Junior Majeur d’Éric Tessier, un film sensible, touchant, captivant et rempli de rebondissements !

Après le succès retentissant qu’a eu le film Pee-wee 3D, en 2012, voici le film Junior Majeur d’Éric Tessier, qui met en vedette à nouveau Antoine Pilon, Rémi Goulet et Alice Morel-Michaud, ces jeunes pee-wee devenus grands et prêts à tout pour leur passion qu’est le hockey. Le film prend l’affiche dès le 23 novembre.

Résumé

JUNIOR MAJEUR : Cinq ans après la victoire de son équipe au Tournoi Pee-Wee de Québec, Janeau Trudel (Antoine Olivier Pilon), un jeune hockeyeur prodige âgé de dix-huit ans, évolue maintenant pour les Saguenéens de Chicoutimi, dans la Ligue Junior Majeur du Québec. À l’aube de sa sélection chez les professionnels, de nombreux obstacles viendront compromettre sa carrière ainsi que ses amitiés les plus chères. 

Voici mes entrevues avec les artisans du film : http://info-culture.biz/2017/11/18/entrevue-avec-les-artisans-du-film-junior-majeur/#.WhBWWdThDvZ

Pour cette suite tant espérée par plusieurs, les personnages ont vieilli, ce n’est plus en 3D, il y a la moitié moins de séquences de jeu de hockey et c’est plus dramatique que le premier. Ceci, pour permettre assurément d’attirer un plus large public. Et cela est pleinement réussi, à mon avis. N’étant pas moi-même une partisane de hockey, j’ai absolument été conquise par ce film, que j’ai apprécié encore plus que le premier. J’avais bien des attentes et ils ont été comblés.

Ce film est sensible, touchant, captivant et rempli de rebondissements inattendus. On y suit plus d’une histoire à la fois. Il y a la jeune Julie, qui a troqué ses patins pour des études en journaliste. Elle apprendra à ses dépens la dure réalité du journalisme et les limites de la confiance entre collègues. De plus, son amitié avec les deux gars sera mise à rude épreuve. Il y a aussi le retour de Claude Legault dans ce deuxième long métrage, à titre d’agent maintenant de son fils Joey. Si on a aimé haïr le personnage de Luke Boulet dans le premier film, autant cette fois-ci son attitude et sa passion pour la carrière de son fils se sont décuplées au point qu’il en devient obsédé.  Claude Legault réussit à nouveau à nous faire aimer un personnage qu’on trouve si peu attachant au départ. Mais grâce à sa grande palette de jeu et ses émotions toutes en retenues, il nous attire assurément une larme ou deux à quelques reprises durant le film. La séquence finale entre le père et le fils dans les dernières minutes du film est des plus poignantes. Rémi Goulet qui lui donne la réplique a également pris du galon en matière de jeu et il démontre lui aussi une belle palette diversifiée d’émotions.

Il y a également Janeau Trudel, incarné avec brio par Antoine Olivier Pilon. Devenu une vraie vedette de hockey dans sa communauté, Janeau sent la popularité lui monter à la tête et son arrogance lui causera bien des ennuis. Son sens des valeurs sera remis en question. Ses amitiés, ses amours et sa carrière seront mis en danger à cause de ses actions. Antoine Olivier Pilon réussit très bien à rendre son personnage très crédible.

Bien que je ne suis pas une fan de hockey, je dois dire qu’il y a quelques séquences assez mouvementées et spectaculaires qui m’ont vraiment fascinée et qui m’ont tenu en haleine. Ce qui est rare chez moi.

Également, j’apprécie que le film ait été tourné dans nos régions et les paysages que l’on voit de Rouyn-Noranda et de Chicoutimi sont souvent à couper le souffle et on s’y reconnaît dans nos villes. Les scènes d’aréna sont très réalistes et ils ont réussi à nous faire croire qu’on était vraiment dans des compétitions internationales en Russie ou encore en plein repêchage de la LNH. Éric Tessier a fait un travail remarquable au niveau de la réalisation.

