Hiromi et Edmar, deux grands musiciens hyper doués en jazz ont soulevé le public au Palais Montcalm

 

La pianiste Hiromi
La pianiste Hiromi

En ce mardi soir du 7 novembre, devant un parterre complet de fans de jazz, deux grands et jeunes musiciens du jazz, âgés de la fin de la trentaine, ont électrisé et enflammé la salle tout au long de la soirée.

Il faut savoir que la pianiste japonaise Hiromi a débuté très tôt l’apprentissage du piano et après des études avancées au réputé Berklee College of Music de Boston, sa carrière a explosé en raison de son immense talent. Or, en 2016, au Festival de jazz de Montréal, elle a rencontré le harpiste colombien Edmar Castaneda. Pour elle, ce fut : Wow! Elle n’avait jamais vu et entendu un harpiste jouer de cette façon. Castaneda, lui également, a été fasciné par Hiromi.

Et ils ont décidé de se produire en duo. C’est ce à quoi, nous avons assisté au Palais Montcalm. Et en jazz, c’est pour le moins inusité de voir une pianiste et un harpiste jouer ensemble.

Mais comme tous les deux sont de grands musiciens, des virtuoses de très haut niveau et qu’ils se situent musicalement au même endroit dans leur façon de concevoir la musique et la jouer, un concert de leur part devient un événement mémorable.

Hiromi au début du concert, très sympathique, souriante, chaleureuse et détendue s’est adressé au public un peu en français. La première partie du spectacle nous fait la démonstration d’une virtuosité au piano et à la harpe, rare et vraiment impressionnante.

La rapidité, la dextérité et la complicité entre Hiromi et Edmar fascinent. Dans les premières pièces, la rapidité, la vélocité et la virtuosité sont les qualités que l’on retient à priori. Et une pièce, Moon sunshine, une balade plus calme et plus lente viendra nous toucher davantage.

L'harpiste Edmar Castaneda
L’harpiste Edmar Castaneda

C’est en seconde partie que le concert va prendre toute sa dimension et combler les attentes du public. La première pièce est un magnifique solo de Hiromi. Sa musicalité, ses cadences, son jeu pianistique, son inspiration imposent l’admiration aux amateurs présents. Par la suite, Hiromi annonce quatre pièces, soit The elements avec Air, Earth, Water et Fire. L’exécution de ces pièces est une démonstration de la créativité des deux musiciens. L’entente, la complicité entre eux sont hors de l’ordinaire. Ensemble, ils se relancent dans les improvisations; ils se répondent dans les harmonisations. Il y a de l’électricité dans l’air, de l’intensité de part et d’autre. Au piano, on a l’impression qu’Hiromi peut tout faire et jouer. Rien ne l’arrête dans ses exécutions. C’est constamment brillant, intense tant dans des passages rapides ou plus calmes. Et on peut appliquer les mêmes observations au harpiste Castaneda.

Tous les deux, souriants et complètement absorbés dans leur musique, ils distillent un bonheur musical expressif, touchant et émouvant.

Généreux, après près de deux heures intenses, ils ont offert un beau rappel avec la pièce Libertango d’Astor Piazzolla.

On se souviendra d’avoir vu et entendu deux musiciens magnifiques, tout à fait géniaux.

Crédits-photos : Lise Breton, photographe

Galerie de photos :

https://www.flickr.com/photos/48796411@N07/albums/72157688937537764  

http://www.palaismontcalm.ca/programmation/

LAISSER UN COMMENTAIRE