la littérature québécoise en 30 secondes aux éditions Hurtubise, en librairie dès le 10 aout.

10
La littérature québécoise en 30 secondes Les genres, les auteurs et les livres les plus marquants expliqués en moins d’une minute
La littérature québécoise en 30 secondes
Les genres, les auteurs et les livres les plus marquants
expliqués en moins d’une minute

Le 10 aout 2017, un tout nouveau volume dans la collection de livres pratiques de la série … en 30 secondes, arrive en librairie. Parue aux éditions Hurtbise, la littérature québécoise en 30 secondes permet de faire le tour, en peu de temps, de l’évolution des lettres québécoises, depuis les écrits de la Nouvelle-France jusqu’au rayonnement international des écrivains québécois.

Résumé

Ce livre présente les moments forts et les figures marquantes de notre histoire littéraire. Celle-ci débute avec les premiers récits des Jésuites et autres missionnaires avides de découvertes. Elle continue avec la conquête, alors que les Canadiens français cultivent l’art du conte, de la chanson et des légendes pour résister à l’envahisseur britannique. Elle se révèle dans les journaux où les discours, poèmes et essais évoquent la soif de liberté des Canadiens français qui culminera en 1837 avec la rébellion des Patriotes. Elle se manifeste dans les luttes de l’Institut Canadien qui résiste férocement au joug du clergé. Il faudra attendre 1940 pour que les voix de la modernité s’élèvent et que romanciers, dramaturges, signataires du Refus global et poètes militants donnent la pleine mesure de l’identité québécoise. 

Entre les récits de la colonie, la tradition orale, le roman, le conte, la poésie, le théâtre, l’essai et même la chanson, notre littérature n’a rien à envier à celles de nations plus anciennes ou plus populeuses. Une belle revanche pour un peuple que Lord Durham jugeait « sans histoire et sans littérature ». 

Chaque épisode se déploie sur une double page de 300 mots avec illustration et des portraits sont consacrés à huit auteurs majeurs : Marie de l’Incarnation, Arthur Buies, Émile Nelligan, Anne Hébert, Jacques Ferron, Marie-Claire Blais, Jacques Poulin et Dany Laferrière. Découvrez ou redécouvrez ce qui fait la richesse, l’unicité et la diversité de la littérature québécoise.

Avec ce livre, amplement imagé, et découpé en 6 grands blocs d’années à partir des écrits de la Nouvelle-France (1534 – 1760), La gestation de la littérature canadienne-française (1760-1900)… jusqu’à une littérature postnationale (depuis 1980), on en apprend beaucoup autant sur l’histoire d’un peuple, de ses peurs, ses idéologies et ses influences, par ses écrits. Or au fil des siècles, on voit comment la littérature a été influencée tantôt par le clergé, le mouvement féministe, la crise identitaire, la soif de liberté des Canadiens Français, le peuple autochtone, etc., et ces écrits se concrétisent de diverses manières, autant par la poésie, les contes, les essais, le théâtre, le roman, que la chanson. Ce livre est extrêmement bien conçu. Il est précis, concis, complet et il incite à la discussion, l’interrogation, la nostalgie même un peu, ainsi que le regard vers le futur, de ce que nos écrits de demain seront…

Chaque sujet est décrit sur une double page, de 3 façons. Il y a un « condensé en 3 secondes» qui résume l’idée générale du sujet en cours, en une phrase, puis une «Réflexion en 3 minutes» qui donne un aperçu en quelques lignes de ce dont il est question. Finalement, le paragraphe principal expose le sujet en détail, de manière condensée, précise, et complète. Et sur la plage suivante, il y a une illustration, ou un collage d’images qui se rapporte au sujet traité.

