Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Miséricorde de Fulvio Bernasconi, un road movie à voir pour la beauté de la nature sauvage du Grand-Nord et l’intériorité des personnages!

9 juin 2017 8 h 06 min 0 commentaire
Views: 38

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Shirley Noel

Tags:

Miséricorde

Miséricorde

Le film Miséricorde de Fulvio Bernasconi mettant en vedette Evelyne Brochu, Jonathan Zaccaï, Daniel Gadouas, Marco Collin, Marie-Hélène Bélanger, Charlie Arcouette et Anthony Therrien (Corbo) prend  l’affiche au Québec le 9 juin.

Résumé

Thomas, genevois, a passé les trois derniers mois à pêcher au Québec. Sur le chemin du retour, il arrive sur le lieu d’un accident : Muk, un Amérindien de 13 ans vivant dans une réserve à proximité, gît sur la route. Le chauffard vient de commettre un délit de fuite. Bien que Thomas soit attendu chez lui, il décide de reporter son départ, promettant à la mère de Muk de retrouver le coupable. Par ses recherches, Thomas éveille les soupçons de la policière locale, Laurie, qui ne le perd pas de vue. Qui est cet homme réservé qui semble ne pas faire grand cas de sa personne et qu’est-ce qui le pousse à se mêler d’une affaire qui ne le concerne pas ? Miséricorde est un drame visuellement impressionnant mêlant culpabilité, refoulement et pardon. 

De Val-Dor à Matagami, ce road movie aux allures de thriller grâce en partie à la musique de Nicolas Rabaeus qui ajoute au sentiment d’angoisse, et de terreur, face à ce qui se déroule sous nos yeux, est en fait un parcours intérieur, vécu par divers personnages au fil des jours. Avec des thèmes comme la rédemption, le deuil, les tensions raciales, la marginalisation, le pardon, l’extrême pauvreté et l’acceptation de soi, ce film amène sa part de réflexion, en partie sur le fossé entre les Amérindiens et les blancs canadiens français.

road movie

road movie

En plus de nous montrer la nature sauvage sur cette route qui part du Québec vers le Grand Nord, une grande partie du film se passe dans une réserve amérindienne, sur les bords de Lac Simon, dans la tribu Anishinabeg  ( plusieurs Amérindiens y jouent leurs propres rôles dans le film). On y voit la pauvreté, les solitudes, les ravages de la drogue et l’alcool, mais aussi l’ennui et la morosité persistante dans ce village. Mais on y voit aussi leurs traditions, leurs rites ancestraux funéraires qui sont des plus déstabilisants et beaux à la fois.

Parmi les acteurs principaux du film, Jonathan Zaccaï qui est une découverte pour moi, m’a vraiment impressionné. Avec son image d’homme taciturne et introverti, de peu de mots, il m’a tout de suite fasciné. On savait dès les premiers instants que cet homme avait un démon intérieur qui le travaillait, mais sans vraiment savoir lequel pendant un bon moment. Cet acteur est très crédible et a su rendre son personnage à la fois attachant et séduisant.

Évelyne Brochu pour sa part, elle crève l’écran. Elle incarne une femme forte, qui fera tout pour ses enfants, tout en nous laissant voir son côté vulnérable, humain et fragile. Un beau mélange qu’elle maitrise très bien dans son exécution.

Jonathan Zaccaï

Jonathan Zaccaï

Daniel Gadouas bien qu’il n’a qu’un petit rôle dans le film, est percutant dans la scène où il fait une confession terrible à sa fille policière. C’est à donner des frissons! Le comédien originaire de Mashteuiatsh, Marco Collin, est également très crédible dans le rôle de l’oncle de Mukki. Également, Anthony Therrien qu’on a vu peu depuis le film Corbo, a un petit rôle dans le film, mais il est très convaincant dans l’interprétation de son personnage. C’est un acteur qui mériterait qu’on le voie plus souvent à l’écran.

Somme toute, ce film est un road movie à la fois sombre, mais profondément humain, habilement réalisé par Fulvio Bernasconi qui a su cerner la réalité de la communauté amérindienne et nous faire réfléchir sur le deuil, le sentiment de culpabilité et notre responsabilité face au pardon pour en venir à continuer d’avancer dans la vie.

Evelyne Brochu

Evelyne Brochu

Miséricorde a été projeté en première Nord-Américaine au 35e Festival international du cinéma en Abitibi-Temiscamingue de Rouyn-Noranda en novembre dernier ainsi qu’en première montréalaise aux derniers Rendez-vous du cinéma québécois.

Bande annonce : https://youtu.be/huUSJqmiBiQ

A SWISS / CANADA COPRODUCTION

POINT PROD – 1976 PRODUCTIONS – in association with KNM

WITH

Jonathan Zaccaï

Evelyne Brochu

Marthe Keller

Marco Collin

Marie-Hélène Bélanger

Charlie Arcouette

Daniel Gadouas

Anthony Therrien

 

DIRECTOR

Fulvio Bernasconi

PRODUCTION

Jean-Marc Fröhle

Nicolas Comeau

Michel Merkt

SCREENPLAY

Antoine Jaccoud (with the collaboration of Fulvio Bernasconi)

BASED ON AN ORIGINAL IDEA OF

Pierre Pascal Rossi

CINEMATOGRAPHY

Filip Zumbrunn

ARTISTIC DIRECTION

Mathieu Caron

EDITING

Claudio Cea

ORIGINAL SCORE

Nicolas Rabaeus

SOUND

Christophe Giovannoni

 

COSTUME DESIGN

Marjolayne Desrosiers

CASTING

Marjolaine Lachance – Aurélie Guichard

FIRST ASSISTANT DIRECTOR

Bruno Goulard

UNIT MANAGER

Xavier Derigo – Stéfanie Jomphe

COLORIST

Jürgen Kupka

MONTAGE ET MIXAGE SON

François Musy et Gabriel Hafner

A COPRODCUTION WITH

Radio Télévision Suisse (RTS) – SRG SSR – Radiotelevisionne svizzera (RSI)

Crédit photos :  courtoisie Filmoption International

 

Print Friendly, PDF & Email
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top