La comédie musicale Catch Me If You Can: aussi excitant et énergique qu’une vraie poursuite policière

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)

La comédie musicale «Catch Me If You Can» tirée du film du même nom de Spielberg est présentée pour la première fois à Montréal. Gagnant d’un Tony en 2011 sur Broadway, cette comédie musicale est l’oeuvre de Terrence McNally pour le livret et Marc Shaiman et Scott Wittman pour les chansons. McNally est connu pour avoir écrit «The Full Monty» tandis que le duo Shaiman/Wittman est célèbre depuis qu’il a fait les chansons de Hairspray. Le résultat est une histoire dynamique pleine de rebondissements sur des chansons entrainantes et énergiques de style jazzé. Bref une recette magique pour en faire un succès.

L’histoire qui débute en 1963 est basée sur la biographie de Frank Abagnale Jr qui fut un des plus grands imposteurs et faussaires de tous les temps. Ayant en admiration son père (Frank Sr), Frank Jr quitte le nid familial à 16 ans pour se transformer tour à tour en professeur, pilote d’avion, médecin, avocat, tout en réussissant à forger des chèques pour plus de 2 millions de dollars. Une poursuite des agents du FBI dirigés par Carl Hanratty ajoute du piquant à l’intrigue tout en créant une belle rivalité entre Frank Jr et Carl. Ses fiancailles à Brenda précipitent une fin qui apporte son lot de surprise.

Le spectacle est produit par Côte Saint-Luc Dramatic Society (http://www.csldramaticsociety.com/) en collaboration avec la ville de Côte Saint-Luc. Ce groupe communautaire formé en 2011 a pour but de réunir et mettre en valeur les talents des artistes de théâtre de la région avec l’emphase sur le travail en équipe plutôt que le vedettariat.

Brandon Schwartz (Frank Jr), Mike Mileno (Carl) et le FBI
Brandon Schwartz (Frank Jr), Mike Mileno (Carl) et le FBI

Cette production en met plein la vue à cause du grand talent en chant et en danse de chacun. C’est un feu roulant continuel de textes et situations drôles sur une mise en scène efficace et rythmée qui sait utiliser tout l’espace, malgré qu’on aurait souhaité une scène plus grande tellement les numéros de groupe sont impressionnants. Chaque personnage du plus petit au rôle principal est mis en valeur. Une excellente note aussi pour les chorégraphies bien synchonisées et efficaces. Des costumes d’époque coordonnés donnent un bel effet surtout lors des numéros de groupe. On apprécie particulièrement la balance de son où on entend bien chaque chanteur et tous les instruments de l’orchestre. Cet orchestre de 8 musiciens donne une performance remarquable de style jazz sur des arrangements originaux et subtils, comme par exemple lorsqu’on entend des clins d’oeil à des thèmes comme Sesame Street et James Bond. Seul regret c’est la quasi absence de décors à cause de l’espace et du budget restreints.

Mike Mileno (Carl)
Mike Mileno (Carl)

Brandon Schwartz (17 ans) convient parfaitement au rôle de Frank Jr par son jeune âge, mais c’est surtout quand il chante qu’il brille de tous ses feux. Il possède une voix chaude et claire, puissante dans tous les registres et très à l’aise particulièrement dans les aigus. Quand on ferme les yeux on pense à Michael Bublé. Seul bémol c’est qu’il décroche lorsque son personnage n’est pas occupé, mais il se rachète rapidement par son sourire innocent et une grande intensité dans sa chanson «Goodbye». Mike Melino (Carl) a développé un personnage complexe et naturel. Son jeu intense et convaincant n’a d’égal que la puissance et l’énergie de sa voix, autant dans les graves que les aigus. Il sait raconter l’histoire en chantant et il joue avec les textures et les nuances de sa voix expressive pour le plaisir de nos oreilles. Son Carl est maladroit et drôle mais toujours attachant et sûr de lui. Sa chanson «Don’t Break the Rules» est un petit bijou.

Les personnages secondaires sont tout aussi bons. On apprécie Matthew Mckeown (père) pour son personnage qui évolue au travers des scènes et les bonnes basses de sa voix. Sa chanson «Little Boy Be a Man» avec Carl est très réussie. Megan Magisano (Brenda) est touchante et attachante avec une voix expressive sauf quand elle pousse trop sa voix de poitrine. Mais ce sont les numéros de groupe qui rehausse le spectacle et impressionne. Le public a apprécié particulièrement l’ouverture «Live in Living Color», puis «Jet Set», «Family Tree» et «Goodbye».

Matthew Mckeown (Frank père) et Brandon Schwartz (Frank fils)
Matthew Mckeown (Frank père) et Brandon Schwartz (Frank fils)

Je recommande fortement de voir cette comédie musicale qui plaira à tous les âges. Même si c’est une troupe communautaire, le talent de chacun compense largement les moyens techniques limités. Courez acheter vos billets car le théâtre n’a que 100 places.

Les bons coups: numéros musicaux énergiques, belles voix, chorégraphies efficaces, orchestre, balance de son

Les moins bons coups: décors simples, scène étroite pour certains numéros

Équipe de création: Anisa Cameron (mise en scène), David Terriault (directeur musical), Alexia Gourd et Ariel Sterlin (chorégraphies), Scott Drysdale (direction technique et éclairages), Elyse Malo (costumes), Alexa Burak (direction de plateau), Reesa Rosenfeld (production).

Interprètes: Brandon Schwartz (Frank Jr.), Mike Melino (Carl), Matthew Mckeown (père de Frank Jr.), Marieve Guerin (mère de Frank Jr.), Megan Magisano (Brenda), Mitchell Brownstein (Roger), Elvi Dalgaard (Carol), Craig Dalley, Alexandre Iannuzzi, Shaun Nishmas, Jason Szwimer, Arielle Buch-Frohlich, Bailey Cohen-Krichevsky, Stefanie Demberg, Raquel Herscovici, Samantha Leibgott, Natasha Lilliman, Einav Ne’Eman, Ilana Nyveen, Noam Shalev, Shy Shalev, Ariel Sterlin, Elyssa Stock, Sam Goldbloom, Michael Goldwax, David Taveroff.

Musiciens: David Terriault, Jules Payette, Paul William Carter, François D’Anjou-Pomerleau, Mari-Lou Plante, Kevin Bourne, Cole Birney-Stewart, Peter Colantonio.

Présenté en anglais du 3 au 22 juin 2014 à 20h (sauf les 15 et 22 juin à 14h) à l’Auditorium Harold Greenspon (5801 Boulevard Cavendish, Côte Saint-Luc, H4W 1A6). Billets disponibles (27$ ou 24$ pour étudiant et âge d’or) au http://www.csldramaticsociety.com/ Les matinées à 14h les 15 et 22 juin sont à 18$.

Photos: Diane Dupuis-Kallos

Extraits du spectacle: https://www.youtube.com/watch?v=iesOmNq374I