Les désordres amoureux de Marie Demers, une autofiction en pièces détachées, qui se savoure en une soirée!

Les désordres amoureux
Les désordres amoureux

Marie Demers a publié récemment aux éditions Hurtubise son deuxième roman, Les désordres amoureux. Ayant été séduite par son style unique d’écriture avec son premier roman In Between, j’avais hâte de découvrir ce tout nouvel opus, dont la page couverture m’a totalement charmé!

Résumé

« Les amis qu’on fréquente pour s’étourdir, l’alcool au dépanneur du coin pour les chimères, les baises d’un soir pour oublier la solitude un soir, les baises de plusieurs soirs pour oublier la solitude plusieurs soirs. 
Peut-être que je préfère être trop défectueuse pour l’amour que de consentir à un amour défectueux. »
Marianne cumule les échecs amoureux, les ambitions impossibles et les illusions confortables. Mais pourquoi c’est si difficile pour elle? Est-ce qu’on est toujours responsable de ses désordres?

Alors que dans son premier roman, son sujet principal était plutôt axé sur les relations familiales, avec Ariane comme héroïne, ce deuxième opus est axé sur les amours de Marianne, surnommée parfois Marie (tiens donc!). L’auteure ne s’en cache pas, c’est bien de l’autofiction, mais ce n’est nullement une biographie. Et tout comme son premier roman, celui-ci n’est pas présenté de manière linéaire, mais plutôt dans le désordre. Ainsi, le lecteur se doit d’être très attentif pour reconstruire cette histoire décrite en pièces détachées, sans référence au temps pour nous démêler. J’aime bien quand l’auteure fait travailler le lecteur, cela ajoute bien souvent à mon plaisir de lire. Peu à peu, au fil de notre lecture, on réussit à remettre les mésaventures amoureuses dans le bon ordre et on finit par comprendre ce que sont A1 et A2, qui nous laisse perplexes au tout début.

Je dois dire que j’ADORE la plume de Marie Demers. Elle est très originale dans son écriture, où ironie et sarcasme côtoient l’autodérision et une lucidité désarmante face aux gens de sa génération.  Lorsque je lis un roman, j’aime bien marquer les pages qui m’interpellent, qui contiennent des passages que j’aimerais relire. Avec Les désordres amoureux, j’ai failli marquer la moitié des pages, tellement j’étais amoureuse de sa plume. J’aime bien des petits détails de cette auteure. J’aime par exemple qu’elle donne un nom à son vélo (Marie Carmen) et qu’elle baptise son chien Henri IV, qu’elle traite comme un fils. J’aime qu’elle parle à moitié français, moitié anglais à l’occasion.  «Je le trouve attirant, attachant. And awkward. But my vagine is encore out of order. Je joue à la best buddy, désintéressée juste assez.»

Ce roman traite de l’insatisfaction, des désastres en amour,  de l’autosabotage de Marianne dans ses relations amoureuses principalement, mais dans sa vie en général aussi. Malgré qu’elle soit ainsi prône à saboter son bonheur, le personnage de Marianne est attachant et on espère pour elle des moments heureux.

Dans ses récits de mésaventures amoureuses, Marie Demers met en scène des épisodes de baises, qu’elle sait décrire avec beaucoup de réalisme, de manière crue et sans touche de romantisme, ce qui est bien différent de ce qu’on peut lire la plupart du temps (et j’adore ça qu’elle sorte ainsi des sentiers battus). « Sa verge cogne au fond de ma gorge. Je la fais glisser sur ma langue, aller et venir à la base de ma bouche pour éviter qu’elle ne percute ma luette. De temps en temps, je trempe ses couilles de salive. Un poil s’accroche entre mes dents; je m’en débarrasse subtilement… Son bassin est tendu en avant, ses jambes arquées, son ventre palpite. Il va jouir. Enfin.  »

De plus, dans ce roman, Marianne décide de partir en voyage, en Colombie, pour 3 mois pour écrire. Ce voyage amène un peu de fantaisie, de légèreté et une bonne dose d’humour qui fait du bien, pour se donner une pause de tous ces malheurs amoureux. Ainsi, à l’étranger, nous sommes dépaysés, nous voyageons et découvrons des endroits, pour certains fabuleux, et d’autres qu’on ne voudrait absolument pas s’aventurer. Mais chose certaine, c’est hilarant de lire les péripéties que vit Marianne au cours de ce voyage. Voici une petite description de ses compagnons de voyage, qui m’a fait franchement rigoler  « Couple no 2 : Je ne me souviens plus s’ils sont Allemands ou Autrichiens. La fille s’appelle Ingrid ou Ines, le gars s’appelle Franz ou Friedrich…. Couple no 4 : Un Colombien originaire de Cali et sa copine une Français de Nîmes. Lui, je n’ai pas retenu son nom, il est trop con. Elle, elle s’appelle France, no joke. Le Colombien refuse de jouer au traducteur même s’il c’est lui le seul vrai hispanophone…»

 En résumé, j’adore le style très original de Marie Demers, qui ne ressemble à rien à ce que j’ai lu ailleurs. C’est à la fois intense, drôle, sensible et rempli d’ironie et c’est amené avec un franc-parler que j’adore, qui mélange autant l’anglais et le français que certains épisodes avec quelques répliques en espagnol, Colombie oblige.

Marie Demers
Marie Demers

Jeune auteure à l’indomptable chevelure, Marie Demers écrit parce qu’elle ne sait pas quoi faire d’autre, mais même si elle savait faire autre chose, elle écrirait encore.  Cette voyageuse a commencé un doctorat en littérature en 2016 et a écrit trois livres pour enfants publiés chez Dominique et compagnie. In Between est son premier roman publié chez Hurtubise, et Les désordres amoureux est son second roman.

Nombre de pages : 256 pages

Prix : 22,95 $

Parution le : 2017-10-26

Collection : Hors collection
Éditeur : Éditions Hurtubise inc.

http://www.editionshurtubise.com/

Voici mon article sur son premier roman In Between :

http://info-culture.biz/2016/01/27/in-between-de-marie-demers-aux-editions-hurtubise-en-librairie-des-le-28-janvier/#.Wf8H0tThDvY