Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Le film Iqaluit, un voyage, une histoire

24 février 2017 12 h 38 min 0 commentaire
Views: 135

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Diane Morency

Tags:

Iqaluit avec François Papineau et Marie-Josée Croze

Iqaluit avec François Papineau et Marie-Josée Croze

Le temps réel s’arrête durant la projection du film Iqaluit. Nous sommes complètement envoûtés dès la présentation des premières images et à l’écoute de la musique originale fusionnant tous les éléments.

Iqaluit, un regard humaniste et poignant sur les relations à distance et l’ouverture à un monde inconnu, auquel on se retrouve beaucoup plus lié qu’on ne l’aurait cru. Tourné dans la ville du même nom et ses environs, les réalisateurs et producteurs nous offrent l’occasion de voir des paysages englacés, de magnifiques rivières, des bancs de neige sur le pergélisol, des icebergs plus loin dans la baie de Frobisher.

Date de sortie au Québec :    10 mars 2017

Synopsis : Carmen, la femme d’un travailleur du nord, se rend pour la première fois à Iqaluit au chevet de Gilles, son mari gravement blessé. En cherchant à savoir ce qui s’est passé, elle se rapproche de Noah, un ami Inuk de Gilles, et comprend que son drame est lié au sien. Ils partent alors ensemble sur la baie de Frobisher; Carmen, pour obtenir des réponses, Noah pour empêcher son fils de commettre l’irréparable.

François Papineau dans le rôle de Gilles donne la couleur de son amour et de son attachement à ces habitants, à leur culture, leurs valeurs et langue autochtone inuktitut si différentes des nôtres. Malgré son passage écourté, il a su grâce, à son talent d’acteur, nous plonger dans son mystère. Quant à Marie-Josée Croze qui interprète Carmen, elle nous présente tout d’abord une femme désintéressée mais qui au fur et à mesure de ses découvertes fait preuve d’une grande sensibilité et d’une ouverture d’esprit qui en fera réfléchir plusieurs.

Cette histoire qui pourrait nous sembler banale, prend dans ce décor des dimensions et des sentiments comme l’horizon de ce pays soit d’isolement, de dureté, de sans issus, mais indéniablement vécue dans un rythme ou la notion du temps a tellement une autre dimension que la nôtre.

Réalisateur, Benoit Pilon, Producteur, Bernadette Payeur, Coproduit par Charlotte DeWolff , Producteur associé Marc Daigle et Robert Lacerte.

Distribution

Marie-Josée Croze dans le rôle de Carmen, François Papineau, dans le rôle de Gilles, Natar Ungalaq, rôle de Noah, Christine Tootoo, Paul Nutarariaq, Sébastien Huberdeau, ainsi que plusieurs acteurs et artistes du Nunavut.

Iqaluit jouit déjà d’une magnifique vitrine grâce à une sélection dans plusieurs festivals internationaux, dont :

  • Festival Film by the Sea (Pays-Bas)
  • Filmfest Hamburg (Allemagne)
  • Festival Mill Valley Film (États-Unis)
  • Festival American Indian Film (États-Unis)
  • International Film Festival Mannheim-Heidelberg (Allemagne)
  • et sera présenté bientôt au:
  • Festival Canadian Film Week Celebrates Diversity (Grèce, février 2017)
  • Festival Quebecine (Mexique, février 2017)

Benoit Pilon, réalisateur et scénariste québécois, réalise avec Iqaluit son 3e long-métrage après Décharge (2011) présenté en compétition officielle du FIFF de Namur, et l’inoubliable Ce qu’il faut pour vivre (2008) acclamé autant par la critique que par le public, ayant reçu 3 prix Jutra, dont meilleur film québécois et 4 prix Genie, dont meilleur réalisation. Le film se hisse également jusqu’à la « short list » de 9 films pour l’obtention de l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Benoit Pilon réalise également plusieurs documentaires pour le grand écran dont Roger Toupin, Épicier variété (2003) qui remporte un beau succès critique, le prix Jutra du meilleur documentaire, le Bayard d’Or du meilleur documentaire du Festival international du film francophone de Namur ainsi qu’une mention spéciale au festival Vision du Réel de Nyon (Suisse). Fervent collaborateur avec l’INIS, en 2013 il est tuteur des élèves du programme documentaire dont il devient le directeur en 2016.

Distribué par Les Films Séville, une filiale d’Entertainment One, et Seville International.

À propos des Films Séville

Avec son siège social à Montréal, Les Films Séville sont le premier distributeur de contenu cinématographique au Québec. Partenaire de marque de l’industrie du film québécois et filiale d’Entertainment One, Les Films Séville se sont également démarqués comme le plus grand distributeur international de films québécois grâce à leur société affiliée, Seville International.

À propos de Seville International

Seville International, division indépendante des ventes internationales des Films Séville à Montréal, représente certains des meilleurs producteurs et réalisateurs au monde. Elle met l’accent sur des films indépendants de grande qualité ayant un fort potentiel commercial, ainsi que sur le cinéma d’auteur maintes fois primé du Québec, du Canada, et de partout dans le monde.

Distributeur au Québec : http://filmsseville.com/accueil

Photo courtoisie

Print Friendly, PDF & Email
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top