Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Cigarettes et Chocolat Chaud, de Sophie Reine, un savant mélange d’humanité et de tendresse, où rires et larmes se conjuguent au pluriel. À voir en famille!

25 mai 2017 6 h 47 min 0 commentaire
Views: 27

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Shirley Noel

Tags:

Cigarettes et chocolat chaud

Cigarettes et chocolat chaud

La comédie dramatique française Cigarettes et Chocolat Chaud réalisé par Sophie Reine prend l’affiche au Québec le 26 mai prochain. Ce portrait d’une famille originale, attachante et hors-norme est le premier long-métrage de Sophie Reine qui œuvre en tant que monteuse au cinéma depuis plus de vingt ans.

Résumé

Denis Patar est un père aimant, mais débordé qui se débat seul avec l’éducation de ses filles, Janis 13 ans et Mercredi 9 ans, deux boulots et une bonne dose de système D. Un soir Denis oublie, une fois de trop, Mercredi à la sortie de l’école. Une enquêtrice sociale passe alors le quotidien de la famille Patar à la loupe et oblige Denis à un « stage de parentalité ». Désormais les Patar vont devoir rentrer dans le rang.

 Cigarettes et chocolat chaud c’est le film idéal à voir en famille, car il va divertir autant les adultes que les enfants qui eux, vont se bidonner.

Il y a de tout dans ce film. Des lucioles qui font rêver, un cochon dingue qui se réinvente tous les jours,  une montagne russe d’émotions qui submerge le spectateur à tout moment, des situations abracadabrantes qui étonnent, mais qui fonctionnent. Et la musique de David Bowie qui emplit nos oreilles et accentue nos émotions.

Gustave Kervern  Camille Cottin

Gustave Kervern
Camille Cottin

Gustave Kervern est le papa poule dont le manque de savoir-faire en méthode d’éducation est compensé amplement par son dévouement, sa fantaisie et son amour inconditionnel pour ses deux filles. Cet acteur que je viens de découvrir a un charisme fou qui fait qu’on lui pardonne tout et on le trouve très touchant.

Il y a également l’assistante sociale Séverine incarnée avec brio par Camille Cottin. Son personnage est des plus ingrats, car au contact de cette famille tantôt bizarre, mais surtout attachante, Sévérine se sent rapidement prise entre ses devoirs administratifs et ses désirs personnels. Au contact de cette famille, Sévérine va peu à peu laisser tomber son côté rationnel pour écouter un peu plus son cœur.  C’est beau de voir son personnage évoluer.

Il y a aussi les deux adorables comédiennes Héloïse Dugas et Fanie Zanini, que l’on adore dès les premiers instants. Elles jouent avec une aisance et  un naturel déconcertant. L’aînée est d’autant plus admirable puisqu’elle a relevé un défi supplémentaire, soit celui d’incarner un personnage avec le syndrome de Gilles de la Tourette.

Héloïse Dugas   Fanie Zanini

Héloïse Dugas
Fanie Zanini

Ainsi, ce film, en plus de divertir, faire rire et émouvoir, il permet aussi de faire réfléchir sur la différence, les difficultés de s’intégrer dans un groupe lorsqu’on est différent. Il y a aussi toute la notion de l’éducation des enfants. Qu’est-ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas lorsque vient le temps de s’occuper de nos enfants? C’est pour toutes ces raisons que je crois que ce film en vaut vraiment le détour.

Sophie Reine nous offre avec ce film quelque peu autobiographique, une réalisation efficace, avec une histoire sincère, un rythme soutenu, des revirements de situations inattendus et surtout des dialogues réfléchis et des scènes où s’alternent le rire et le tragique. Bien honnêtement, les dernières 20 minutes du film m’ont amené une boule dans la gorge et les larmes aux yeux.  Quelle originalité!

Je dois de mentionner le générique du début du film, qui m’a permis d’embarquer immédiatement dans l’histoire, alors qu’en quelques scènes et quelques minutes, on nous résume la vie de Denis et son épouse, leur rencontre, leur vie ensemble et leur petite famille qui se crée.  Également, lors du générique de fin, on entend la magnifique pièce de Rufus Wainwright cigarettes and chocolate milk qui est à la base du titre du film. Cette chanson parle d’un homme qui demande à être accepté tel qu’il est, avec toutes ses manies et ses imperfections… Sébastien Souchois a réenregistré la chanson, avec une voix féminine et c’est extrêmement beau à écouter. Même si on entend la chanson également durant le film, je suis restée jusqu’à la fin du générique pour la réentendre à nouveau.

Cigarettes et chocolat chaud a obtenu le Prix des Enfants Terribles du Meilleur film au Festival international du film de Gijon et a été nommé aux César dans la catégorie du meilleur premier film.

 FRANCE – DURÉE 1H38

LISTE TECHNIQUE

RÉALISATION Sophie Reine

SCÉNARIO ET DIALOGUES Sophie Reine, Gladys Marciano

IMAGE Renaud Chassaing (Afc)

MONTAGE Claire Fieschi, Nassim Gordji Tehrani

MUSIQUE ORIGINALE Sébastien Souchois

SON David Rit, Anne Gibourd,

Olivier Walczak

DÉCORS Thomas Grezaud

COSTUMES Julie Miel

CASTING Dorothée Auboiron, Coralie Amedeo

PREMIER ASSISTANT RÉALISATEUR Jérôme Brière

SCRIPTE Donatienne De Gorostarzu

EFFETS SPÉCIAUX Mika Tanguy

MAQUILLAGE Nelly Robin

COIFFURE Karine Meyer

DIRECTION DE PRODUCTION Jérôme Petament

RÉGISSEUR GÉNÉRAL Benoît Baverel

DIRECTION DE POST-PRODUCTION Patricia Colombat

PRODUIT PAR Isabelle Grellat Doublet, Éric Altmayer, Nicolas Altmayer

 

LISTE ARTISTIQUE

DENIS Gustave Kervern

SEVERINE Camille Cottin

JANINE Héloïse Dugas

MERCREDI Fanie Zanini

ROBERT Thomas Guy

Avec la participation de Franck Gastambide

Crédit photos : MANDARIN CINEMA_ALEXIS COTTIN

Print Friendly, PDF & Email
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top