Ainsi, on découvre que dans les débuts, il y avait surtout de la littérature orale, avec les légendes, les chansons, les contes qui ont fasciné les gens. On se rappelle aussi que la censure ecclésiastique a freiné les gens dans leur créativité durant une grande période et la mise à l’index d’ouvrages de «mauvaise influence » a ralenti la diversité des ouvrages disponibles. On voit aussi que les premiers romans mettent l’emphase sur la belle vie des agriculteurs, versus les dangers de la ville. On a également les romans historiques qui sont très populaires ainsi que les contes et légendes tels que La chasse-galerie… d’Honoré Beaugrand. Puis, éventuellement d’autres sujets seront amenés avec l’émergence de la littérature féminine à la fin du XIXe siècle. Ensuite, à mesure que la société québécoise évolue, les sujets et styles littéraires aussi changent, se multiplient. Dans les années 50, il y a la naissance de la dramaturgie québécoise, avec Tit-Coq, Un simple soldat, l’arrivée d’Olivier Guimond…Et en parallèle, il y a en 1948 Paul-Émile Borduas et plusieurs artistes qui y vont de leur Refus Global… Et, c’est après les années 60 que naissent au Québec des styles différents, comme le  fantastique et la science-fiction. Le théâtre également est en plein ébullition, avec des Réjean Ducharme, Claude Gauvreau, Yves Sauvageau, Jean Barbeau pour ne nommer que ceux-là, et des créations comme les fées ont soif de Denise Boucher. Également, les essais foisonnent avec la crise d’octobre…

Puis, depuis les années 80,  d’autres styles et auteurs sont mis de l’avant, avec le polar québécois, le roman policier et l’horreur (Patrick Senecal, Chrystine Brouillet…) et la littérature jeunesse (Dominique Demers, Bryan Perro) ainsi que les sagas historiques sont également au goût du jour. Et que dire des Gilles Vigneault, Clémence Desrochers, Yvon Deschamps, Marc Favreau et Fred Pellerin qui gardent le monologue et les contes dans la popularité.  On nous fait même mention des succès des francophones ailleurs qu’au Québec, soit les Franco-ontariens, les Franco-manitobains et les Acadiens, tels que Antonine Maillet, Brigitte Haentjens et Jean-Marc Dalpé.

Dans ce livre, on nous parle de plusieurs personnages célèbres tels que François-Xavier Garneau, Octave Crémazie, Laure Conan, et plusieurs autres. On nous parle de la création de grands livres à succès tels que Maria Chapdelaine, Au pied de la pente douce de Roger Lemelin, Bonheur d’occasion de Gabrielle Roy, Le survenant, l’œuvre de Michel Tremblay et j’en passe…

Ce qui m’a le plus intéressé dans ce livre, ce sont entre autres les portraits consacrés à huit auteurs majeurs. J’ai surtout été fasciné par le résumé de la vie de Marie de l’Incarnation, Émile Nelligan, Anne Hébert et Dany Laferrière.

Finalement, à la fin du volume on retrouve un glossaire de deux pages pour nous décrire certains mots plus complexes, une bibliographie des œuvres citées et deux autres pages de références bibliographiques, ainsi qu’un index pour retrouver les personnages, les auteurs ou les œuvres par nom.

Bref, ce livre touche un peu à tout, en matière de littérature québécoise, tout en faisant un retour dans le temps pour nous rappeler des événements marquants, des personnages qui ont eu de l’influence et des livres qui ont fait évoluer notre peuple au fil des ans.

 

Michel Laurin est l’auteur de plusieurs anthologies littéraires. Il est aussi directeur de la collection d’ouvrages classiques « Parcours d’une œuvre ».

La littérature québécoise en 30 secondes

Les genres, les auteurs et les livres les plus marquants

expliqués en moins d’une minute

Auteurs : Michel Laurin

Préface de Nicolas Dickner.

Nombre de pages : 160 pages illustré

Disponible en librairie le 10 août 2017

Prix suggéré : 22,95 $

Collection : Livres pratiques…          en 30 secondes
Éditeur : Éditions Hurtubise inc.

http://www.editionshurtubise.com/
Diffuseur : Au Canada – Distribution HMH inc.