Trick or Treat : la loi de la jungle

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
Ben et Cracked
Ben et Cracked

Vous avez jusqu’au 26 avril pour pénétrer l’univers des Soprano version Jean Marc Dalpé, un dramaturge franco-ontarien, dans sa pièce Trick or Treat présentée au théâtre Premier Acte de Québec par la compagnie La Bête noire. Olivia Palacci met en scène ce suspense où l’humour noir voisine avec le drame pendant un peu plus de deux heures intenses.

Mike, un jeune de 15 ans qui vient de se faire taxer ses souliers par six adolescents, se pointe chez Ben, un vieux membre du crime organisé de ruelle, pour lui acheter un fusil. Entre en scène Cracked, le jeune drogué et protégé de Ben. Par la collision des mondes, les esprits s’échaufferont et Mike sera entraîné malgré lui dans un jeu dangereux.

La pièce est segmentée en cinq tableaux dont les trois premiers situent les trois principaux personnages et les figent chacun dans leur histoire avec tout ce qu’elle génère comme problèmes et comme émotions. Cette contextualisation à moitié narrée, qui se veut aussi poétique que dramatique, nous conduit insidieusement vers l’acte principal, la rencontre. Tous les trois, chargés à bloc par ce qu’ils ont vécu, amènent leur lot de réactions explosives. Aussi différents puissent-ils sembler, les protagonistes sont tous animés par le même feu : la vengeance. Dans un monde où la loi du plus fort sévit dans les quartiers de la petite pègre, la manipulation et la négociation gouvernent; la peur et le doute s’installent… Et la violence qui éclate.

Les deux derniers actes sont beaucoup plus axés sur l’action que sur la psychologie des personnages. Le texte et la mise en scène migrent vers un théâtre plus réaliste, ancré dans le présent. La tension est à son maximum, les personnages ont chaud, les spectateurs sursautent aux coups de feu.  Quel est le sort de Mike?

Jacques Leblanc
Jacques Leblanc

Comme décor, un mur complet de vieilles télés qui diffusent chacune un bout d’image qui, mis ensemble, présentent les flash-back des personnages et aident à la charge émotive lors des trois premiers actes. Mais la force de cette pièce réside assurément dans le jeu des comédiens. Campant tous un personnage caricatural mi-pathétique mi-comique, Maxime Beauregard-Martin, Jean-Denis Beaudoin et Jacques Leblanc entre autres sont renversants! Habités par leur rôle, chacun a réussi à sa façon à créer un personnage complet, avec des mimiques, des tics et des tons de voix prononcés. Un clin d’œil à Jacques Leblanc qui brille de par sa grande expérience de la scène et à Jean-Denis Beaudoin pour sa performance physique impressionnante qui camouflent un peu l’interprétation de Maxime Beauregard-Martin, coincé dans un rôle de jeune timide.

Trick or Treat est une pièce très virile dans laquelle les personnages se crachent littéralement leur peur et leur rage au visage. Malgré quelques longueurs, elle se distingue par la rencontre impétueuse de personnages de générations différentes. Par une scénographie accrochée au réel et par un texte qui ne passe pas par quatre chemins, Trick or Treat est maigre en métaphore : ne cherchez pas à comprendre l’intransigeance de cet univers inconnu et laissez-vous entraîner dans cette jungle où celui qui tient l’arme aura le dernier mot. Une histoire remâchée, mais livrée de façon unique par La Bête noire. Cocasse et dramatique à la fois, Trick or Treat est une sortie qui en vaut la peine.

Production : La Bête noire

Texte : Jean Marc DalpéMise en scène : Olivia PalacciScènographie : Karine Mecteau BouchardÉclairages : Jean-François LabbéConception vidéo : Eliot LapriseDistribution : Jean-Denis Beaudoin, Maxime Beauregard-Martin, Jacques Leblanc, Simon Lepage, Patric Saucier

Crédit photos : Cathy Lessard

www.premieracte.ca