Judy Garland, la fin d’une étoile – le 8 novembre à la Salle Albert-Rousseau

0
Judy Garland, la fin d'une étoile
Judy Garland, la fin d’une étoile

Judy Garland, la fin d’une étoile

À la Salle Albert-Rousseau le 8 novembre

En tournée aux quatre coins de la province, la pièce Judy Garland, la fin d’une étoile sera présentée à la Salle Albert-Rousseau le 8 novembre prochain. Dans une mise en scène de Michel Poirier, cette pièce de Peter Quilter met en vedette Linda Sorgini dans le rôle de Judy Garland. Sur scène, elle est entourée des comédiens Roger La Rue et Maxime de Cotret.

Nous sommes à Londres en 1968, la grande Judy Garland s’apprête à remonter sur scène pour une ultime série de spectacles. Âgée de 46 ans, elle est entourée de Mickey son der­nier mari et de son fidèle pianiste Anthony. Ils agissent en réels cerbères afin de protéger la star du monde intransigeant de la planète Hollywood, et surtout d’elle-même et de sa propre démesure. Malgré sa forte dépendance aux barbituriques et un passé parsemé d’abus de toutes sortes, elle reste droite, fière et veut offrir au public une dernière chance de l’acclamer, coûte que coûte. On est bien loin de l’adolescente qui incarna Dorothy dans le célèbre film, Le Magicien d’Oz.

La pièce de Peter Quilter permet une réelle incursion dans l’intimité de cette battante, de cette femme courageuse, mais aussi fragile et instable. Un drame musical qui témoigne de la splendeur et de la vulnérabilité d’une des plus grandes stars américaines qui a connu un destin des plus foudroyants.

« Linda Sorgini offre une performance étincelante […] Jouer et chanter avec une telle intensité, comme elle le fait pendant près de deux heures, relève de l’exploit. »
Mario Cloutier, La Presse

« La mise en scène de Michel Poirier est efficace et donne le ton juste
au texte de l’auteur Peter Quilter. »
Louise Bourbonnais, Journal de Montréal

« Vous devriez courir pour aller voir et entendre ça! »
Sophie Durocher, Journal de Montréal

« Oui j’ai eu des frissons. […] J’ai pleuré oui. »
Catherine Pogonat, Dessine-moi un dimanche, ICI Radio-Canada Première

« Linda Sorgini pourrait être une chanteuse. Sur scène elle est Judy Garland. Le même panache, le même charisme. Et elle est dirigée vraiment de main de maître par Michel Poirier qui signe une mise en scène brillante, très juste. »
Jean-Sébastien Girard, La soirée est (encore) jeune, ICI Radio-Canada Première

« Linda Sorgini donne la chair de poule. »
Élie Castiel, Séquences
BILLETS EN VENTE MAINTENANT!
À la billetterie de la Salle Albert-Rousseau
Réservations : 418 659-6710 ou 1 877 659-6710
sallealbertrousseau.com