37e Édition du Festival de Lanaudière

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
35
Le Festival de Lanaudière
Le Festival de Lanaudière

 La 37e saison du Festival de Lanaudière marquait également le 25eanniversaire de l’Amphithéâtre Fernand-Lindsay et le 150e anniversaire de la Ville de Joliette. Encore une fois cet été, des milliers de mélomanes se sont rassemblés dans cet amphithéâtre extérieur à l’acoustique exceptionnelle et au décor naturel pour écouter, bien installés sous le toit ou tout simplement sur la pelouse, les plus belles œuvres de la musique classique. Du 8 juillet au 10 août 2014, les activités proposées comprenaient 23 concerts, soit 14 à l’Amphithéâtre et 9 dans les églises de la région, en plus de 4 soirs de cinéma en plein air. Près de 55 000 personnes ont assisté aux activités du Festival, ce qui représente un résultat comparable à celui de 2013.

Alain Lefèvre en ouverture à l’église de l’Assomption
Alain Lefèvre, pianiste et ambassadeur artistique du Festival, a donné le coup d’envoi à la 37esaison du Festival lors d’un concert en église, le mardi 8 juillet dernier. Le public a pu apprécier un programme riche et varié, débutant par des œuvres de Bach et Haydn, à La Valse de Ravel, puis aux Préludes de Chopin et de la deuxième sonate de Rachmaninov.

La série des concerts présentés en églises s’est poursuivie la semaine suivante, le lundi 14 juillet, avec Dejan Lazic qui proposait un concert où la musique baroque et la musique moderne se mariaient harmonieusement grâce à des œuvres de Carl Philipp Emanuel Bach, Scarlatti, Britten et Bartók. Par la suite, les 15 et 17 juillet, Kristian Bezuidenhout était de retour pour conclure, sur pianoforte, l’intégrale des Sonates de Mozart qu’il avait amorcée au Festival l’an passé.

Le lundi 21 juillet, l’Ensemble Magellan nous proposait une véritable exploration de la musique de chambre avec des œuvres de Kodaly, Brahms et Fauré. Le lendemain soir, place à Stewart Goodyear qui, dans un récital consacré à Jean-Sébastien Bach, Berg et aux Variations Diabelli de Beethoven, a su encore une fois marquer le cœur des festivaliers. Quelques jours plus tard,Timothy Chooi était invité à faire ses débuts au Festival. En compagnie du pianiste Philip Chiu, le jeune violoniste nous a offert un récital consacré à Beethoven, Saint-Saëns, Prokofiev et Ravel.

Le lundi suivant, 28 juillet, le concert de la violoniste Jennifer Koh a dû être annulé à la demande de l’artiste pour des raisons de santé. Le lendemain, la harpiste Valérie Milot et la flûtiste Claire Marchand proposaient un récital de musique de chambre composé d’œuvres de Debussy, Tailleferre, Villa-Lobos, Takemitsu et Françaix. Les deux virtuoses nous ont offert une interprétation des plus délicates mais également très audacieuse.

Pour clore la série des concerts présentés en églises, le Festival recevait le Quatuor Modigliani, le mardi 5 août. Avec une complicité palpable et une technique d’ensemble incomparable, le quatuor a livré un programme dédié à Saint-Saëns, Schumann et Ravel.

Le Cirque Éloize a donné le coup d’envoi aux concerts offerts à l’Amphithéâtre
Musique, acrobaties et cascades à couper le souffle étaient à l’honneur lors de ce concert d’ouverture des plus grandioses, le jeudi 10 juillet. Pour l’occasion, le Cirque Éloize et l’Orchestre Métropolitain, dirigé par Julian Kuerti, étaient réunis sur scène pour commémorer la production de « Cirque Orchestra » sur des musiques de Samuel Barber, Camille Saint-Saëns et plusieurs autres. Avec des numéros à l’approche artistique multidisciplinaire et d’une exceptionnelle modernité, les artistes du Cirque Éloize ont littéralement hypnotisé le public. En première partie du concert, le pianiste Stewart Goodyear s’est quant à lui fait remarquer pour son excellente interprétation du Concerto pour piano numéro 2 de Bartók.

De retour pour une deuxième année consécutive à l’Amphithéâtre, la jeune étoile montante du violoncelle, Stéphane Tétreault, a offert une remarquable prestation à l’occasion du 150eanniversaire de naissance de Richard Strauss. Le samedi 12 juillet, aux côtés de l’Orchestre du Festival, dirigé par Jean-Marie Zeitouni, le violoncelliste nous a livré, avec non seulement une immense technique mais aussi avec beaucoup de personnalité, une version troublantedu poème symphonique Don Quixote.Le lendemain, pour le premier dimanche de la saison, le Festival proposait la Musique du Royal 22e Régiment qui, par sa polyvalence musicale et son harmonie orchestrale hors du commun, a su ravir le public. La soprano Natalie Choquette,également présente, a interprétédes mélodies populaires qui se chantaient lors des deux grandes guerres, en plus de grands airs d’opéras de Donizetti et Puccini.

Le week-end suivant, le samedi 19 juillet, c’était au tour des Violons du Roy, dirigés parMathieu Lussier, de séduire les amateurs de musique baroque avec la 3e et 4e Suite pour orchestre de Jean-Sébastien Bach. Les amateurs ont pu également apprécier les grandes qualités vocales de la magnifique soprano Sophia Brommer dans la Cantate no 51 du même compositeur et le motet Silete venti de Haendel. Le dimanche 20 juillet, Orford Six Pianos,composé de Sandra MurrayMariane PatenaudeFrancis PerronLorraine PrieurClaire Ouellet et Louis-Dominique Roy, visitait l’Amphithéâtre avec un concert offrant une expérience unique. Des œuvres de Moussorgski, Ravel et Khatchaturian adaptées pour six pianos, en ont mis plein la vue et les oreilles au public.

