Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Akram Khan sur la scène circulaire de la Tohu à Montréal

18 mars 2017 9 h 59 min 0 commentaire
Views: 86

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Sophie Jama

Tags:

Until the Lions © Photo de courtoisie Akram Khan

Until the Lions © Photo de courtoisie Akram Khan

Imaginez un arbre gigantesque, scié au ras du sol, et dont on pourrait compter les nombreux cernes qui informent sur son grand âge. Occupant presque entièrement l’immense scène circulaire de la Tohu, c’est sur cette souche d’arbre – qui réservera bien des surprises en se craquelant comme la croute terrestre et en s’ouvrant pour laisser apparaître lumières et fumées délicates… – que trois danseurs d’exceptions racontent aux spectateurs émerveillés un récit inspiré de l’épopée indienne du Mahabharata : la victoire de la princesse Amba sur le guerrier mi-dieu mi-homme Bheeshma.

Sur la scène, une tête d’homme chauve et des lances verticales; seul un vibrement sourd et inquiétant se fait entendre. Pénètre dans la salle, en entourant la scène, une sorte de reptile agile qui galope ou se contorsionne au ras du sol avec la souplesse d’un félin. C’est la princesse Amba, les cheveux attachés en chignon, qui a commencé sa métamorphose vers un être androgyne. Elle rampe et se tortille avec une souplesse extraordinaire, et dégage la scène de ses lances en en consacrant une à la tête d’homme sans corps.

Accompagnée des quatre musiciens chanteurs qui usent d’instruments mais aussi de la souche comme lieu de percussion violent, une autre figure de la princesse, très féminine cette fois-ci, mais tout aussi souple et agile, va apparaître bientôt. Elle est portée comme un vulgaire sac sur le dos d’un homme chauve qui coure à toute vitesse autour de la scène en faisant voler sa longue chevelure. La tension retombe. La musique se fait douce, presque silencieuse, avec une très belle voix féminine. Les solos de la danseuse sont superbes. Tout danse en elle, y compris sa chevelure longue et très fournie. Amba a été enlevée le jour de ses noces par Bheeshma à qui elle était destinée mais qui a fait vœu de chasteté. Le guerrier, un homme au crane rasé interprété par Akram Khan, va l’accompagner dans des duos érotiques mais chastes qui entraîneront bien des querelles. Les danses alternent entre moments de rapprochements et de batailles très violentes.

Until the Lions © Photo de courtoisie Akram Khan

Until the Lions © Photo de courtoisie Akram Khan

Les trois danseurs ont une maitrise parfaite de leurs corps. Les chorégraphies engagent tous leurs membres jusqu’au bout de leurs doigts, passant de moments d’une rapidité extrême à d’autres où les corps se décomposent au ralenti, de périodes très joyeuses à d’autres dramatiques. La musique est sublime elle aussi. Les chorégraphies variées. Le décor se transforme sous des éclairages de toute beauté. La victoire amère de la princesse Amba aura raison du guerrier qui succombera comme la tête sans corps le laissait supposer.

Until the Lions, proposée dans le cadre de Danse Danse, est une œuvre éblouissante du chorégraphe et danseur anglais Akram Khan. Elle ne peut s’offrir que sur une scène circulaire comme celle de la Tohu, ce qui nous vaut son passage à Montréal. À plus de 40 ans, Akram Khan interprète lui-même le personnage de Bheeshma. Il est accompagné de deux danseuses exceptionnelles et de quatre musiciens chanteurs. Le décor est signé par l’artiste Tim Yip qui n’a pas lésiné sur une mécanique complexe permettant des mouvements subtils et magnifiques. Tout est fait pour offrir au public un spectacle impressionnant inspiré de multiples épisodes d’un récit que le spectateur ne connaît pas forcément mais peut imaginer à sa guise, et qui le remplit d’émotions.

Akram Khan Company, Until the Lions, du 17 au 25 mars 2017, à La Tohu à Montréal

Directeur / Chorégraphe / Interprète Akram Khan

Concept de narration / Scénario / Texte Karthika Naïr

Conception visuelle Tim Yip

Danseurs Akram Khan, Ching-Ying Chien, Christine Joy Ritter

Musiciens Sohini Alam, David Azurza, Yaron Engler, Vincenzo Lamagna

Éclairages Michael Hulls

Compositeur Beautiful Noise (Vincenzo Lamagna)

Dramaturgie Ruth Little

Directeur assistant Sasha Milavic Davies

Assistant chorégraphe Jose Agudo

Voix hors-champ Kathryn Hunter

Directeur technique Sander Loonen

Producteur Farooq Chaudhry

Informations : http://www.dansedanse.ca/fr/akram-khan-company-until-lions

Print Friendly
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top