Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Le Songe d’une nuit d’été, au Théâtre du Trident, quelle belle folie communicative!

20 janvier 2017 7 h 41 min 0 commentaire
Views: 521

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Shirley Noel

Tags:

Le songe d'une nuit d'été

Le songe d’une nuit d’été

Pour débuter l’année 2017, le Théâtre du Trident propose Le Songe d’une nuit d’été, un classique de Shakespeare, reprit de manière avant-gardiste et ingénieuse par le metteur en scène Olivier Normand avec la troupe de cirque Flip Fabrique, (partenaires de création pour les deux moutures du spectacle Crépuscule à l’Agora du Vieux-Port). Cette production fabuleuse et féérique est présentée jusqu’au 11 février 2017.

SYNOPSIS

Par une nuit d’été, dans une forêt enchantée, Puck (Patrick Ouellet), sous les ordres d’Obéron (Jean-Sébastien Ouellette) roi des fées, va verser un filtre d’amour à Lysandre (André Robillard), amoureux d’Hermia(Mélissa Merlo), deux amants en fuite endormis l’un près de l’autre. Ces derniers, poursuivis par Dimitrius (Jean-Michel Girouard) amoureux d’Hermia, mais également par Héléna(Mary-Pee Picknell) amoureuse de Dimitrius. La situation devient rocambolesque quand à son réveil, Lysandre, aidé de la potion magique, tombe amoureux d’Héléna.  Entre-temps, Puck verse le même filtre à Titiana(Valérie Laroche), reine des fées, puisqu’Obéron est jaloux d’un jeune page que sa femme éduque et souhaite ainsi créer la discorde dans leur couple. En parallèle se déroule au coeur de cette même forêt, la répétition d’une pièce de théâtre dirigée par Bottom(Hugues Frenette), un tisserand, pour la célébration du mariage de Thésée, duc d’Athènes et Hippolyte, reine des Amazones…

Sous l’effet du filtre d’amour va régner alors une confusion de quiproquos, de poursuites, d’espiègleries, de drôleries dans un rythme léger et une ambiance festive. Une jolie balade féerique au fond d’une forêt étrange et spectatrice où se déchaînent des passions amoureuses. Un conte lumineux entre réel et rêve, où la réflexion majeure se porte sur la sincérité et la fidélité de l’amour. Un grand classique revisité, une histoire sensuelle et magique : une ode au désir.

  

Deux acrobates Mathias Reymond et Pauline Bonnani

Deux acrobates Mathias Reymond et Pauline Bonnani

«Quelle belle folie!» voilà les mots que j’avais en tête, au sortir de la salle, après avoir passé plus de 2 heures à me laisser imprégner de la fougue du désir amoureux, la haute voltige des acrobates et la féérie de cette pièce classique lumineuse réinventée à la sauce contemporaine.  Si vous devez choisir une seule pièce à voir cet hiver, Le songe d’une nuit d’été est un incontournable! On n’en attendait pas moins de ceux qui nous donnent chaque année, le superbe spectacle de cirque Crépuscule à l’Agora du Vieux-Port.

Olivier Normand a fait un travail colossal pour revisiter et métamorphoser cette œuvre de Shakespeare et la transformer en un merveilleux mélange de danse, d’acrobatie, de musique et d’euphorie amoureuse délirante.

À tout moment, l’on passe du rire à l’émerveillement, de la fantaisie à l’étonnement. Un pur délice autant pour les yeux que pour nos oreilles. Cette pièce est un divertissement complet. Une belle poésie dans les chorégraphies par moment, autant par les trois acrobates du crique Flip Fabrique (Émile Pinault, Mathias Reymond et Pauline Bonnani), que par les acteurs eux-mêmes qui se sont lancé ce beau défi de jouer physiquement, de s’exprimer en dansant, alors que le mouvement remplace les mots.

Il y a également de la musique et des chansons angéliques, enivrantes, résonnantes qui sont douces à nos oreilles. Josué Beaucage nous envoûte avec sa voix et sa démarche apaisantes.

Mélissa Merlo, André Robillard, et Mary-Lee Picknell

Mélissa Merlo, André Robillard, et Mary-Lee Picknell

André Robillard, ce jeune homme que l’on suit dans son rêve, nous est sympathique dès le départ et nous émeut dès les premières minutes de la pièce, par sa naïveté, sa fraicheur, son innocence et son impuissance face à son rêve, si bien qu’on embarque avec lui totalement dans ce songe de deux heures dont à aucun moment on ne s’ennuie.

Mélissa Merlo est succulente à souhait dans son rôle d’amoureuse. Elle maitrise autant la danse que le jeu et elle fait rire autant qu’elle charme.

Hugues Frenette, Marc Auger et Émmanuel Bédard forment un trio complètement déjanté. Ils sont complètement à l’opposé des autres personnages, alors qu’ils incarnent des ouvriers qui se préparent à célébrer un mariage. Ils changent totalement le rythme et la dynamique de la pièce, comme cela peut arriver lorsqu’on rêve nous-mêmes. Ils sont immensément hilarants! Hugues Frenette nous fait littéralement éclater de rire avec son personnage plus grand que nature. Le ridicule ne tue pas et ce trio nous le prouve assurément. Ils répètent une pièce de théâtre qu’ils vont présenter au Duc. Et donc, on assiste à une pièce de théâtre à l’intérieur d’une pièce de théâtre. C’est loufoque et merveilleusement bien amené.

Hugues Frenette, Marc Auger

Hugues Frenette, Marc Auger

Au niveau de la mise en scène, quel éclair de génie de nous présenter sur une immense scène, un décor aussi flamboyant! Il y a d’abord la chambre à coucher (qui se démantibule en quelques minutes), l’endroit où le rêve prend forme, puis une forêt à la fois sombre et féérique, où se promènent toutes ces créatures et où on y retrouve un très long trampoline, et un mât chinois, sans que cela ne paraisse suspect. Avec de longs draps transparents qui flottent de haut en bas de la scène, et les lumières tamisées ici et là,  on a vraiment l’impression d’être dans le brouillard du rêve.

Les acteurs doivent suer leur vie sur scène, avec tous les déplacements, les courses folles, les batailles et chamailles, entremêlées de retrouvailles bien senties, ils déploient une belle énergie contagieuse qui nous enivre.

En résumé, cette proposition surprenante et audacieuse est à voir absolument!

Josué Beaucage,

Josué Beaucage,

17 janvier au 11 février 2017 – Le Trident

De William Shakespeare

Traduction de Michelle Allen

Mise en scène d’Olivier Normand

Coproduction Flip FabriQue

CONCEPTION

Véronique Bertrand, Scénographie

Caroline Ross, Éclairages

Josué Beaucage, Musique originale et interprétation

Virginie Leclerc, Costumes

Katia Talbot, Assistance à la mise en scène

Alan Lake, Chorégraphies

Distribution : Marc Auger, Josué Beaucage, Emmanuel Bédard, Hugues Frenette, Jean-Michel Girouard, Valérie Laroche, Mélissa Merlo, André Robillard, Patrick Ouellet, Jean-Sébastien Ouellette, Mary-Lee Picknell ainsi que trois acrobates du crique Flip Fabrique : Émile Pinault, Mathias Reymond et Pauline Bonnani

http://www.letrident.com/

Photo : Stéphane Bourgeois

 

  

 

Print Friendly
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top