Entrevues avec les artisans du film Miraculum de Podz

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
32
Miraculum
Miraculum

Après avoir ouvert la 32e édition des Rendez-vous du cinéma québécois à Montréal, le 20 février dernier, voilà que Miraculum, le film tant attendu de Podz prend enfin l’affiche dans nos salles de cinéma partout au Québec, dès demain, le 28 février 2014. 

J’ai rencontré le scénariste et acteur Gabriel Sabourin, le réalisateur Podz ainsi que deux autres des acteurs du film Marilyn Castonguay et Julien Poulin. Voici mes entrevues avec eux.

Mon appréciation du film se trouve via ce lien :

http://info-culture.biz/2014/02/28/miraculum-un-film-choral-de-podz-a-voir-absolument/

 

Questions PODZ (réalisateur):

Qu’est-ce qui vous plaisait dans l’idée de réaliser ce film?  Le fait que ce soit un film choral? « C’est sûr que les films chorals, cela m’a toujours parlé. Dans mes projets personnels qui n’ont pas encore vu le jour, ça tourne autour de cela. Souvent, j’aime raconter plusieurs histoires pour faire un genre de portrait, de voir plusieurs points de vue. Mais surtout, j’aimais ce projet, parce que ça parle de la vie, la mort, le destin, si on peut le contrôle ou pas. Et je me questionne beaucoup sur ces sujets-là moi-même. Donc, cela me rejoignait pas mal, alors je me disais que ça pourrait rejoindre aussi les gens.»

Réalisateur Daniel «Podz» Grou
Réalisateur Daniel «Podz» Grou

Et il n’y a pas de message à passer dans ce film, ni de morale à faire n’est-ce pas? « Exactement. C’est comme un constat, un état. On est rendu là dans notre société. Qu’est-ce que veut dire la religion aujourd’hui? C’est quoi notre rapport avec la maladie, la mort? Les questions d’éthiques. Donc, c’est de créer un genre de discours avec le spectateur, sur où je pense qu’on est rendu dans notre société, et vous qu’en pensez-vous? Et au cœur de l’histoire, il y a le grand sujet du destin. Est-ce que le destin nous guide ou si on peut prendre notre destin en main. Dans le film, le personnage principal de Julie décide de prendre sa destinée en main. On ne sait pas ce que cela va donner, mais au moins, elle a fait ce pas-là.» 

Dans le film, il y a une des histoires qui raconte la passion entre deux personnes plus âgées. Et il y a des scènes d’intimité entre eux, qu’on est peu habitué de voir au cinéma… l’amour du 3e âge. Comment avez-vous abordé ces scènes avec Julien Poulin et Louise Turcot? Écoutez  

Quel a été le plus grand défi de faire ce film?

Est-ce que votre plus gros défi a été de faire la scène du crash d’avion?  Ou si c’est plutôt le style de film (choral) qui a été le plus grand défi de ce film? « Le plus difficile, c’est de relier toutes ces histoires de manière limpide pour ne pas que le spectateur soit dérangé chaque fois qu’on se promène d’une histoire à l’autre. De faire en sorte, de toujours garder le spectateur intéressé dans chaque histoire, engagé dans chaque personnage, sans que ce soit trop lourd, ou trop long entre les histoires. On peut penser que c’est le crash d’avion qui est le plus compliqué, mais non ça, c’est juste cool à faire… J’ai aussi eu un défi au niveau de la musique. J’ai pris le pari de mettre de la musique un peu plus chorale… Il y a des chorales, des sons d’anges. Et ça peut peut-être avoir l’air quétaine, mais j’ai pris le pari que ça peut marcher dans ce film-là. Donc le montage a été mon gros défi. »

Pour les choix des acteurs, qu’est-ce qui a guidé vos choix?  Xavier dans le rôle d’un témoin de Jéhova? Robin Aubert, les cheveux courts et homme d’affaires? C’est inhabituel non? Écoutez  

Et comment s’est fait la collaboration avec Gabriel, qui en plus d’être le scénariste, il joue le rôle de Simon dans le film? Écoutez  

Scénariste et acteur Gabriel Sabourin
Scénariste et acteur Gabriel Sabourin

Le film a été présenté au Rendez-vous du cinéma québécois le 20 février dernier. Quelle a été la réaction des gens? « La réaction m’a semblé bonne. En tout cas, les gens qui sont venus me voir après m’en ont parlé en bien. Ils disent que ça les a fait réfléchir, que ça leur est resté dans la tête par après. Et c’est ça que je voulais. Je veux que ça reste dans la tête du spectateur après le visionnement. C’est le fun parfois des films qui te font réfléchir à la fin… Et ce qui est bien aussi c’est que parfois, tu as déjà ce genre de questionnement dans ta tête, comme pour le destin et tu en parles à un ami et ça devient plus clair dans ta tête, juste d’en parler. Et donc, ce film-là, c’est un peu comme ton ami. »

