Le baiser du barbu Entrevues avec les acteurs / Appréciation du film

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
71

   Le 15 juin 2010

 

 

 

J'ai vu, en grande première, sur invitation de presse, le film le baiser du barbu. Un film d’Yves Pelletier qui, à travers un changement superficiel tel se faire pousser une barbe, parle de vie de couple, de relations amoureuses et d’amitié. Je vous en donne mon appréciation plus détaillée à la fin de cet article.

Entrevues :

J’ai rencontré, à l’Auberge St-Antoine à Québec, les comédiens David Savard et Isabelle Blais, le scénariste et réalisateur Yves Pelletier et la productrice Nicole Robert. Ce film sortira en salle le 18 juin 2010.

Questions pour Yves Pelletier  :Vous récidivez dans le style comédie romantique, avec Isabelle Blais. Considérez-vous Isabelle comme votre muse ? Votre barbe magique ?

Yves «Non (rires), mais c’est une actrice exceptionnelle. J’ai adoré travailler avec elle sur les aimants. Et quand tu as du plaisir avec quelqu’un, tu as envie de reproduire la chose. Dès la première audition du scénario du barbu, je la voyais en Vicky. La même chose pour David Savard, il était sur les aimants, un plus petit rôle, mais je sentais qu’il y avait des atomes crochus professionnellement avec lui. Quand tu travailles avec quelqu’un, tu le vois la complicité qui s’installe. Et en plus, il correspondait au personnage de la façon que je l’imaginais. Et il a une bonne barbe (rires). Et Isabelle c’est un peu une complice. Vu que j’ai passé beaucoup de temps avec elle sur les aimants, elle me comprend très bien. Je n’ai pas besoin de lui expliquer les choses»  

Question :Comment avez-vous trouvé l’inspiration pour ce film ?

Yves : « L’idée est née quand je me suis fait pousser la barbe pour le film Camping sauvage. Pour la crédibilité du rôle, vu que je n’ai pas l’air d’un motard, je me disais qu’il me fallait une barbe. Et j’ai détesté cela, pendant deux mois et demi. Alors pour canaliser ma contrariété, j’ai écrit cette histoire-là. Mais la barbe c’est juste l’idée de départ. Tout de suite ce qui m’a intéressé c’est de parler de la vie de couple. Qu’il arrive un changement d’apparence qui est censé être superficiel, mais que finalement cela prend une grande place. »

Question :Deux rôles de soutien fabuleux, qui sont vraiment tordants à regarder. Louis-José Houde dans le rôle de Renaud et Alexis Martin dans le rôle du psy. Est-ce que vous les voyez comme cela au départ ces personnages ou bien c’est en travaillant avec les acteurs qui sont venus ces interprétations?

Yves : « C’est comme cela que je les voyais et j’ai fait appel à eux spécifiquement pour le faire. Comme Louis-José, il ne fait pas d’improvisation, c’est le texte original. Il est d’ailleurs très appliqué, professionnel, docile comme comédien. Je remercie Émile Gaudreau, il y a dû lui montrer des affaires. Louis-José fait un personnage marginal. Il est un réalisateur qui parle à toute vitesse, il fait du coq à l’âne. Tout ce qu’il dit c’est cohérent et fait du sens, mais cela va vite vite vite. Lui se comprend, mais les autres ont de la difficulté à le saisir.  Dans le cas d’Alexis, c’est un psy très interventionniste, mais il est sincère. Il est plein de compassion envers ses clients, mais il a le diagnostic assez rapide et assez grave. Il a beaucoup d’imagination, disons»

 


En entrevue: Yves Pelletier, scénariste et réalisateur du film.

 

Questions pour David Savard :Premier grand rôle dans un film. Qu’est-ce qui a été le plus grand défi pour vous dans ce film ?

David « D’abord justement je dois prouver que je suis capable de tenir un premier rôle. Souvent dans l’industrie les gens ont besoin de le voir pour le croire. L’industrie est un peu comme Saint Thomas. Si cela peut prouver ça alors tant mieux. Sinon, le rôle comme tel c’est un défi intéressant. C’est un personnage tellement influençable qu’il se promène beaucoup, il change d’idée, il change d’humeur, d’état. Comme acteur aussi, j’ai plusieurs niveaux de jeu à faire. Jouer pour une audition de film, pour la  télé et pour le théâtre. Ayant moi-même déjà joué beaucoup au théâtre, cela m’a aidé à créer ce rôle. »

Question :Est-ce que vous avez des superstitions, des rituels, ou l’équivalent d’une barbe magique, en tant qu’acteur ?

David : « Je n’ai pas de superstitions, mais au théâtre j’aime avoir souvent la même routine. Me réchauffer avant de me maquiller. J’aime aussi finir mon réchauffement de la même façon. C’est souvent des habitudes plus que des superstitions. Je ne pense pas que je vais jouer un mauvais show si je ne fais pas précisément la même affaire. Et de faire toujours la même routine, cela permet d’être bien préparé et cela te sécurise un peu. »

Question :Qu’est-ce que vous diriez aux gens qui hésitent à aller voir ce film ? 

David : « Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui aiment les comédies romantiques, mais je sais aussi qu’il y a beaucoup de gens qui n’aiment pas les comédies romantiques aussi. Je ne suis pas un amateur de ces films, je ne regarde pas les comédies romantiques américaines. Mais ici, c’est la touche Yves Pelletier qui fait que ce n’est pas une comédie romantique standard. Avec lui, il y a des petits retournements, des fantaisies. Au niveau des personnages, ce ne sont pas des antagonistes qui vont s’aimer. Ce sont deux personnes qui s’aiment réellement, mais qui vont vivre des situations qui vont venir mêler la sauce. Cela reste une comédie romantique, mais avec la touche Yves Pelletier, ce qui rend cela alors vraiment intéressant. »

 


En entrevue: David Savard

 

 

Questions pour Isabell Blais:

Question : Une deuxième collaboration avec Yves Pelletier, qu’est-ce qui vous a attiré cette fois-ci pour ce rôle?

Isabelle : « C’est agréable de jouer avec Yves. Et j’aime bien changer d’univers aussi. Je trouve que c’est aussi difficile faire une comédie qu’un gros drame. Je trouve que jouer une comédie c’est sous-estimé. Pour moi, je trouve que c’est un défi à jouer. Dans l’écriture de Yves, il y a beaucoup de finesse. Ce ne sont pas des gros gags soulignés. En fait, il nous ramenait toujours à quelque chose de vrai. Pour moi, c’est autant de travail et de préparation faire une comédie. C’est sûr par contre que cela vide moins émotivement qu’un drame. J’aime l’univers de Yves Pelletier. Il présente tous les rouages de la comédie romantique, mais il amène aussi des éléments surprenants, comme la barbe, les allergies. Il a toujours une touche d’originalité qui me fait sourire et que je trouve charmante. Quand un rôle t’est offert comme cela, c’est fantastique»

Question : Est-ce que vous avez des superstitions, des rituels, ou l’équivalent d’une barbe magique, en tant qu’acteur?

Isabelle : « Je n’ai pas cela moi. Car si je commence à prendre un élément, un détail, cela peut vite s’enchaîner et grossir et cela peut prendre tellement d’importance et par la suite tu deviens pris avec cela. Par contre, pour travailler j’ai quand même une façon de me réchauffer, pour me concentrer, me mettre dans la peau de mon personnage, mais sans plus.  »

Question : Qu’est-ce que vous diriez aux gens qui hésitent à aller voir ce film? 

Isabelle : « Je dirais que c’est un feel good movie et que si les gens ont le goût d’être de bonne humeur, c’est le film idéal pour cela.  »

 


En entrevue : Isabelle Blais

 

Questions pour la productrice Nicole Robert ::

Question : Voici encore une belle collaboration avec Yves Pelletier pour son deuxième film. Qu’est-ce qui vous attire en tant que productrice pour embarquer dans un projet d’Yves Pelletier?

Nicole : « Je trouve que Yves a une personnalité qui se distingue dans notre milieu du cinéma. On n’a pas beaucoup d’auteurs justement de comédie romantique et moi aussi c’est un genre qui me rejoint, peut-être parce que je suis une femme. Il le fait d’une façon originale. Il a un ton bien à lui, vraiment une écriture très fine. Je l’ai d’abord connu comme comédien dans Karmina et coscénariste et quand il est arrivé avec le projet les aimants, j’ai trouvé l’idée tellement originale. Quand je m’embarque avec un réalisateur, j’aime ça, si cela a bien été, pouvoir encourager la continuité.  »

Question : Pensez-vous lancer ce film à l’international ou dans les festivals?

Nicole : «C’est sûr, on a un vendeur à l’étranger, les films Sévilles. Je suis avec eux depuis très longtemps. Je suis quelqu’un qui est fidèle. Le film n’était pas prêt pour le marché de Canne, mais il va être prêt pour le prochain marché et je pense que ce sera Toronto. Puis on va aller à la semaine du Cinéma à Paris. Le premier film d’Yves s’était quand même assez vendu. On avait même vendu un remake pour la télévision russe. Alors, qui sait où on va réussir à vendre celui-ci à l’étranger? »

 


Nicole Robert la productrice. L'équipe au complet : Yves Pelletier, Nicole Robert, Isabelle Blais et David Savard

 

 

Pour plus de photos des entrevues : http://espace.canoe.ca/breton2010/album/view/838362

Synopsis :

Benoit (David Savard), un comédien qui survit grâce à un emploi de barman, suit le conseil de son frère Frank (Ricardo Trogi), un ex-joueur de hockey devenu son agent. Il décide de se faire pousser la barbe pour un rôle dans un souper-spectacle. Sa blonde Vicky (Isabelle Blais), une ex-dramaturge devenue bibliothécaire, accepte mal cette nouvelle lubie, car elle retarde leur projet d’acheter le condo de leurs amis Caro (Hélène Bourgeois-Leclerc) et Vincent (Pierre-François Legendre), qui tiennent un salon de coiffure et d’esthétique. Mais la barbe de Benoit semble magique : il commence à avoir du succès. Vicky, elle, développe une mystérieuse allergie à la pilosité de son chum.

