Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Ça sent la coupe, nouvelle édition augmentée de Matthieu Simard, un roman à l’humour fin et nuancé, qui donne le goût de s’intéresser au hockey et au film du même nom qui sort en salle très bientôt!

8 février 2017 8 h 45 min 0 commentaire
Views: 37

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Shirley Noel

Tags:

ça sent la coupe

ça sent la coupe

Avec la sortie en salle le 24 février prochain de la comédie dramatique Ça sent la coupe, inspirée du roman, scénarisé par Matthieu Simard et réalisé par Patrice Sauvé, quoi de plus approprié que de s’intéresser au livre précurseur du film. Surtout que ce livre, publié en 2004, arrive en libraire dès le 8 février, dans une nouvelle édition augmentée…

Résumé

Un homme, sa télé, ses Canadiens, ses amis : bienvenue dans le petit monde en circuit fermé de Matthieu. Quatre-vingt-treize chapitres, un pour chaque match de la saison. Tout au long de ce journal d’un partisan de la « Sainte-Flanelle » de Montréal, Matthieu parle moins de hockey que de ses amours et de ses chums.

Que retrouve-t-on dans cette nouvelle édition augmentée… En plus de l’histoire originale, il y a en début du livre une préface de Louis-José Houde (qui incarne le personnage principal dans le film du même nom). Aussi, à la fin du volume, il y a une section qui parle du film, avec quelques extraits du scénario commentés par l’auteur. Et c’est en lisant cette section qu’on apprend que le film et le livre sont assez différents, donc, raison de plus de lire le livre (avant ou après le visionnement du film) pour voir comment l’histoire a évolué pour devenir un film.

Personnellement, j’aime bien lire d’abord le roman qui inspire un film, pour m’imaginer ce, à quoi pourrait ressembler le film et aussi pour voir tout ce qui ne se retrouve pas plus tard dans le film.

Tout d’abord, je dois dire que je trouve l’idée assez originale de s’inspirer de la saison des Canadiens de Montréal pour écrire le journal d’un partisan de la Sainte-Flanelle. Le hockey étant en fait un prétexte pour parler d’un gars, de ses amis de gars, de leurs relations avec les filles, d’amitié, de famille, de sexe… Bref parler de tout…avec en arrière-plan la télé et les matchs du Canadien et quelques commentaires sur la saison en cours. Je ne suis pas une fan de hockey, mais cette incursion dans le monde des amateurs de ce sport m’a fait voir le côté assez cocasse d’être accro à ce sport national à la télé.

Au niveau de l’écriture, je dois dire que j’adore la plume de Matthieu Simard. Il a un humour fin, drôle, et comme il parle à la première personne, soit celui qui écrit son journal, on a parfois l’impression qu’on lit les anecdotes d’un humoriste qui se raconte sur scène. Étonnamment, Louis-José Houde le dit lui-même dans sa préface du roman : «…son écriture me rappelait en effet mon humour, en plus délicat, nuancé et touchant. » Je ne pourrais pas si bien dire.

J’aime aussi ses références au hockey pour décrire des situations de sa vie. Bref, ce roman est des plus divertissant! Il est intéressant de voir que le titre de chaque chapitre contient en fait le jour et le pointage du match de hockey présenté cette journée-là. Exemple : Mardi 25 novembre 2003 Canadiens 2, Canucks 5. C’est que dans les faits, Matthieu a décidé d’écrire son état d’âme après chaque match des Canadiens qu’il regarde la plupart du temps chez lui, seul ou avec ses amis, sur son écran plat de 51 pouces.  Ainsi, toute sa vie tourne autour de ces matchs dont on a quelques détails, mais c’est surtout ses relations amoureuses et amicales qui sont commentées au fil des pages.

Il est certain que de lire le roman, ça donne le goût de voir le film qui mettra en vedette Louis-José Houde dans le rôle principal de Max (qui porte le nom de Matthieu dans le livre), Émilie Bibeau dans le rôle de Julie, Julianne Côté dans le rôle de la sœur de Max, et Louis-Philippe Dandenault, Maxime Mailloux et Patrick Drolet les amis de Max.

Le film Ça sent la coupe ouvrira les Rendez-vous du cinéma québécois le 22 février et sera présenté en salle partout au Québec dès le 24 février 2017.

Matthieu Simard

Matthieu Simard

Né en 1974 à Montréal, Matthieu Simard a fait ses études en droit et en journalisme.  Très polyvalent, Matthieu est chroniqueur, blogueur, auteur, scénariste et concepteur-scénariste-réalisateur web. Il a été chroniqueur au journal Voir Québec, et a présenté une chronique humoristique au Journal de Montréal.
En tant qu’auteur, Matthieu Simard a publié cinq romans à succès entre 2004 et 2011 aux Éditions Stanké. En avril 2004 paraissait le roman à sketches Échecs amoureux et autres niaiseries, suivi en septembre 2004 par Ça sent la coupe, puis par Douce moitié en mars 2005.   En octobre 2006, il publiait Llouis qui tombe tout seul, qui a été en nomination pour le Grand Prix littéraire Archambault 2008. En septembre 2011 il publie La tendresse attendra, un roman de peine d’amour et de plomberie.
En 2008-2009, il a également publié le feuilleton pour adolescents Pavel (La courte échelle , finaliste aux prestigieux Prix littéraires du Gouverneur général 2009. Il a participé en 2011 aux collectifs Cherchez la femme (Québec Amérique) et Amour et libertinage, par les trentenaires d’aujourd’hui (400 coups).

Date de parution du livre : 8 février 2017
Sujet : Littérature québécoise
Nombre de pages : 312 pages
Prix  24,95 $

Les éditions Stanké

http://www.editions-stanke.com/

https://matthieusimard.com/

http://outsidersfilms.com/projet/ca-sent-la-coupe/

 

Print Friendly, PDF & Email
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top