Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

On ne mourra pas d’en parler dès le 23 mars

6 mars 2012 11 h 21 min 0 commentaire
Views: 41

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Info-Culture

Tags:

On ne mourra pas d'en parler dès le 23 mars

On ne mourra pas d'en parler dès le 23 mars

Les Productions du Rapide-Blanc sont heureuses d’annoncer la sortie du film qui avait touché et marqué des centaines de personnes aux Rendez-vous du cinéma québécois 2011 (sous le titre de travail Les Équilibristes) et qui ne laisse personne indifférent, le 23 mars prochain.

« À l’âge de raison, 7 ans bien sonnés, la religion catholique a pris racine dans mon quotidien avec son paradis et son enfer. Période importante, où j’ai j’entrepris le deal de ma vie. ‘ Mon Dieu s.v.p., laissez-moi vivre jusqu’à vingt ans, je promets de ne plus jamais… ‘. Chaque soir, seule devant cette hantise de ma mort, je répétais ce rituel dans le plus grand secret. Puis, les années ont passé et la mort a pris le bord. J’étais trop occupée à vivre ma vie. C’est ce que je croyais. Mais elle m’a rattrapée à travers des deuils successifs et un événement personnel particulièrement troublant. Aujourd’hui, à travers ce film, je revisite ‘ ce monstre de l’enfance ‘ devenu un puissant tabou de société. »

– Violette Daneau

Dans ce road movie intérieur la réalisatrice, une femme lucide et en santé, ose questionner la mort. À 59 ans, elle cherche des réponses auprès de gens qui sont proches de la mort, accompagnants, malades, anthropologues… Filmé au Québec, en Suisse, en Espagne et aux États-Unis, On ne mourra pas d’en parler propose une rencontre dynamique, courageuse et déroutante, avec la courbe de notre humanité. En voulant faire un film sur la mort, Violette Daneau a fait un film sur la vie. Et si regarder la mort en face aidait à vivre…

Le film sera lancé en première au Lion d’Or le lundi 19 mars à 19 h. L’animation de la soirée est confiée à Michel Faubert, participant au film qui « prendra le parti de la mort, cette délaissée de notre société ». La projection du film se fera en présence de plusieurs membres de l’équipe, de participants au film et d’un invité spécial : Jean-Marie Lapointe, qui a lui-même une riche expérience d’accompagnement de gens en fin de vie.

Le film prendra ensuite l’affiche au Cinéma Beaubien à Montréal à compter du vendredi 23 mars, du Cinéma Le Clap dès le 30 mars, ainsi qu’à Chicoutimi (18 avril), Rimouski (5 avril, sujet à changement) et Sherbrooke (date à confirmer). Une projection spéciale aura lieu le mardi 24 avril à la « Prison de Bordeaux », où une séquence du film a été tournée.

Le film est produit pour les Productions du Rapide-Blanc par Sylvie Van Brabant et Claude Cartier.  Depuis 1981, Sylvie Van Brabant a réalisé une douzaine de films, dont plusieurs ont été couronnés de prix  (Visionnaires planétaires 2009 en compétition officielle à IDFA, primé à Planet in Focus, Portneuf, Sept-Îles, Reykjavík, finaliste Meilleur documentaire Science et nature, Prix Gémeaux). Cofondatrice, avec Serge Giguère, de Les Productions du Rapide-Blanc Inc., elle dirige avec passion cette boîte qui a produit depuis 1984 une vingtaine de documentaires lauréats de nombreux prix, ici et ailleurs.

Claude Cartier est connu comme producteur de longs-métrages de fiction (« Le cri de la nuit » de Jean Beaudry,  « Trois temps après la mort d’Anna » de Catherine Martin). C’est dans le documentaire d’auteur qu’il s’est cependant spécialisé et ce, à titre de producteur. Parmi ses productions, « La terre des autres » de Bernard Émond, « Les dames du 9e », « Océan » et « L’esprit des lieux » de Catherine Martin, « Des jeux pour tous » de Luc Coté.


Les Productions du Rapide-Blanc Inc.

Un désir de capter et traduire le réel, une quête incessante de sujets essentiels, un regard pénétrant sur notre société, un espace de liberté créatrice pour les auteurs et cinéastes, voilà ce qui définit d’abord Les Productions du Rapide-Blanc. Depuis 1984, cette compagnie fondée par Serge Giguère et Sylvie Van Brabant, auxquels se joint bientôt l’auteure Francine Tougas, propose des films percutants, poétiques, personnels ou critiques, qui mettent de l’avant un engagement envers la culture populaire et les questions d’ordre humain, social et environnemental. En 1997, la fille des fondateurs, Katerine Giguère, vient compléter l’équipe de direction. Résolument ouverte à la parole de la relève, cette maison de production accueille de jeunes créateurs et les encourage à exprimer leur vision, à faire entendre leur voix. Aujourd’hui, avec 21 films achevés et plusieurs projets en devenir, Les Productions du Rapide-Blanc restent tournées vers l’avenir.

Depuis 2009, Rapide-Blanc développe une approche originale de distribution de proximité, pour ancrer ses films dans le débat citoyen et aller à la rencontre de tous ses publics. Le film de Violette Daneau est codistribué par Les  Productions du Rapide-Blanc et Films 2.0.

Films 2.0

Films 2.0 est une société de distribution de films dont la mission est de promouvoir et d’augmenter la visibilité de la cinématographie québécoise et canadienne via des stratégies de mise en marché novatrices et adaptées aux besoins des cinéphiles d’aujourd’hui. Films 2.0 rassemble les compétences de chefs de fil des mondes de la publicité, du web et de l’industrie du cinéma.

Print Friendly, PDF & Email
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top