Série d’entrevues au SILQ, édition 2016 : Steve Gagnon et Stéphanie Deslauriers. Au Salon du livre, il n’y a pas que des romans!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
117
Entrevues au salon du livre
Entrevues au salon du livre

Le salon international du Livre de Québec se déroule du 13 au 17 avril 2016 cette année. Durant ma courte présence au Salon du livre cette année, j’ai pu m’entretenir avec plusieurs auteurs qui se sont fait un plaisir de parler de ce qui les motive à écrire, ce qui les inspire, tout en nous donnant le goût de lire leur nouveau bébé qu’ils viennent présenter au Salon international du livre de Québec. 

J’ai donc fait une série d’entrevues avec plusieurs auteurs. Certains pour qui c’était leur premier roman. Voici le lien : http://info-culture.biz/2016/04/16/entrevues-au-silq-edition-2016-premier-roman/#.VxIrV9J_Oko

D’autres auteurs chevronnés, m’ont parlé de leur nouveau-né sur le marché ainsi que de leur démarche d’écriture. Voici le lien : http://info-culture.biz/2016/04/17/entrevues-au-silq-edition-2016-auteurs-chevronnes/#.VxQsitThDvY

J’ai également rencontré certains auteurs qui se démarquent dans la publication de romans jeunesse, ce qui est le cas entre autres de l’invité d’honneur du 14 avril au Salon du livre de Québec, Catherine Girard-Audet. Voici le lien : http://info-culture.biz/2016/04/15/entrevues-au-silq-edition-2016/#.VxGqBdJ_Oko

Et j’ai eu l’occasion de rencontrer Louise Portal, la porte-parole de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur, le 23 avril prochain, qui m’a parlé de son tout dernier livre. Voici le lien :

http://info-culture.biz/2016/04/15/entrevues-au-silq-edition-2016-louise-portal/#.VxGy0NJ_Oko

J’ai également rencontré deux auteurs qui, en plus d’écrire des romans ou des pièces de théâtre, se lancent parfois dans les essais. Un autre type littéraire également très intéressant.

Steve Gagnon
Steve Gagnon

Voici donc mon entrevue avec Steve Gagnon, auteur du livre Fendre les Lacs, pièce de théâtre qui joue présentement au théâtre Périscope jusqu’au 30 avril, et aussi auteur de l’essai Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles :

Steve vous êtes l’auteur de pièces de théâtre telles que Sang et Ventre, et le tout dernier Fendre les lacs, qui sont toutes des pièces très puissantes, avec beaucoup d’intensité dans les textes et toujours très dramatiques. Est-ce un exutoire pour vous que d’écrire toutes ces douleurs, ces drames? « Assurément, sauf que c’est toujours avec cette noirceur-là qu’on peut faire entrer un peu de lumière. Je trouve cela important de montrer une réalité assez tragique, mais d’insérer là-dedans des espèces de pulsions très lumineuses, nobles, grandioses. Mais c’est certain que j’ai un univers très dense. »

Justement dans la pièce Fendre les lacs, que j’ai vue récemment au théâtre, j’ai adoré la musicalité, le rythme dans le texte, comme une poésie en fait. C’était voulu ainsi? « Oui, et on a travaillé très fort pour cela. Les acteurs ont dû s’approprier ce langage, tandis que moi, en tant qu’auteur, j’ai pris 3 ans à écrire ce texte et je l’ai écrit pour ces acteurs-là. Et au fil des répétitions, j’ai retravaillé les textes avec eux et je le lisais à voix haute. Pour ainsi pouvoir trouver le juste milieu entre le lyrisme, la poésie et le concret du quotidien de cette langue-là. Donc, avec les acteurs, on a travaillé à faire cohabiter les deux, de sorte que, lorsqu’ils sont sur scène, on peut avoir l’impression parfois qu’ils improvisent le texte, alors qu’ils l’ont appris à la virgule près. »

Il y a aussi cet essai Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles que tu as écrit. Pouvez-vous m’en parler : « Atelier 10 c’est la gang qui produit le magazine nouveau projet. Ils ont aussi une collection de courts essais portant sur les enjeux sociaux, culturels et individuels de notre époque. Et moi, ça faisait longtemps que le sujet de la masculinité, de ce que c’est que d’être un homme au XXIe siècle, m’intéressait beaucoup. Ces stéréotypes autour du concept de virilité masculine, je trouve qu’ils sont arriérés ce qu’on a comme modèle, références, est très contraignant pour un homme de nos jours de sentir qu’il faut répondre à cette image-là de l’homme viril. Donc, je les ai approchés avec mon idée et ils ont accepté ma proposition. J’ai donc fait des recherches, j’ai parlé à des jeunes du secondaire de Québec, Montréal de divers milieux, pour avoir leur définition à eux de la virilité, la masculinité. J’offre donc dans cet essai, mes pistes de réflexions et de solutions que je souhaite pour l’homme en devenir au XXIe siècle. En fait la question que je pose avec ce livre c’est : Si on attribue à l’homme et à la virilité,  cette notion de courage, d’audace et de force, est-ce qu’en 2016, ce ne serait pas plutôt une autre forme d’audace et de courage à laquelle il faut penser? Par exemple, dans une relation de couple, avec un homme ou une femme. On est tellement indépendant et autonome individuellement maintenant, que les notions de l’homme qui part gagner le pain, alors que la femme demeure à la maison, ce n’est plus ça aujourd’hui. Donc, à quoi peut-on servir maintenant? Comment transformer ce courage-là qu’on attribue à l’homme? Je pense que le courage qu’il faut avoir, c’est celui d’assumer nos choix, d’assumer ce qu’on veut être, pas ce qu’on nous dit qu’on devrait être. Ce sont donc ces genres de pistes de réflexion que je lance avec cet essai. » 

