Les Murailles de Érika Soucy, lancement ce mercredi 24 février 17h à la maison de la littérature à Québec

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
63
Les murailles
Les murailles

Après avoir publié des recueils de poèmes, Érika Soucy, poète et comédienne, offre aux lecteurs son premier roman, Les Murailles, qui parle de la vie de chantier de son père, à la Romaine. Le lancement officiel de son livre est prévu mercredi le 24 février à la Maison Littéraire à Québec.

Résumé

La poète s’envole vers La Romaine, où elle se fera passer pour une commis de bureau alors qu’elle travaillera à un nouveau recueil. Armée de son carnet et de questions trop longtemps laissées sans réponse, elle fait irruption dans ce monde rude et impénétrable, espérant enfin comprendre les raisons qui ont poussé tous les hommes de sa famille, et surtout son père, à délaisser leur foyer au profit de la vie de chantier.  

Ce roman est inspiré d’un voyage qu’Érika a fait en 2011 pour aller découvrir comment vivaient son père, son oncle, son frère et même son cousin, lorsqu’ils montaient travailler dans les chantiers hydroélectriques de la Romaine. Étant jeune, son père pouvait partir pendant 80 jours et revenir 20 jours à la maison. Ce fut une enfance difficile pour elle, ayant à vivre l’absence de son père, mais aussi à subir la présence de son père. Ce voyage, elle l`a fait pour tenter de voir ce qui pouvait tant attirer son père vers ces chantiers, au détriment de sa famille.

La plume d’Érika est très intéressante. Autant elle peut nous faire des descriptions poétiques à lire tout haut et faciles à imaginer :  «J’aimerais pouvoir te décrire ça comme il faut pour rendre justice à la beauté de l’endroit, mais il y a juste en se fermant la trappe pis en prenant un grand respire qu’on peut apprécier ce qui se trouve devant nous.  Ça sent le gros frette qui va tomber dans une couple de semaines pis, pour moi, y’a pas d’air plus pur pour te donner de la force. »

Autant elle écrit comme les gens parlent, en joual, avec intensité, intonation et émotion :«C’est une pente abrupte, encore sur le bedrock. Pour mononc’, c’est un monde de possibles. Comme toile de fond, il y a de la pierre, des arbres pis encore de la pierre. 

— La grosse crisse de montagne qui empêche d’avancer, watche-la ben : on va la faire sauter.»

Elle nous décrit la vie de ces hommes là-bas et peu à peu, elle comprend ce qui les anime, ce qu’ils aiment tant de cet éloignement. Bien qu’ils disent se sentir parfois en prison, du fait que les chambres sont très petites et qu’il faut toujours se promener avec sa carte d’accès, ces hommes aiment n’avoir qu’eux à s’occuper, pas de responsabilité supplémentaires, au-delà de ramener de l’argent. Ils ont des femmes de ménages, de la bouffe fournie, il ne leur reste que leur travail à se soucier. Cela devient une routine confortable pour ces hommes solitaires et indépendants. C’est du moins ce qu’Érika a finalement compris sur la vie de son père et qu’elle nous transmet dans ce livre.

Mais ce qui me touche le plus dans ce roman, ce sont les émotions pures que l’on ressent lorsqu’Érika nous parle de sa relation avec son père.

Extrait :

«Après toutes les fois où il est rentré chaud, après les menaces de nous renier, après la honte, les cris pis la culpabilité, c’est le silence qui a pris la place. Je l’ai sorti de ma vie. Sur le coup, je pensais bien que c’était fini, que je pourrais vivre comme je l’entendrais sans avoir de comptes à rendre. Mais non… Prisonnière plus que jamais, j’étais prise entre la haine pis l’espoir que ça s’arrangerait, fait que je l’ai rappelé.» 

Un petit livre à déguster lentement et même qu’on peut se permettre de lire tout haut pour en apprécier toutes les émotions contenues. 

Érika Soucy
Érika Soucy

Née à Portneuf-sur-mer, sur la Côte-Nord, Erika Soucy est comédienne et aussi la fondatrice de l’Off-Festival de poésie de Trois-Rivières. Elle a publié deux recueils de poèmes aux Éditions Trois-Pistoles, soit  «Cochonner le plancher quand la terre est rouge» et «L’Épiphanie dans le front», ainsi que l’auteure de la pièce «Domino», présentée à Premier Acte en 2011.Les murailles est son premier roman.

Le lancement officiel du roman Les murailles aura lieu le 24 février 2016 de 17h à 19h, à la Maison de la littérature, 40 rue Saint-Stanislas à Québec. Une courte lecture d’extraits en compagnie de comédiens sera offerte.

 

Parution : 24 février 2016

Prix 22,95$

Nombre de pages : 160 pages

 

Éditions : VLB éditeur

http://www.edvlb.com/