Le livre jeunesse Une histoire de cancer qui finit bien, une promesse tenue avec brio, une histoire qui donne espoir en la vie !

26
Une histoire de cancer qui finit bien
Une histoire de cancer qui finit bien

Le livre jeunesse Une histoire de cancer qui finit bien écrit par India Desjardins et illustré par Marianne Ferrer, aux éditions de la Pastèque, est en librairie depuis peu. Cette histoire est le récit franc et sensible d’une jeune fille atteinte du cancer, qui saura donner du courage et de l’espoir en la vie, car c’est une histoire qui finit bien!

Résumé

Il y a quelques années, India Desjardins a rencontré une jeune fille atteinte de leucémie, qui lui a demandé si elle pouvait écrire «Une histoire de cancer qui finit bien, avec de l’amour à la fin», en ajoutant que ça «donnerait de l’espoir.» C’est donc pour donner de l’espoir que l’auteure a décidé de raconter l’histoire de cette jeune fille de quinze ans qui, après ses traitements, a rendez-vous avec son médecin pour connaître son état de santé et traverse le corridor de l’hôpital vers son diagnostic final. Elle se remémore ses souvenirs, ses moments difficiles et ses moments plus heureux. Mais tout ça se terminera bien. C’était une promesse. 

Dans le livre, la jeune fille se rend anxieusement à l’hôpital pour savoir si elle est enfin libérée ou non de son cancer (leucémie), qu’elle a combattu pendant 5 ans. Dans les premières pages, elle se questionne sur les couleurs affreuses de ce corridor de l’hôpital, qui sont censées être choisies pour donner une ambiance calme. Elle ironise en se disant : «J’ai du mal à concevoir que quiconque pourrait devenir hyperactif, avec les traitements qu’on reçoit ici.»  Et dès cet instant, j’ai été conquise par ce livre, qui décrit avec franchise, mais aussi avec une pointe d’humour, le parcours de cette jeune fille atteinte de cancer. Bien que certains passages sont tristes, comme la mort d’une compagne de chambre, il y a de très beaux moments, comme la relation avec son amoureux Victor.

De plus, il y a des moments forts touchants, alors que la jeune fille réitère à sa mère qu’elle ne veut pas qu’elle lui dise qu’elle va être forte, qu’elle va combattre la maladie. Bien que c’est censé être des paroles rassurantes et encourageantes, cela n’a pas cet effet sur elle. Elle ne voudrait surtout pas décevoir sa mère, si elle ne réussit pas, à combattre à maladie.

Il y a aussi sa relation avec son père, qui tente de faire des blagues pour détendre l’atmosphère, mais surtout pour ne pas fondre en larmes…

Bref, cette histoire est émouvante et réaliste. On y passe par une gamme d’émotions, tout en sachant que l’histoire va bien se terminer. India Desjardins a, à nouveau, démontré son immense talent pour parler à des adolescents avec émotion, justesse et profondeur. De plus, Marianne Ferrer a trouvé une belle façon d’illustrer le tout dans des tons pâles de gris et turquoises, et agrémenter le tout dans les tons de rouges aux moments opportuns. Les personnages sont bien présentés, avec des expressions faciales que l’on comprend bien et empreint de sensibilité.

Ce livre, je le recommande à tous de le lire. Autant ceux qui veulent lire une histoire qui finit bien et se faire du bien, que pour ceux qui veulent donner espoir à ceux qui ont de mauvais moments à passer, que ce soit à l’hôpital, ou dans d’autres circonstances.

Bien que ce qui est raconté dans ce livre n’est pas son histoire à elle, Emma Veilleux, à qui India Desjardins avait fait la promesse d’écrire une histoire de cancer qui finit bien, il y a quelques années déjà,  est maintenant âgée de 18 ans. Elle est guérie et elle est sûrement bien heureuse qu’India ait tenu sa promesse. 

India Desjardins elle a connu le succès en littérature avec les huit tomes du Journal d’Aurélie Laflamme, en bande dessinée avec les deux tomes de La célibataire et en album jeunesse avec Le Noël de Marguerite (récompensé par le prestigieux Prix Ragazzi).

Née au Vénézuela, Marianne Ferrer est venue au Canada en 1998, où elle a poursuivi ses tendances artistiques. Là, elle a acquis plusieurs techniques d’illustration, et elle a trouvé ce style embrumé et de profond qui la distingue. 

88 pages

impression en quadrichromie – couverture cartonnée

Prix 24,95$

Disponible le 21 septembre 2017

Édition La Pastèque

http://www.lapasteque.com/