Quelles sont les réactions que vous avez eues à ce jour suite à sa publication? «Le livre a vraiment eu des échos forts et surprenants. Je suis vraiment fier du chemin parcouru par ce livre. J’ai rencontré justement des groupes d’étudiants au CEGEP Saint-Lawrence aujourd’hui. Ils avaient à étudier cet essai. Et c’était intéressant de voir à quel point ils se sentaient concernés, mais aussi très touchés par ça. Et moi, j’invite les gens à offrir ce livre à un homme, jeune ou plus vieux. J’ai fait en sorte que ce petit livre soit très accessible. Ça parle de nous les hommes, de nos jours, dans notre langue, dans nos références. Donc l’adolescent, ou jeune adulte va pleinement se sentir interpelé par ces écrits. Et il pourra faire lui-même sa propre réflexion sur le sujet.» 

Magazine Nouveau projet :

http://www.nouveauprojet.com/magazine

Essai Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles :

http://www.nouveauprojet.com/magazine/je-serai-un-territoire-fier-et-tu-deposeras-tes-meubles

Stéphanie Deslaurier
Stéphanie Deslaurier

Voici également mon entrevue avec Stéphanie Deslauriers, qui a publié les romans l’Éphémère, et la trahison des corps, mais qui également publie aussi des livres plus éducatifs comme cet essai : Jeux d’enfants ? L’heure juste sur l’intimidation.

Parle-moi de cet essai sur l’intimidation : « Dans les dernières années, on a parlé beaucoup d’intimidation dans les médias. Mais le constat c’était qu’on en parlait un peu tout croche, beaucoup dans le sensationnalisme. Il y a les méchants agresseurs d’un côté, les pauvres victimes de l’autre. C’était très dichotomique. Étant psychoéducatrice auprès des jeunes en difficulté, je le voyais sur le terrain que ce n’est pas tout noir et tout blanc. C’est beaucoup plus nuancé que cela. Donc, ce livre est un essai pour recadrer les faits. Qu’est-ce qui met en risque de devenir agresseur? ou de devenir une victime? Et ce, pas seulement dans la personnalité de l’enfant, mais dans tout ce qui l’entoure, sa famille, son milieu scolaire, les lois, les services qui sont en place. On retrouve aussi dans le livre des stratégies de prévention, pas juste à l’école, pour nous aussi les parents. Dès que nos enfants naissent, qu’est-ce qu’on peut faire pour les outiller dans la vie à avoir une bonne confiance en eux, à avoir de bonnes habiletés sociales? Ce sont là les facteurs de protection pour prévenir l’intimidation. »

Est-ce qu’il y a d’autres projets d’écriture pour vous prochainement? « J’ai trois livres en chantier présentement. Tout d’abord deux livres pour les ados, dont un roman jeunesse. Aussi un livre pédagogique pour les ados qui va traiter de la dépression. Et le troisième c’est un guide pour les parents pour les ramener vers eux-mêmes et arrêter d’être dans les théories des spécialistes qui disent ceci ou cela. Il est temps de retourner à nos propres valeurs dans la vie, qu’est-ce qu’on veut transmettre à nos enfants et se faire confiance un peu dans nos habilités personnelles et compétences comme parent de nos enfants. »

L’éphémère :http://info-culture.biz/2014/09/27/lephemere-de-stephanie-deslauriers-une-veritable-boule-demotions/#.VxDV-9ThDvY

Voici le lien vers mon article précédent qui parle des livres que j’ai bien aimées dans la dernière année, des auteurs présents au Salon du livre de Québec 2016 : http://info-culture.biz/2016/04/12/salon-international-du-livre-de-quebec/#.VxDaGNThDvY

Voici les liens vers mes diverses autres entrevues avec des auteurs au salon du livre :

http://info-culture.biz/2016/04/15/entrevues-au-silq-edition-2016/#.VxGqBdJ_Oko

http://info-culture.biz/2016/04/16/entrevues-au-silq-edition-2016-premier-roman/#.VxIrV9J_Oko

http://info-culture.biz/2016/04/15/entrevues-au-silq-edition-2016-louise-portal/#.VxGy0NJ_Oko

http://info-culture.biz/2016/04/17/entrevues-au-silq-edition-2016-auteurs-chevronnes/#.VxQsitThDvY

 

Pour la galerie de photos du Salon : https://www.flickr.com/photos/infoculturephotos/albums/72157667078137651

Bon salon à tous et bonne lecture !

http://www.silq.ca/

Crédit photos : Réjeanne Bouchard