Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Kanata une histoire renversée 1ère partie

3 novembre 2011 15 h 01 min 0 commentaire
Views: 312

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Mizael Bilodeau

Tags:

Chez les Hurons

Chez les Hurons

« Une histoire renversée » est une brève et très courte explication de toute la profondeur que représente le travail historique, scénographique et textuel de cette pièce.

Le froncement sourcilier de certains est compréhensible. Un cours d’histoire donnée par des marionnettes a un « je ne sais quoi »
de différent d’une production théâtrale ordinaire. KANATA est une expérience fascinante qui va probablement en amuser et en interpeller plus d’un.

Faire partie d’une famille d’Hurons-Wendat décimée par la maladie des hommes blancs, assistés à l’endoctrinement des Amérindiens par les jésuites ou encore entendre l’assemblée iroquoise des différentes nations sont tous des tableaux que le spectateur admire.

 

Castor d'Or et Loup bleu

Castor d'Or et Loup bleu

La narration s’effectue sur deux paliers. D’une part, il y a celle du loup bleu et de son acolyte le castor qui permet une vue d’ensemble sur l’histoire de la pièce avec une certaine tendance animalière commentant les agissements humains d’un point de vue externe. D’autre part, une narration plus proche du spectateur présente toute la complexité et à la fois la simplicité du tissu social que forme la communauté des premières nations. L’ironie des personnages est intemporelle; elle parvient à traverser les siècles et toucher à la fois notre raison et notre cœur.

L’histoire du Canada, divulguée par nos professeurs de la petite école, est très difficilement comparable à la narration de ce fameux loup bleu présent tout le long de la pièce. Un sujet très large est parfois difficile à encadrer dans le cadre restreint des contraintes qu’impose le théâtre, mais l’expérience est jouée avec succès. Le mariage entre marionnettes et décor changeant abat quelques barrières théâtrales. Le côté parfois enfantin de se retrouver dans un spectacle de marionnette ne devrait remettre aucunement en question votre soirée en compagnie de mains qui parlent la langue des perdants.

Notre histoire patrimoniale n’est pas souvent exprimée par la bouche des vaincus. Elle est parfois même dépourvue de la partie la plus
importante : celle de ses premiers habitants. Ils ont été décimés par milliers par les maladies, mais il faut tout de moins avoir à l’idée que la
population d’hommes en Amérique du Nord était, selon plusieurs historiens, plus importante que celle de l’Europe avant l’arrivée des premiers explorateurs. On ne peut pas nier la cruauté acerbe des Européens en quête de profit aux Amériques, mais on doit tout de même comprendre afin d’éviter de faire les mêmes erreurs que celles du passé.

Cette pièce est un cri du cœur de la proie constamment sous la botte du prédateur. Du vaincu annihilé ou tout simplement oublié dans une
très courte page du livre de notre histoire se mettre dans la peau des gens de l’époque est la donne que réalise le Théâtre du Sous-Marin Jaune. Donnons un applaudissement à Antoine Laprise et Jacques Laroche; il est grandement mérité.

Cette pièce est présentée au Théâtre de la Bordée du 1er au 26 novembre 2011

Co-diffusion avec le Théâtre du Sous-Marin Jaune

Texte de Jean-Frédéric Messier, assisté de Loup bleu,
Antoine Laprise et Jacques Laroche.

Mise en scène d’Antoine Laprise et de Jacques Laroche

Distribution : Antoine Laprise, Jacques Laroche, Suzanne Lemoine et Guy Daniel Tremblay.

Conception : Christian Fontaine, Stéphanie Cloutier, Katia
Talbot, Erica Schmitz, Christian Bouchard, Frédéric Saint-Hilaire, Yves Sioui-Durand et Mario Laprise.

http://www.bordee.qc.ca/saisdon/kanata.html

crédit photos: Nicola-Frank Vachon

Print Friendly
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top