Questions Gabriel Sabourin (Scénariste) :

D’où vous est venue l’idée de ces histoires, de ce film? Écoutez  

Comment s’est faite la collaboration avec Podz par la suite? « J’avais travaillé comme acteur pour Podz dans deux téléséries avant et cela s’était très bien passé.  Avec Pierre Even (le producteur), dès qu’on a abordé le sujet des réalisateurs, les deux, on s’est entendu tout de suite sur Podz.  On l’a donc appelé et il a adoré le scénario.»

Et au fil du tournage, est-ce que le scénario a évolué, été modifié en cours de route? « Le scénario s’est modifié un peu, parce qu’évidemment, le tournage ne se passe jamais comme on pense. Il y a des scènes qu’on ne peut pas tourner pour x raisons, qui sont souvent des raisons financières. Il faut donc remanier le scénario en cours de route. Comme des scènes dans un avion, alors qu’on n’avait pas assez d’argent pour l’avion, alors on a dû les resituer ailleurs. Sinon, le cœur même du scénario n’a pas changé. » Écoutez la suite.  

Aviez-vous en tête de jouer le rôle de Simon lorsque vous avez écrit le scénario?  

Marilyn Castonguay
Marilyn Castonguay

Et que pensez-vous des autres choix d’acteur que Podz a fait, comme Xavier Dolan pour jouer un témoin de Jéhovah, Robin Aubert, cheveux courts, en veston-cravate, des rôles qu’on s’attend peu de les voir faire? « C’est sûr que j’approuve les choix de Podz, car nous les acteurs, c’est ce qu’on aime, de jouer quelqu’un qui n’est pas nous-mêmes. Souvent, on nous prend comme acteur, pour ce qu’on est, ce qu’on voit qui est le plus évident, ce qui ressort instantanément. Tandis que Podz, il ose aller au-delà de ce que tout le monde voit. Et les acteurs aiment cela aussi. Par exemple, Robin Aubert, je pense qu’il ne s’était pas coupé les cheveux aussi courts que cela depuis des années. Et je pense que c’était une des premières fois qu’il jouait en veston. Et ça marche bien aussi!»

Questions pour Marylin Castonguay

Parlez-moi un peu de votre personnage et ce qui la motive dans la vie? Écoutez   

Avez-vous fait des recherches sur les témoins de Jéhovah pour comprendre cette Foi inébranlable qu’ils ont? Et comment ils vivent avec leurs convictions? « Oui, j’ai voulu me renseigner sur eux, car de prime abord, c’est très négatif et même péjoratif, l’opinion générale qu’ont les gens sur les témoins de Jéhovah. Et donc, j’avais le goût de passer par-dessus tout cela, pour être en mesure de jouer Julie. Et c’est là que j’ai découvert que ce sont des humains et ils ont des croyances très fortes. C’est très strict et très exigeant même, » Écoutez la suite   

Comment s’est faite la chimie entre vous et Xavier? Écoutez :   

Et avez-vous vu le film? Qu’en pensez-vous? « Oui je l’ai vu, et c’est un film que je chéris. Je le trouve merveilleux. Et je le trouve encore plus merveilleux de le voir sur un grand écran, comme à l’Impérial. Et j’étais curieuse et contente de voir les autres vies, des autres personnages du film.» 

Est-ce qu’il y a eu des moments, des scènes plus difficiles pour vous à jouer? « La difficulté pour moi, est le fait que tout était vécu par en-dedans avec mon personnage. Même dans les scènes qui nécessiteraient de l’éclat, mon personnage de Julie est toujours en contrôle. Elle n’est jamais en mode confrontation. Elle respecte énormément les autres. Mais alors, moi, je dois trainer tout cela en moi, et cultiver cela pour pouvoir le jouer. Et moi, dans la vie, je suis quelqu’un de plutôt expressif, je me devais d’avoir confiance en mon jeu et de savoir parfaitement ce que je ressentais, pour que cela puisse passer clairement à l’écran. Et c’est là que Podz pouvait m’aider. Lorsque j’en donnais trop, il me ramenait à quelque chose de plus petit, plus simple. Et c’est donc important d’avoir extrêmement confiance dans la personne qui nous dirige. »

Julien Poulin
Julien Poulin

Questions pour Julien Poulin

Parlez-moi un peu de votre personnage, ses motivations, comment vous le voyez?

