Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

DUMONT, une artiste à découvrir

24 février 2017 11 h 48 min 0 commentaire
Views: 59

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

HeleneCaroline Fournier

Tags:

DUMONT - Ombre et l'Intensité, techniques mixtes sur toile, 14 x 18 pouces

DUMONT – Ombre et l’Intensité, techniques mixtes sur toile, 14 x 18 pouces

La Galerie Zen fait peau neuve avec une relocalisation en plein coeur du Vieux-Québec. Après avoir connu un franc succès à Lac-Beauport, en ouvrant ses portes pour la première fois en 2015, la Galerie Zen a déménagé en début de l’année et est maintenant située au 1139, rue Saint-Jean à Québec. La propriétaire et directrice, Esther Garneau, ouvre donc sa “nouvelle” Galerie Zen le 1er mars. L’inauguration officielle aura lieu le 26 mars de 13h à 16h en présence de nombreux artistes dont DUMONT (Jocelyne Dumont).

DUMONT

Née en 1969 dans la région de la Montérégie, Jocelyne Dumont vit aujourd’hui à Lac-Beauport, en banlieue de Québec. Bien qu’elle soit une artiste autodidacte, le dessin et la peinture ont toujours fait partie de sa vie. L’art a toujours été son mode d’expression et son refuge. Enfant, son milieu familial n’est pas propice au développement artistique, mais une capacité est bien présente en elle. Elle suit donc des cours de dessin au niveau collégial et débute un baccalauréat en arts plastiques à l’Université Laval que les aléas de la vie ont fait interrompre au profit d’un travail en administration. Or, c’est la participation aux Ateliers Toiles Blanches avec Suzanne Longval qui a véritablement été l’élément déclencheur. De plus, Diane Gagnon, coach de vie, auteure et conférencière – une personne très importante dans sa vie – l’encourage fortement à se lancer dans la profession d’artiste peintre. Ayant trouvé une certaine confiance en elle, grâce à de bons commentaires, en 2016, elle expose en tant qu’artiste permanente à la Galerie Zen, alors située à Lac-Beauport. Elle y rencontre d’autres artistes et des professionnels du milieu de l’art. Elle participe également à une table ronde entre artistes sur l’art et son avenir au Québec. Cette première présence en galerie sera un tremplin formidable pour l’artiste qui obtient, dans la foulée, une exposition à la Galerie MJ Laberge de Boucherville dans laquelle le public la retrouve au début de l’année 2017. Entre temps, Jocelyne Dumont – qui signe ses œuvres DUMONT – prend des cours en gestion de carrière artistique avec Sophie Ouellet et Annie Lévesque, deux artistes peintres, de la Galerie Ni Vu Ni Cornu. Son but est d’aller plus loin dans cette profession qui lui permet de s’exprimer sans aucune contrainte et d’être vraiment elle.

Aujourd’hui, DUMONT est présentée de façon permanente à la Galerie Zen située au 1139, rue Saint-Jean à Québec.

UNE ARTISTE À DÉCOUVRIR

L’art de DUMONT évoque une dualité chez l’humain. Ses personnages expriment une part de lumière et d’ombre, comme les deux côtés d’une même médaille. Ils ne sont jamais totalement en pleine lumière, ni jamais totalement en pleine obscurité. C’est une métaphore de la vie, une réalité humaine qu’elle transpose dans sa peinture qui marie abstrait et détails figuratifs. Son travail se construit autant autour des couleurs que de la texture et du mouvement qu’elle donne à ses sujets. L’artiste recherche donc d’emblée l’équilibre à travers une certaine intensité. Ses personnages sont travaillés à l’acrylique, en techniques mixtes. Elle utilise du mortier et de l’époxy, mais aussi des éléments intégrés qui contribuent à produire une texture ou un relief particulier. Elle travaille aussi bien au couteau à peindre (spatule) qu’au pinceau. « Je partage ma passion pour rendre le monde heureux ! », affirme l’artiste qui prend la vie un jour à la fois, une marche à la fois.

Dès l’enfance, DUMONT se nourrit d’images, parmi lesquelles il y a celles de Salvador Dali (1904-1989). Plus tard, il y aura celles de Corno (1952-2016), peintre québécoise qui a fait carrière à New York qui, elle-même, a fortement été influencée par l’iconographie d’Andy Warhol. DUMONT s’inspire surtout des regards et des formes qu’elle présente en gros plan, comme la bouche, par exemple, qui est un élément très important dans son iconographie artistique. L’attention du public se fixe sur un élément mis en évidence dans sa composition. Cet élément évoque des souvenirs ou provoque des émotions. Par exemple, une bouche ultra pulpeuse, placée au cœur d’une composition ne laissera personne indifférent. Y aurait-il une intention provocatrice derrière cette bouche ? Une intention séductrice ? Ou tout simplement un prétexte au questionnement pour un public trop habitué à situer la femme comme une agente de séduction ?

Le portrait ne date pas d’hier, mais peu importe ses fonctions à travers l’histoire de l’art, le mobile commun est la reconnaissance : reconnaître l’individu dans l’image. Ici, l’artiste utilise le portrait comme pierre angulaire d’une pensée de la représentation articulée sur les notions d’imitation, de ressemblance et de traits de personnalité. L’image réfère à l’individu auquel elle ressemble. Quels échos percevons-nous, en nous-mêmes, de ces portraits ?

L’art de DUMONT est également de nous interroger sur la perception que nous avons de soi, des autres et… des femmes.

Lire aussi la critique d’art

Print Friendly, PDF & Email
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top