Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

The Volunteered Slaves, Album Ripcord, Quand les joyeux esclaves s’éclatent!

25 avril 2017 11 h 40 min 0 commentaire
Views: 18

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Carmen Dallaire

Tags:

Ripcord

Il faut savoir prendre de plein fouet les trop rares musiques qui évoquent la joie de vivre. Volunteered Slaves, groupe déjà culte, nous transmet un message universel qu’il convient de  consommer sans modération. Nos joyeux esclaves sont les enfants du monde et ils en parlent avec du beat et du groove, des accords éclatants et des riffs lumineux.

Volunteered Slaves est un collectif de musiciens tout à fait contemporain constamment à la recherche d’une musique dont le résultat ici est un harmonieux mélange des cultures, des styles, des générations et des genres.

Leur nom est une prise de conscience : La Servitude volontaire, titre d’un court réquisitoire contre l’absolutisme qu’Étienne de la Boétie a écrit en 1574  à l’âge de 18 ans.

Ce texte, toujours brûlant d’actualité plus de 400 ans plus tard, pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population.

Wikipedia : L’originalité de la thèse soutenue par La Boétie, est de nous démontrer que, contrairement à ce que beaucoup s’imaginent quand ils pensent que la servitude est forcée, elle est en vérité toute volontaire. Combien, sous les apparences trompeuses, croient que cette obéissance est obligatoirement imposée. Pourtant comment concevoir autrement qu’un petit nombre contraint l’ensemble des autres citoyens à obéir aussi servilement ? En fait, tout pouvoir, même quand il s’impose d’abord par la force des armes, ne peut dominer et exploiter durablement une société sans la collaboration, active ou résignée, d’une partie notable de ses membres2. Pour La Boétie, « Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres ».

Et c’est bien de délivrance dont il est question ici : délivrance des cœurs et des idées!

Ce collectif de musiciens surdoués nous revient avec un nouvel album intitulé Ripcord: Les esclaves volontaires entendent maintenant des voix!

Le groupe a pour but premier le décloisonnement des genres, et du jazz en particulier. C’est en le mêlant aux musiques pop, afro et électro, avec un net virage vocal qui impose les chants de quatre jeunes chanteuses hip hop (Indy Eka, Mafé, Kiala Ogawa et Raphaela Cupidin) et le slameur Allonymous qu’ils y parviennent. De cette exploration The Volunteered Slaves rapportent des versions planantes d’Us and them des Pink Floyd, de God only knows des Beach Boys ou encore de Video Killed the Radio Star des Buggles. Ripcord nous fait d’un bout à l’autre planer très haut. On décolle avec le premier extrait : Kahina et son clip qui nous entraîne dans le désert –

L’électro n’est jamais bien loin avec les ondes analogiques du Moog d’Emmanuel Duprey ou du vocodeur de l’organiste Emmanuel Bex, invité de l’album.

D’un titre à l’autre, on suit les pérégrinations d’une troupe nomade.  Kahina nous parle de la 1ère guerrière berbère féministe, pièce suivie par le titre Watersplash qui nous parle d’un couple en déroute. Ensuite The Gambler  le joueur illuminé et Osun qui traite des illuminations d’un prêcheur créole.

À travers ce nouvel album, qui fusionne brillamment le jazz à la poésie militante et aux musiques du monde, The Volunteered Slaves nous invite à planer avec lui!

Print Friendly, PDF & Email
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top