Affichez votre publicité ici ! info@info-culture.biz

Toujours un plaisir de revoir Annie Blanchard au Théâtre Petit Champlain

30 septembre 2017 0 h 58 min 0 commentaire
Views: 28

Partager cet article

  •  
    GOOGLE +
  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • DeliciousDelicious
  • DiggDigg
  • StumbleuponStumble
  • RedditReddit

Auteur:

Marie-Josée Boucher

Tags:

Annie Blanchard

Annie Blanchard

Prochain spectacle :

4 octobre 2017 – Salle communautaire de Maisonnette

 

Au Théâtre Petit Champlain, le 29 septembre, Annie Blanchard continuait sa tournée avec « Those Were The Days », un répertoire qui a meublé sa mémoire d’enfant. 

Annie chante très bien, elle est belle, mais ce qu’on aime par dessus tout, c’est son authenticité, sa présence sur scène, ses confidences comme si on était ses amis (es) et je dois l’avouer dans mon cas, son léger accent acadien. En fait, elle avait tout pour plaire, sa voix, ses déhanchements, un répertoire varié et d’excellents musiciens.

Déjà après deux chansons, elle nous a présenté ses musiciens. Sylvain Lamothe à la basse, le polyvalent Grégoire Painchaud au violon, clavier, mandoline, Gordon Wood à la batterie et Hubert Maheux à la guitare et directeur musical.

Annie a rendu hommage aux chansons des années 60 et 70 avec son album « Those Were The Days ». Nous avons également fait avec elle un voyage dans le passé, mais aussi à travers le pays et même davantage avec des bijoux du répertoire de la chanson populaire en passant par  Leaving on a Jet Plane de John Denver à To Know Him Is to Love Him popularisée par The Teddy Bears en passant par « Don’t Stop » de Fleetwood Mac.

Annie Blanchard et ses musiciens

Annie Blanchard et ses musiciens

L’Acadienne nous a parlé de sa famille, des promenades en auto en écoutant des cassettes « 8 Track », de son grand-père qui lui a montré ses premiers accords sur une guitare, et en hommage pour lui, elle a chanté sa chanson préférée « Aide-moi à passer la nuit ».

Annie nous a parlé de son amour de jeunesse, de celui qu’elle voulait marier « Elvis ». À défaut de le marier, il était déjà mort à sa naissance, elle a chanté une de ses chansons. Elle a chanté aussi du Janis Joplin, Dolly Parton, Shania Twain, sans oublier l’incontournable « Évangéline » qui nous donne des frissons à toutes les fois qu’elle la chante.

Un spectacle avec entracte et rappel qui s’est déroulé à la vitesse de l’éclair. Elle a remercié ses « boys », les musiciens, les gens du Théâtre Petit Champlain ainsi que son gérant Vincent Beaulieu, entre autre pour lui faire revivre les joies de jouer dans son patelin la semaine prochaine à Maisonnette (petit village de 600 personnes) en Acadie.

Annie Blanchard avec le chapeau de son grand-père

Annie Blanchard avec le chapeau de son grand-père

À propos d’Annie Blanchard

L’acadienne chantait depuis plusieurs années avant de participer au concours Star Académie 2005 où elle s’est rendue en grande finale féminine.

Son interprétation d’Évangéline, pièce culte du répertoire acadien s’est retrouvée en tête des palmarès plusieurs semaines : 1 semaine numéro 1 au Top BDS, 7 semaines dans le top 10 et 5 semaines dans le top 20. Le vidéoclip de cette même chanson a été diffusé en rotation continue sur les ondes de MusiMax durant 14 semaines consécutives. Annie a d’ailleurs remporté le Félix de la chanson de l’année 2006 au dernier Gala de l’ADISQ avec cette chanson.

Sur le CD « Elles chantent Dassin », qui sortira sous peu, Annie chante le « dernier slow ».

Bientôt, elle se retirera pour préparer un prochain album.

http://www.annieblanchard.com

https://www.facebook.com/AnnieBlanchardMusique/

 

Galerie photos @Lise Breton

https://www.flickr.com/photos/48796411@N07/albums/72157660996309968 

 

Crédit photos : Lise Breton

 

Print Friendly, PDF & Email
LinkedIn

Faites-nous part de vos commentaires!

Vous devez être connecté pour nous faire part de vos commentaires sur cet article.

Suivre

Top