Lors de la première du film dans les diverses villes, le film Junior Majeur était précédé du court métrage Manon aime le hockey, dans lequel une jeune partisane des Saguenéens de Chicoutimi participe à un concours et tourne un petit vidéo sur son téléphone pour tenter de peut-être réaliser son rêve : rencontrer Janeau Trudel, vedette du programme principal. Ce petit bijou de film a été écrit et réalisé par Rachel Graton et Sarah-Maude Beauchesne et met en vedette Jade Charbonneau, Antoine Marchand-Gagnon, Alice Morel Michaud et Antoine Olivier Pilon. Ce court métrage est un beau clin d’œil sympathique qui vise à faire la promotion du film et à convaincre le public féminin d’aller voir le film.

Également, si vous restez en salle pour regarder le générique, vous verrez une capsule web avec les jeunes acteurs du film et l’humoriste Mathieu Cyr. Cette capsule Web ainsi que cinq autres, ont été créées par un des partenaires du film, la SAAQ, pour parler de prévention. Ces capsules Web sont disponibles sur les réseaux sociaux.

Le film a été présenté au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda, où a eu lieu une partie du tournage.

Voici la liste des chansons qu’on retrouve dans le film.

CHANSON : Future  INTERPRÉTÉ PAR : Sonic Avenues

CHANSON : Planète Roche INTERPRÉTÉ PAR : Dead Obies

CHANSON : Traitement Deuxluxe INTERPRÉTÉ PAR : Les Deuxluxes

CHANSON : La réalité me suffit INTERPRÉTÉ PAR : Ponctuation

CHANSON : 11 INTERPRÉTÉ PAR : Gazoline

CHANSON : Yamaha INTERPRÉTÉ PAR : Gros Mené

CHANSON : C’est ça la vie INTERPRÉTÉ PAR : Annie Villeneuve

CHANSON : Funel of love INTERPRÉTÉ PAR : Les Deuxluxes

CHANSON: Crack it INTERPRÉTÉ PAR: Cutline

CHANSON : The King INTERPRÉTÉ PAR : Matt Hollubowski

CHANSON : Life is good INTERPRÉTÉ PAR : Champion

CHANSON : Game over INTERPRÉTÉ PAR : Dead Obies

CHANSON : Beggar in the morning INTERPRÉTÉ PAR : The Barr Brothers

CHANSON : Learn INTERPRÉTÉ PAR : Kroy

CHANSON : In mind INTERPRÉTÉ PAR : Do make say think

 

DISTRIBUTION

JANEAU TRUDEL Antoine Olivier Pilon

JOEY BOULET Rémi Goulet

JULIE MORNEAU Alice Morel-Michaud

CARL TRUDEL Normand Daneau

LUKE BOULET Claude Legault

COACH STÉPHANE COTÉ Daniel Thomas

SYLVIE MORNEAU Édith Cochrane

COACH LAPOINTE Patrice Robitaille

STEVE DOUVILLE Stéphane Demers

LOUIS DROUIN Nicolas Canuel

CATHERINE ROBERGE Madeleine Peloquin

CLAUDE PARENT Hugo Dubé

LINE Sophie Prégent

 

FICHE TECHNIQUE

RÉALISATEUR Éric Tessier

SCÉNARIO Emmanuel Joly, Martin Bouchard

PRODUCTEUR Christian Larouche

DIRECTEUR PHOTO Tobie Marier-Robitaille

DIRECTRICE ARTISTIQUE Dominique Desrochers

MONTEUR Alain Baril

COSTUMES Carmen Alie

SON Simon Goulet

CASTING Nathalie Boutrie

DISTRIBUTEUR Films Christal (sous-distribution  Les Films Séville)

 

Genre: Drame sportif

Tournage: du 19 février au 21 mars 2017 à Montréal et ses environs, à Chicoutimi du 28 février au 5 juin, à Rouyn-Noranda du 27 au 30 mai, et à Sherbrooke du 9 au 11 juin

Budget approximatif: 6,8 millions de dollars 

http://juniormajeur-lefilm.ca

crédit photos : Courtoisie des films Séville