Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Il y a longtemps que je t’aime, je ne t’oublierai jamais par Denis-Martin Chabot

20 décembre 2016 7 h 25 min 0 commentaire
Views: 131

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Shirley Noel

Tags:

Il y a longtemps que je t'aime, je ne t'oublierai jamais

Il y a longtemps que je t’aime, je ne t’oublierai jamais

Après Rue Sainte-Catherine Est, métro Beaudry, voici le tome 2, Il y a longtemps que je t’aime, je ne t’oublierai jamais par l’auteur et journaliste à la retraite Denis-Martin Chabot. Un roman très actuel basé majoritairement dans les années 2000, qui traite de la réalité des gais un peu partout dans le monde.

Résumé

On y retrouve Bertrand, Imonfri, Alexandre et Roger, auxquels se greffent, Ginette, Lucie, Patrick, Mathieu, Marcel, Ahmed et Frédéric. Venus d’Europe, d’Afrique ou des États-Unis, ces personnages se croisent dans le Village gai de Montréal. Dans un Occident qui a perdu son innocence, son humanité et sa tolérance à la suite des événements du 11 septembre 2001, ils cherchent ardemment le bonheur et l’amour. Ces femmes et ces hommes réussiront-ils à préserver leurs acquis remportés à coup de longues et difficiles batailles? 

Le lancement de ce roman qui traite entre autres du virus d’immunodéficience humaine, le VIH, le virus responsable du SIDA a eu lieu le 1er décembre dernier, soit la journée mondiale de lutte contre le sida et il a été préfacé par le docteur Réjean Thomas.

Grâce à ce livre (et son prédécesseur) Denis-Martin Chabot donne la parole et met en scène la communauté LGBT, chose qui a rarement été faite dans la littérature québécoise. En plus d’être divertissant, ce roman nous ouvre une fenêtre sur un univers, une communauté peu connue du grand public. Denis-Martin nous dresse un portrait vrai et sans jugement de cette communauté.

Bien que ce soit le deuxième tome et qu’on y retrouve des personnages déjà bien établis dans le premier volume, il n’est pas nécessaire d’avoir lu le premier tome pour bien comprendre, puisqu’il y a souvent des rappels des événements précédents et les liens entre les personnages sont bien ramenés dans ce deuxième opus.

Dans ce roman, on retrouve donc des personnages qu’on a bien appris à connaître et donc on est curieux de savoir ce qui leur arrive à nouveau. Cette fois-ci, l’action se déroule surtout dans les années 2000, en partie dans le Village gai de Montréal, mais aussi à Paris, à Halifax, de même qu’en Afghanistan, et on fait référence aux diverses mœurs en Algérie, et au Mali, par rapport à la vision des gais et lesbiennes dans ces régions. C’est là qu’on voit qu’il y a souvent de grandes différences de vision par rapport aux gais et lesbiennes.

Également, on découvre de nouveaux personnages dans ce deuxième opus,  dont Marcel Cantin le jeune paraplégique qui se sent diminué de par son statut d’handicapé, et qui utilise internet pour satisfaire sa sexualité refoulée.  Il y a aussi le jeune algérien élevé strictement, Ahmed Hassan qui s’exile en France, puis à Montréal pour vivre sa sexualité sans se cacher, mais sa naïveté et son goût de l’argent lui causeront bien des soucis. Le couple de lesbiennes Lucie et Ginette va avoir de sérieux problèmes, lorsque Ginette, la militaire dévouée, n’en peut plus de voir les dégâts de la guerre et va toucher les bas-fonds en s’engourdissant par l’alcool.  On a aussi Frédéric dont le destin n’est pas sans rappeler celui d’un certain Matthew Shepard aux États-Unis. Et je crois que ce qui fait la force de ce roman, c’est que Denis-Martin a su intégrer des événements de l’actualité dans son récit. Il a placé ses personnages au cœur de l’action, par exemple, Patrick qui travaille dans l’une des tours du World Trade Center lors des attentats du 11 septembre 2001. Il y aussi des événements comme la parade de la fierté gaie à Montréal, des moments qui se passe durant la guerre en Afghanistan et même certains personnages ont vécu l’effondrement du viaduc de la Concorde au Québec en 2006. Bref, tout ceci fait en sorte qu’on a l’impression que ces personnages existent vraiment, car ils sont placés dans notre réalité.

De plus, il y a une grande diversité dans les personnages présentés. Que ce soit des gens de diverses nationalités, avec handicap, des militaires, des hommes ou des femmes qui sortent ou non du placard. Bref, ce sont des personnages riches, colorés, diversifiés dont on suit les péripéties sur plusieurs décennies. Le tout est présenté dans le désordre, en alternant des scènes du présent et du passé, comme si on alternait entre souvenirs et réalité. Denis-Martin, avec sa plume journalistique, sait raconter des faits avec une grande crédibilité, des descriptions très imagées, et il réussit à bien soutenir notre intérêt. Mais également, grâce à sa plume d’écrivain, il nous fait ressentir les émotions des divers personnages et il nous émeut grandement, en abordant des thèmes comme les relations de couple, la peur de vivre seul, ou de vieillir, la jalousie, les cyberrelations, vivre avec un handicap, la prostitution chez les gais, les familles reconstituées, l’acceptation de la différence.  Et on en apprend un peu plus sur la crise du Sida et les effets du VIH et ses traitements possibles.

Un roman des plus captivants!

Denis-Martin Chabot

Denis-Martin Chabot

Journaliste à la radio et à la télévision de Radio-Canada pendant 32 ans, Denis-Martin Chabot a visité le Rwanda à quelques reprises. En 2009, lauréat d’une bourse Nord-Sud de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, il se rend au Pays des mille collines pour y préparer un reportage sur le dernier envoi de médicaments antirétroviraux génériques canadiens dans ce pays. Il en profite pour produire un reportage sur Nicole Pageau. Il y est retourné en 2012 pour entreprendre la rédaction de cette biographie. Lauréat de plusieurs prix journalistiques, dont un Prix Judith-Jasmin en 2008, Denis-Martin Chabot est également auteur de la biographie Richard Abel, mon histoire en noir et blanc aux Éditions La Semaine. Il a aussi écrit les romans Rue Sainte-Catherine Est, métro Beaudry et Il y a longtemps que je t’aime, je ne t’oublierai jamais à la même maison d’édition

Pour mon article sur le premier tome : http://info-culture.biz/2015/08/25/rue-sainte-catherine-est/#.WD9sjdThDvY

Prix 29,95 $

400 pages

Parution : 2016-11-28

Édition La presse

http://www.editions-lasemaine.com/

 

http://www.denismartinchabot.com/

 

 

 

 

 

Print Friendly
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top