«Mon personnage, c’est quelqu’un d’un certain âge, qui tombe en amour avec le personnage joué par Louise Turcot. Il peut être surprenant de voir quelqu’un assez âgé vivre une histoire d’amour, une belle grande passion et c’est un peu ça qui me parlait dans ce film. Et c’est beau ce que vit mon personnage. Et pour une fois dans sa vie, il va prendre des décisions pour tenter d’améliorer son état, pour lui permettre de changer les choses, de vivre son bonheur pleinement. Il n’y a pas d’âge pour aimer et pour décider de vivre. »

Vous aviez à jouer des scènes plutôt intimes avec Louise Turcot. Comment s’est faite la chimie entre vous deux? Aviez-vous déjà travaillé ensemble? « C’était la première fois que je jouais avec Louise Turcot. Et j’ai découvert une femme très douce et réceptive. C’était facile de jouer avec elle. Je n’avais qu’à la suivre. La chimie est venue toute seule. Et pour que de telles scènes puissent bien passer à l’écran, il faut que, nous les acteurs, on soit à l’écoute l’un l’autre et qu’on se sente à l’aise. Mais aussi, il faut qu’on soit bien accompagné par un bon directeur et Podz était formidable. » 

Travailler avec Podz, c’est comment? Comment le décrieriez-vous comme réalisateur? Écoutez :  «Dans la vie, je suis un gars assez timide et réservé. Mais lorsque vient le temps de jouer, je peux dire que j’ai fait souvent des rôles explosifs, extravertis. Il s’agit qu’on me dirige bien et avec Podz, je lui dis toujours : Si tu me tends la main, moi j’y vais. Je suis à l’aise avec lui et c’est une belle rencontre que j’ai eue dans ma vie de pouvoir travailler avec Podz. »

Le film vient d’être présenté au Rendez-vous du cinéma Québécois le 20 février dernier, y étiez-vous? Que pensez-vous du produit final, ce film sur grand écran ?  Écoutez : 

Réalisateur Daniel Grou (PODZ)

Scénariste Gabriel SABOURIN

Producteurs Pierre EVEN et Marie-Claude POULIN

Productrice déléguée Nicole HILARÉGUY

Directrice de la photographie Claudine SAUVÉ

Premier assistant réalisateur Éric PARENTEAU

Concepteur artistique Emmanuel FRÉCHETTE

Monteuse Valérie HÉROUX

Prise de Son Claude LA HAYE, PIERRE-JULES AUDET, LUC BOUDRIAS

Costumes Monic FERLAND

Maquillage Marlène ROULEAU

Coiffure Ann-Louise LANDRY

Photographe de plateau Sébastien Raymond

Directrice de casting Nathalie BOUTRIE

Distributeur (Canada) Films Séville

Podz, Julien Poulin, Marilyn Castonguay, Gabriel Sabourin
Podz, Julien Poulin, Marilyn Castonguay, Gabriel Sabourin

DISTRIBUTION ordre alphabétique

Martin Robin Aubert

Julie Beaudry Marilyn Castonguay

Madeleine Simard Violette Chauveau

Kim Sarianne Cormier

Étienne Simard Xavier Dolan

Évelyne Anne Dorval

Michel Beaudry Sylvain Marcel

Raymond Julien Poulin

Simon Gabriel Sabourin

Mari de Louise Gilbert Sicotte

Mary Cynthia Trudel

Louise Louise Turcot

Maxime Jean-Nicolas Verreault

 

LES PERSONNAGES

LES TÉMOINS DE JÉHOVAH

ÉTIENNE SIMARD: 23 ans. Le fiancé de Julie. JULIE BEAUDRY: 22 ans. Infirmière.

MICHEL BEAUDRY: Le père de Julie. Début cinquantaine.

LES 2 FRÈRES

SIMON: 42 ans. En exil depuis trois ans. MAXIME: 46 ans. Grand frère de Simon père de Karine.

 

LES AMOUREUX

RAYMOND: Barman du casino. L’amoureux secret de Louise.

LOUISE: Employée au vestiaire du casino.

MARI DE LOUISE

 

LES ÉGARÉS

ÉVELYNE: La femme de Martin. 47 ans. Sans enfant.

MARTIN: 47 ans, trader, homme d’action et de sensations fortes.

 

Crédit photos : Lise Breton