Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Piers Faccini – I Dreamed an Island – « De jolies fables chantées »

8 novembre 2016 11 h 07 min 0 commentaire
Views: 34

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Marie-Josée Boucher

Tags:

Piers Faccini

Piers Faccini

I Dreamed An Island, le nouvel album de Piers Faccini s’écoute comme un songe, un rêve où l’on navigue dans les lointaines contrées. Avec ce rêve, on navigue sur les siècles d’Abd Al Rahman 1er, fondateur de l’émirat de Cordoue, Al Andalus. On traverse l’âge d’or d’une Andalousie douce et guerrière, des fleuves, des vallées, des racines de la psalmodie syrienne à la prose amoureuse de la Sicile Arabo-normande.

Piers Faccini est pour nous un messager qui joue et chante en plusieurs langues afin de nous partager son vécu. Il porte les traces de cette généalogie métissée, chrétienne, juive et arabe? qui prône la tolérance et le brassage des Cultes. Rêve et réalité s’embrasent, forment, des ombres et des arabesques. On s’égare au son de ces prières païennes pour célébrer ces alliances hybrides et éternelles.

I Dreamed An Island est une odyssée peuplée de silhouettes qui hantent nos songes. Sur la grande route, le songwritter anglais recompose la polyphonie des soufis dans un souffle ésotérique et sensuel «?Beloved?» et croise «?Judith?» qui fuit les barbares avec ses oranges lorsqu’elle tente de franchir un mur pour entrer dans Cordoue.

Les instruments d’époque s’échangent, le psaltérion de Bill Cooley, la guitare baroque, la mandoline, le théorbe, et les langues se délient dans les cordes en arabe sur un poème du 12e S. du sicilien Ibn Hambis scandé par Malik Ziad «?The Many Were More?», Piers Faccini chante en palermitano dans la chicone «?Anima?», ou encore en Français dans la prose d’un trouvère provençal «?Oiseau?».

Ce sixième album, est une utopie composée de fables qui chantent ce que nous sommes toujours, des femmes et des hommes d’Orient et d’Occident, les héritiers d’un Royaume riche et pacifié où la musique et la poésie embrassaient toutes les croyances. Piers Faccini, à la croisée des chemins, tresse ses ballades folks sur des madrigaux mauresques amoureuses et guerrières. Avec lui, endormi dans le berceau de l’humanité, on rêve de cette ile comme d’un nouvel âge d’or qui brille dans la nuit.

http://www.idreamedanisland.com/fr/

 

Print Friendly
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top