Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Sur les berges du Richelieu (Tome 2) – La faute de monsieur le curé, une histoire à la fois excitante, intrigante et un tantinet immorale!

5 novembre 2016 8 h 06 min 0 commentaire
Views: 325

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Shirley Noel

Tags:

Sur les berges du Richelieu (Tome 2) – La faute de monsieur le curé

Sur les berges du Richelieu (Tome 2) – La faute de monsieur le curé

Après un premier volet des plus captivants, paru en aout dernier, Jean-Pierre Charland, nous présente déjà son deuxième volume de sa trilogie Sur les berges du Richelieu (Tome 2) – La faute de monsieur le curé. Un roman palpitant qui met cette fois-ci en lumière le curé et le vicaire de Douceville, tout en continuant de nous raconter la vie de la petite bourgeoisie québécoise au début du XXe siècle.

Résumé

Vallée du Richelieu, printemps 1906. Le curé de la paroisse, Alphonse Grégoire, héberge sa nièce Sophie au presbytère. Cette cohabitation attise les rumeurs à Douceville. Pour faire taire les mauvaises langues, le prêtre encourage la jeune fille à fréquenter la demeure du docteur Turgeon. Cela n’est pas pour déplaire à Georges, le fils du praticien.  

Le vicaire Donatien Chicoine prêche une religion sévère. Il enseigne la crainte de l’enfer à ses ouailles, notamment aux couventines qu’il visite tous les mois. Mais dans l’intimité de la confession, il se permet certains gestes avec Aline Tremblay. S’il n’était, après tout, qu’un homme comme les autres ?

À mesure que le temps s’adoucit, Corinne se remet du chagrin causé par Félix Pinsonneault. À moins que sa rencontre avec Jules Nantel à la faveur d’un thé dansant au Club Nautique n’ait quelque chose à y voir.

Quand une élégante blonde à l’accent américain s’installe à l’hôtel National, le curé Grégoire sait qu’il aura à régler ses comptes avec l’archevêché.

Dans ce roman, Jean-Pierre Charland se surpasse, à mon avis, pour nous livrer une histoire à la fois excitante, intrigante et un tantinet immorale. Contrairement à la plupart de ses autres romans, cette trilogie comporte moins de personnages et faits historiques réels et est plus axée sur les personnages de fiction, tout en nous racontant les mœurs du Québec de l’époque du début du XXe siècle dans une petite ville.

Pour les besoins de son histoire, il a même inventé une ville Douceville, tout près de Montréal. Dans le premier volume, on a rencontré une panoplie de personnages, dont la famille Turgeon. Et l’histoire principale du livre était centrée sur les domestiques de la famille Turgeon, Aldée et Graziella, tout en ayant des histoires secondaires avec les autres personnages.

Dans ce deuxième tome, c’est surtout le presbytère qui est le centre d’attraction, où habitent le curé, le vicaire et la nièce du curé, Sophie, qu’on a connu un peu dans le premier tome. Donc, même si c’est une trilogie, il n’est pas nécessaire d’avoir lu le premier livre pour comprendre le deuxième… mais bien franchement, qui voudrait ne lire qu’un seul de ses livres, alors qu’ils sont si intéressants à lire?

Jean-Pierre Charland dépeint le Québec du début du XXe siècle avec beaucoup de détails, de descriptions imagées, si bien qu’on a l’impression d’y être. On en apprend autant sur la bourgeoisie, la vie des domestiques, celle du clergé que celles des jeunes couventines. On peut aisément se mettre dans la peau de chacun et en apprécier les avantages et en découvrir aussi les inconvénients. Également, les dialogues coulent bien et sont très crédibles.

On découvre ce qu’est le thé dansant au Club Nautique, endroit où les jeunes adolescents peuvent se rencontrer, en présence de chaperons et se créer des amitiés et éventuellement des prospects pour le futur. On nous montre également comment se fêtait la fête de la Saint-Jean, le 24 juin 1906 avec la parade dans les rues. C’est très instructif, mais aussi énormément divertissant de se plonger dans un univers aussi différent d’une autre époque.

Ce que j’aime beaucoup dans ce roman-ci, c’est de voir comment ça se passe dans la tête des curés de cette époque, alors qu’ils sont tiraillés par les plaisirs de la chair, que même les prières et les autochâtiments ne peuvent supprimer. Pour ne pas trop en dire sur les intrigues de ce roman, disons simplement que les cent dernières pages du livre m’ont totalement pris par surprise et captivé. Et maintenant, j’ai déjà hâte de lire la suite dans le tome 3 qui devrait, à mon avis nous tenir tout autant en haleine que les précédents.

Jean-Pierre Charland

Jean-Pierre Charland

Jean-Pierre Charland, fameux historien et conteur fécond, a séduit des dizaines de milliers de lecteurs avec ses sagas historiques dont Les Portes de Québec, Félicité et 1967, comme il a su les tenir en haleine avec son roman historico-policier Père et mère tu honoreras.

Nombre de pages : 448

Prix suggéré : 22,95 $

Parution le :  2016-11-03

 

Collection :  Roman historique

Éditeur : Éditions Hurtubise inc.

http://www.editionshurtubise.com/

Voici mon appréciation du premier volet de cette trilogie :

http://info-culture.biz/2016/08/24/sur-les-berges-du-richelieu-tome-1/#.WBzKWmczXcs

 

 

 

 

 

Print Friendly
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top