La Cage aux Folles

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
Benoit Brière

Après avoir été présenté tout l’été au Théâtre du Vieux-Terrebonne, c’est dans une ambiance festive et colorée qu’a eu lieu, mercredi soir dernier, la grande première de la pièce de théâtre La Cage aux folles présentée en exclusivité à Québec au Théâtre Capitole du 21 septembre au 16 octobre. Pour l’occasion, le Capitole a déroulé son tapis rose, pour accueillir en grand le public de Québec. Avec un cocktail de bienvenue, des boas de foulards à plumes et une haie d’honneur de travestis, on peut dire que les promoteurs de l’évènement ont vraiment tout donné pour faire de la première de cette mégaproduction, un véritable happening.

 

 

 

 

 

 

Cocktail avant le spectacle

Synopsis

Georges et Albin (alias Zaza) forment un couple homosexuel qui possède un cabaret de danseurs travestis appelé «La Cageaux folles » dont Albin (Benoit Brière) est la vedette principale. Georges (Alain Zouvi) reçoit la visite de son fils, Laurent (Frédéric Millaire-Zouvi), qui lui annonce qu’il va se marier. Les parents (Louise Bonbardier et Normand D’Amour) de la fiancée (Stéphanie M. Germain)  sont, quant à eux, très conservateurs et ignorent tout des futurs beaux-parents de leur fille… d’autant plus que le père est un membre éminent du parti ultraconservateur. Pour ne pas choquer sa future belle-famille, Laurent demande à son père de jouer le jeu de la famille respectable et invite même sa mère biologique (Marie-France Lambert) à la future réunion de famille. Pendant ce temps, Georges tente par tous les moyens d’éloigner Albin de cette rencontre. Mais en vain, le conflit éclate au sein du couple et la situation dégénère rapidement…

 

Alain Zouvi et Éric Paulhus

Avec 13 comédiens sur scène, un décor grandiose et fabuleux ainsi qu’une multitude de perruques, costumes, robes à paillettes et autres accessoires affriolants, les gens de Québec en ont eu pour leur argent avec ce spectacle à grand déploiement de plus de 2 heures trente avec un entracte de 20 minutes.

Après avoir repris avec brio le célèbre rôle interprété par Louis de Funès dans la pièce Oscar, puis s’être approprié les textes légendaires des monologues d’Yvon Deschamps dans Le boss est mort, voilà que Benoit Brière chausse à nouveau de grandes pointures… à talons hauts cette fois-ci, en reprenant le rôle d’Albin joué auparavant par l’inoubliable Michel Serreault. Un défi de taille que Benoit Brière relève brillamment, au plus grand plaisir du public du Capitole, qui se bidonne à chacune de ses apparitions sur scène.

La Cage aux Folles

Au niveau de la scénographie, un travail colossal et grandiose a été fait pour nous donner sur scène, le décor d’une maison somptueuse de travestis, avec du rose bonbon à profusion, des statuettes et des paillettes, qui se transforme en deuxième partie, en presque monastère austère et religieux. En un clin d’œil, ce décor se transforme en cabaret, le temps d’une chanson. Car, en se basant sur le texte original de la pièce de théâtre, plutôt que sur le film du même titre, Normand Chouinard a décidé d’ajouter sa touche personnelle et d’intégrer des numéros de chant et de danse dans le cabaret donnant ainsi la chance à ces comédiens merveilleux, de nous éblouir dans leurs beaux costumes de drag queen!

 

 

Éric Bernier

Cette comédie complètement loufoque, nous en met plein la vue, et on se doit de souligner la performance magistrale des divers interprètes. Avec un jeu éclatant et audacieux, la chimie entre Benoit Brière et Alain Zouvi opère. On en oublie presque la version originale. À eux deux s’ajoutent Éric Paulhus (Jacob) et à Éric Bernier (Mercedes), dont les mimiques font rire aux larmes grâce à leur extravagance et leur jeu comique plus grand que nature.

 

Dans le rôle plus effacé et plus straight, on retrouve Frédéric Millaire-Zouvi qui joue le rôle du fils avec son propre père. Un beau contraste entre les deux personnages, pour mettre en valeur le côté fofolle des travestis.

Naturellement, les moments forts de la pièce se caractérisent par la présence de Benoit Brière sur scène, dans des situations loufoques inoubliables, comme la scène de la biscotte et celle de la démarche àla Gabin, où la féminité de ZaZa prend le dessus malgré tous ses efforts à se masculiniser.

 

 

Les drags queen à l'accueil

La pièce est présentée au Théâtre du Capitole jusqu’au 16 octobre prochain. Aussi disponible en repas-spectacle du 22 septembre au 16 octobre 2011

 

Pour la galerie de photos : http://espace.canoe.ca/infoculture/album/view/856032

Comédie de Jean Poiret

Coproduction du Théâtre du Vieux-Terrebonne et les Productions Lélie inc.,

Mise en scène de Normand Chouinard

Direction artistique de Benoît Brière.

 

 

 

Nathalie Shink et Geneviève White de Mercure Communication

Avec Benoît Brière et Alain Zouvi

Marie-France Lambert, Normand D’Amour, Éric Bernier, Louise Bombardier, Marc Legault, Éric Paulhus, Olivier Aubin, Stéphanie M. Germain, Frédéric Millaire-Zouvi, Benoît Rioux et Claude Tremblay.

http://www.lecapitole.com

http://www.cageauxfolles.com/

http://mercurecommunication.com/

crédit photos :  Benoit Roy