Réservations : 418-694-4444 1-800-261-9903 ouwww.billetech.com

Comédiens : Denis Bouchard et Guylaine Tremblay
Textes : Annie Piérard et Bernard Dansereau
Mise en scène : Denis Bouchard et Guylaine Tremblay
Conception des décors : Jean Bard
Conception éclairages : Matthieu Larrivée
Assistance à la mise en scène et Régie : Jeanne Laperle
Direction technique et des tournées : Mario Dubé
Éclairage : Vincent Lavoie

Production Tandem.mu

http://www.casejoueadeux.com/

Mercure Communication

 

Crédit photos : Lise Breton et Matthieu Bichat de tandem.mu