Le malade imaginaire, l’actualisation d’un chef d’oeuvre

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
59

Le malade imaginaireAprès Grand peur et misère du troisième Reich de Bertolt Brecht présenté à Montréal, La Compagnie de la Lettre 5, connue aussi sous le nom de Black Moon Théâtre, interprète le Malade imaginaire de Molière au Lion d’or de Montréal. La première présentation de cette production a eu lieu hier soir. Elle sera suivie de deux autres les 14 et 21 août prochains. Trois occasions de vivre une performance unique donnée par la mise en scène originale et extravagante de la pièce.

On retrouve le grand classique de Molière mis à jour et transformé par les soins du metteur en scène René Migliaccio qui lui donne un genre et un regard peu commun. Une entreprise osée au vue de la renommée de la pièce et qui suscite des réactions dans la salle.

Jusqu’ici René a su repousser les limites et les contraintes du jeu de scène avec beaucoup de succès. Les pièces qu’il a transcrites ont traversé les océans. Ainsi, on a pu voir La Métamorphose de Kafka, Don Juan de Molière ou l’Enfer de Dante passer successivement par l’Allemagne, l’Angleterre, l’Inde, les USA, la France, la Tchécoslovaquie ou le Canada. Avec sa troupe de comédiens la Black Moon Théâtre Company, il revisite les œuvres classiques sous le prisme du mouvement qu’il a lui-même initié : « l’expressionnisme réalisme ».

Argan, Béline et Béralde discutent le testament d'Argan
Argan, Béline et Béralde discutent le testament d’Argan

Avec quelques traits empruntés à la Commedia Dell’Arte dans le jeu des comédiens comme les masques, les couleurs perçantes des habits et l’expression scénique très forte, René Migliaccio appui le jeu du corps. Selon lui, « le visage est le masque, le corps devient l’expression du comportement et l’intensité des émotions est retransmise par les mouvements. » Dans la pièce revisitée, les époques sont nouées les unes aux autres par les costumes de ses comédiens et sur le fond de la pièce du maitre dramaturge, René Migliaccio nous étonne en dédoublant le personnage principal et en diffusant sa vision en vidéo en arrière plan.

Si l’assemblage du théâtre et du cinéma visé est discutable au niveau de sa pertinence, le caractère de chacun des personnages est tout à fait respecté et le jeu des acteurs de la compagnie est appréciable. Spectateurs avertis et amateurs peuvent y passer un bon moment devant ce spectacle léger et tinté d’humour.

Résumé :

Dans Le Malade imaginaire, Argan, le personnage principal, se croit malade à un tel point qu’il ne peut vivre sans être entouré de médecins. Pour avoir un gendre médecin, il imagine donner sa fille Angélique au fils de son médecin préféré, tandis que son épouse Béline se conduit en parfaite marâtre. Heureusement, Toinette, la généreuse servante d’Argan, fera le nécessaire pour déjouer les manigances des médecins et l’hypocrisie de la belle-mère, pour ainsi sauver les amours de sa jeune maîtresse Angélique.

Mise en scène: René Migliaccio
Comédien(ne)s: Pascale Brochu, Catherine Brunet, Jean-Charles Fonti, Stéphanie Ribeyreix, Denis Harvey, Rémy Ouellet, Jean Philippe Richard
Lumières: Stéphanie Johnson (Lightessence design) et Emilie Fecteau.

Pour en savoir plus

Consultez le site web de la compagnie par ce lien.

Les billets, au coût de 20 $, sont disponibles à L’Échange (713, av. du Mont-Royal Est) ou à la billetterie du Lion d’or (514 598 0709).

Le Lion d’or
1676 Rue Ontario Est
Montréal, QC H2L 1S7
(514) 598-0709
www.cabaretliondor.com

Crédit photos : Alexandre Vigneault et Julie Cler