Le vendredi 25 juillet, le Festival se réjouissait d’accueillir la gagnante du Concours Musical International de Montréal de 2011, Béatrice Rana. Avec son récital composé d’œuvres de Jean-Sébastien Bach, Chopin et Prokofiev, cette jeune pianiste nous a démontré qu’elle s’impose comme l’une des figures de proue de la nouvelle génération de pianistes par son impressionnante maturité et sa profonde personnalité musicale. Le lendemain, samedi 26 juillet, les amateurs étaient conviés à une soirée de ballet avec l’une des grandes troupes de ballet classique de New York : le Dance Theatre of Harlem. Composée des meilleurs danseurs Afro-Américains des États-Unis, cette troupe était de passage chez nous pour présenter un spectacle innovateur empreint d’extraordinaires possibilités d’expression et de créativité.

Le dimanche 27 juillet, le Festival invitait les amateurs de belle musique à passer un après-midi chez les Strauss. Les valses et mélodies dansantes et accrocheuses de Johan Strauss fils, la romantique suite de valses du Chevalier à la rose et Burlesque, pour piano et orchestre deRichard Strauss réunissaient sur scène l’Orchestre Métropolitain, sous la direction deChristoph Campestrini, et le pianiste Charles-Richard-Hamelin.

Le samedi 2 août, l’orchestre allemand Die Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, dirigé par son chef Paavo Järvi, était de retour au Festival pour présenter la Symphonie no 2 et le Concerto pour piano no 1 de Brahms, accompagné du pianiste Lars Vogt. Le dimanche, l’orchestre et le violoniste Christian Tetzlaff enchantaient les mélomanes lors d’une représentation du Concerto pour violon et la Symphonie no 1 de Brahms. Un concert à la hauteur de nos attentes et en harmonie avec le cadre exceptionnel qu’offre l’Amphithéâtre.

Pour une troisième présence, mais cette fois-ci sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, l’Orchestre Métropolitain nous rendait visite, le mercredi 6 août. Tragédie, passion et romantisme étaient à l’honneur lors de ce concert où les amateurs ont pu entendre, entre autres, la huitième symphonie de Beethoven et Siegfried Idyll de Wagner.    

Un dernier week-end des plus grandioses avec l’OSM et le 150e de Joliette!
Pour le week-end de clôture de la 37e saison, le Festival recevait l’Orchestre Symphonique de Montréal et son directeur musical, Kent Nagano, pour deux concerts aux programmes très diversifiés. Le vendredi 8 août, la soirée était consacrée à l’impressionnisme françaisavecdes œuvres de Debussy et de Ravel, tandis que le lendemain soir, samedi 9 août, les solistes Erin Wall (soprano) et Susan Platts (mezzo-soprano), de même que l’Ensemble choral du Festival, se joignaient à l’orchestre et à son directeur musical pour interpréter la deuxième symphonie de Mahler.

Le dimanche 10 août, l’heure était aux festivités pour célébrer le 150e anniversaire de la Ville de Joliette et le dernier concert de la saison avec l’une des œuvres les plus appréciées du répertoire classique, soit Carmina burana de Carl Orff. Ce concert grandiose réunissait sur scène l’Orchestre du Festival et le Chœur Fernand-Lindsay, sous la direction de Julien Proulx, les Jeunes Voix des Moulins, sous la direction d’Alexandra Boulianne, l’Ensemble à percussion Sixtrum et les solistes Nathalie Paulin (soprano), Cameron McPhail (baryton) etJean-François Daignault (contre-ténor).

Le cinéma musical en plein air
Les mardis soirs, le Festival, en collaboration avec la Place des Arts et les municipalités de Joliette, St-Charles-Borromée et Notre-Dame-des-Prairies, proposait la neuvième édition du cinéma musical en plein air gratuit. Bien à l’abri sous le toit ou profitant de la pelouse et du cadre enchanteur de l’Amphithéâtre Fernand-Lindsay, les spectateurs ont pu visionner des productions cinématographiques où la musique était au cœur de l’action. Au programme, Une chanson pour Marion (2012), Les Saphirs (2012), Lemonade Mouth (v.f) (2011) et Cloclo(2012) ont fait le bonheur des mélomanes et cinéphiles, petits et grands. 

Remerciements aux partenaires
Le Festival de Lanaudière souhaite renouveler de sincères remerciements à ses fidèles partenaires, qui contribuent directement au maintien des hauts standards artistiques et d’accueil à la clientèle qui le caractérisent : le commanditaire présentateur Hydro-Québec en collaboration avec La Presse, le gouvernement du Québec à travers le Conseil des arts et des lettres du Québec et Tourisme Québec, le gouvernement du Canada par le Ministère du Patrimoine canadien et Développement économique Canada, la municipalité de Joliette et les autres municipalités de la région, le Mouvement Desjardins du Québec, la Société des alcools du Québec, les Résidences Chartwell Québec, la fondation J.-A. De Sève, Mme Jacqueline Desmarais, les Lunetteries New Look, Yamaha Musique, Raymond Chabot Grant Thornton, l’Association touristique régionale de Lanaudière, la Société de la Place des Arts et finalement ses nombreux autres partenaires du domaine de la culture, des médias, de l’hôtellerie et de la restauration.

Le Festival de Lanaudière remercie finalement son équipe de bénévoles, les Ami(e)s du Festival, pour leur dévouement et la qualité des services offerts à la clientèle. 

Prochain rendez-vous : Été 2015
La prochaine édition du Festival de Lanaudière aura lieu du 4 juillet au 2 août 2015. Les détails de la programmation seront dévoilés au printemps prochain.