Le paradis à la fin de vos jours

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
64

Le 21 janvier 2010

 

« Rita Lafontaine, la muse de Michel Tremblay, incarne Nana avec coeur
sensibilité et tendresse! »

 

Mercredi le 20 janvier, pour un soir seulement, la salle Albert-Rousseau avait l’honneur de recevoir en ses murs la charmante pièce de Michel Tremblay Le paradis à la fin de vos jours, jouée par une grande actrice chérie du public, Rita Lafontaine.

Pour avoir déjà vu Rita Lafontaine dans Bonbons Assortis et dans Encore une fois, si vous le permettez, j’ai éprouvé un réel plaisir à retrouver cette chère Nana, la mère de Michel Tremblay.

Lorsque le rideau se lève, Nana est au Paradis depuis plus de 40 ans. Elle nous entretient alors de ses impressions sur le paradis, qui ne ressemble pas du tout à ce qu’elle s’était fait raconter avant d’y aller. Elle ne se sent pas du tout assise à la droite du Père, mais plutôt coincée entre sa mère et sa belle-mère qui n’arrête pas de se picosser. Un vrai délice de l’entendre se plaindre du paradis! Elle en profite également pour se remémorer des anecdotes du temps de son vivant. Elle rend même un hommage à son fils Michel et sa pièce des Belles-Sœurs, (de 1968) lorsqu’elle apprend de son défunt mari qui vient la rejoindre au paradis, que son petit chouchou a du succès avec ses histoires. Pour l’occasion, des extraits audio de la pièce originale envahissent la salle, puis Nana nomme les artistes qui ont joué dans la pièce et qui se retrouvent maintenant avec elle au paradis.

 


 

Et que dire de ce décor paradisiaque. Rien de bien glamour dans ce dernier, mais bien original. Nana mentionne qu’au paradis les gens sont regroupés par famille et flottent chacun sur son nuage. Ainsi comme décor, on retrouve des chaises blanches, éparpillés partout, autant au sol que sur les murs, dans les airs. Chaque chaise est identifiée au nom du défunt à qui elle appartient. On y retrouve bien sûr Nana assise entre Victoire (sa belle-mère), et sa propre mère. Puis son mari Gabriel. Autour, on peut voir les noms des autres membres de la famille de Nana, ses connaissances, les acteurs qui ont joué dans les Belles Soeurs et même ses deux enfants morts à l’adolescence. Lorsqu’elle parle d’une de ses personnes, la lumière vient éclairer cette chaise, le temps de ce souvenir. Un décor simple et une mise en scène sobre, tout comme notre chère Nana.

Rita pour sa part, habillée comme Nana, avec une robe fleurie et son tablier, elle se promène pieds nus et, toute en douceur, elle nous raconte sa vie, ses pensées, ses appréhensions.

Le seul petit bémol que je peux avoir concernant une pièce aussi intime et en douceur, c’est que les gens dans le fond de la salle n’ont peut-être pas tous bien entendu le monologue de Nana. Avec une si grande salle et, n’ayant pas de micro, en parlant doucement, il fallait un silence parfait pour pouvoir tout bien comprendre.

 


Somme toute, Rita Lafontaine, la muse de Michel Tremblay, incarne Nana avec cœur, sensibilité et tendresse! 

Pièce de Michel Tremblay
Mise en scène de Frédéric Blanchette
Avec Rita Lafontaine dans le rôle de Nana

Concepteurs :
Décor : Olivier Landreville
Costume : François Barbeau
Éclairages : André Rioux
Conception sonore : Yves Morin assisté de Patrice D’aragon
Assistance à la mise en scène : Geneviève Lessard.

www.rideauvert.qc.ca

Salle Albert-Rousseau 
www.sallealbertrousseau.com

Mercure Communication

 

 

Crédit photos : Philippe Moussette

 


PARTAGER
Article précédentLa Reine Margot
Article suivantÇa se joue à deux