 

Ce vidéo n'est pas une propriété d'Info-Culture.Biz.

 

 

Mon appréciation :

Ayant adoré le film précédent d’Yves Pelletier, Les aimants, j’espérais bien que cette nouvelle comédie romantique de ce RBO devenu scénariste et réalisateur, soit dans le même style. Or je n’ai pas été déçu. Pour décrire ce film, je dirais que c’est un bon divertissement, qui parle de vie de couple, de relations amoureuses, d’amitié et toutes les émotions qui tournent autour de ces relations. Mais ajoutez à cela la touche Yves Pelletier qui a le don de pimenter ses histoires avec des moments drôles, d’autres touchants et certains même carrément surprenants. Des revirements de situations, des personnages colorés, des performances d’acteurs sublimes, que demander de mieux pour ce film léger d’été.

Bien que l’histoire a comme trame de fond le changement de look d’un acteur qui tente de percer dans son domaine, il faut regarder au-delà du côté esthétique pour voir les changements de comportement que cela entraîne, les difficultés du couple lorsqu’un des deux a du succès, les relations avec les amis qui tentent eux aussi de s’adapter à ces nouvelles situations. Bref, le film idéal pour nous parler des relations entre les hommes et les femmes et les diverses émotions, comme la jalousie, la confiance en soi, l’envie que cela génère. Une vraie comédie romantique comme je les aime, qui donne le sourire en sortant de la salle.

Il y a cependant quelques longueurs à certains moments donnés, où à mon avis, on aurait pu couper. Par contre, je tiens à souligner la qualité de la distribution qui a été faite par Yves pour nous donner des rôles aussi crédibles.

D’abord, soulignons la chimie qui fonctionne très bien entre Isabelle Blais et David Savard (pour qui c’est un premier grand rôle au cinéma). On croit rapidement à ce couple amoureux et on s’y attache facilement. Également, une mention d’honneur revient à Louis-José Houde pour son rôle de Renaud, un réalisateur un peu flyé, incompris dans son langage. Bien qu’il joue ce rôle un peu à la manière de Louis-José, ce personnage donne du piquant au film et c’est très drôle. Une autre performance que je dois souligner est celle d’Alexis Martin, dans le rôle d’un psy très interventionniste.  Il le joue de manière très juste et le ridicule de ses diagnostics nous fait nous bidonner à chacune de ses interventions. Les autres rôles de soutien sont également en plein dans le mille. Je songe ici à Hélène Bourgeois Leclerc, Claude Laroche, Bénédicte Décary, David Boutin, Pierre-François Legendre. Il n’y a que Ricardo Trogi dont je ne suis pas certaine du casting, je comprenais mal ce personnage. Toujours un livre à la main, cet ancien joueur de hockey, que j’aurais plutôt associé à la boxe, tente sa chance comme agent de son frère (David). J’y ai plus ou moins cru.

À la fin, le côté romantique vient émouvoir la gent féminine qui comme moi adore les fins heureuses. Et les gars de leur côté, se verront sûrement accorder des « airs looses » pour accompagner leur dulcinée à ce visionnement de film.

Des personnages attachants, une histoire touchante et divertissante, voilà ce que nous réserve cette comédie romantique au ton léger pour l’été!


Bénédicte Décary et David Savard. Ricardo Trogi, Hélène Bourgeois-Leclerc, Isabelle Blais et David Savard


Louis-José Houde, Benoit Gouin, Pierre-François Legendre
 

Équipe de conception : Fiche technique

Scénariste et Réalisateur Yves Pelletier
productrices par Nicole Robert et Martine Beauchemin  de GoFilms
Directeur photo Pierre Jodoin
Directeur artistique Francis Tremblay
Directrice casting Catherine Didelot
Créatrice costumes Louise Despatie
Monteuse Dominique Fortin


Distributeur au Canada Alliance Vivafilm
Ventes internationales Les films Sévilles

 

 


David Boutin, David Savard. Isabelle Blais et David Savard

 

 

Distribution
Benoit David Savard
Vicky Isabelle Blais
Renaud Louis-José Houde
Frank Ricardo Trogi
Quentin David Boutin
Caro Hélène Bourgeois Leclerc
Vincent Pierre-François Legendre
Trottier Benoit Gouin
Psy Alexis Martin
Mélissa Bénédicte Décary
Maude Brigitte Pogonat
Gilbert Claude Laroche

 


 

Date de sortie en salle: Vendredi 18 juin 2010

GoFilms
http://www.gofilms.ca/


Alliance Vivafilm
www.vivafilm.com


Communications Popcorn

 

crédit photos : Lise Breton et Alliance Vivafilm