L’opérette «Chanson Gitane»: un retour aux années 80 pour ce grand classique

33
Étienne Cousineau (Mitidika) dans «Chanson Gitane»
Étienne Cousineau (Mitidika) dans «Chanson Gitane»

Les Productions Belle Lurette relèvent le défi de renouveler ce grand succès de Maurice Yvain, un auteur profilique du début du siècle dernier.  Le metteur en scène et interprète Étienne Cousineau, bien connu par son passage à La Voix, garde dans son coeur cette oeuvre qui l’a marqué à l’âge de 5 ans. Mais c’est son idée de transposer l’histoire dans un «soap» des années 80 qui donne un nouveau souffle de modernité et qui fait rire les spectateurs. La qualité vocale du choeur et les belles voix des interprètes principaux dans un univers comique font de «Chanson Gitane» une réussite présentée du 24 au 26 novembre.

Écrite dans les années 1940, l’histoire débute chez la Comtesse de Gemmeries qui reçoit la Duchesse de Berry. Le fils de la comtesse, Hubert, est un original qui préfère la chasse et son célibat.  Des Gitans se sont installés sur leurs terres avec un cirque.  La rencontre entre le chef (Zarifi) et ses gitanes (Mitidika et Zita) permettra d’adoucir Hubert.  Le metteur en scène, Étienne Cousineau, résume bien par «Un couple qui s’aime subitement, les familles de chacun n’acceptent pas cette union, un vol de bijou, une enquête, etc.» ce qui lui a donné l’idée de tout transposer dans un «soap» américain des années 80.

Simon-Charles Béchard-Tremblay (Hubert)
Simon-Charles Béchard-Tremblay (Hubert)

Après avoir assisté à la Première vendredi soir, il faut admettre que la production a beaucoup profité de la transposition de l’histoire.  Le public a ri, on a eu droit à de bonnes chansons, quelques belles trouvailles nous ont surpris.  Malgré des coupures, il reste plusieurs longueurs (2h50 avec entracte de 15 minutes), surtout dans les changements de décors.  Le langage plus « classique » utilisé lors des dialogues dérange aussi lors de la transposition dans un temps plus moderne.  Par chance que le ridicule des situations et l’autodérision des interprètes nous amusent, au point où on en aurait voulu encore plus.  La présence de scènes de cirque sont toujours gagnantes et ce spectacle ne fait pas exception.  Sans compter que le choeur offre une superbe performance en chant et en danse tout au long de la soirée.

Etienne Cousineau, dans le rôle de la Gitane Mitidika, offre une belle performance.  Connu pour sa voix de sopraniste, il excelle dans les aigus puissants et projette loin sa voix.  De belles nuances dans «Pardonne-moi cet élan de colère» nous montrent qu’il est aussi capable de sérieux, malgré ses multiples pitreries qui nous font rire à chaque fois.  Son amoureux Hubert, interprété par Simon-Charles Béchard-Tremblay, a aussi quelques beaux moments, dont «Tant que le printemps» par sa voix agréable et juste.

Jocelyne Cousineau (Comtesse), Mélanie Roy (Dreux-Brezé) et Jessica Lessard (Duchesse)
Jocelyne Cousineau (Comtesse), Mélanie Roy (Dreux-Brezé) et Jessica Lessard (Duchesse)

Jessica Lessard (Duchesse de Berry) impressionne à chaque fois par sa merveilleuse voix très puissante de soprano.  D’une belle texture, ses aigus sont clairs et très justes avec un beau vibrato naturel.  Le prétendant jaloux Zafiri, Benoît Godard, nous fait le cadeau du tango «Jalousie, tu viens ramper autour de moi» chanté et dansé pour notre grand plaisir.

Le quatuor «Ne nous chicanons pas» chanté par Zita, Jasmin, Jeannette et Nicolas est un des bons moments du spectacle; ils offrent tous une belle performance vocale.  Tommy Chouinard (Jasmin) nous fait rire par son jeu et sa chanson «Je fais le clown» qui résume bien son rôle.  Marie-Michèle Rivest (Zita) est drôle quand elle jette un sort à Jasmin et on l’apprécie pour sa belle voix classique dans les aigus.  On remarque Mélanie Roy (Dreux-Brezé et Cloc) pour sa bonne présence de scène et son jeu qui apporte plusieurs rires.

Malgré une oeuvre qui est longue, les coupures et la transposition dans le temps en font un spectacle plus agréable. Les chansons originales sont très bonnes et l’ajout de chorégraphies est un plus. À preuve, après le spectacle j’ai entendu des gens fredonner la dernière chanson «Ce jour est charmant», un vrai ver d’oreille.  Avec 18 interprètes de talent, 86 costumes et de multiples perruques spectaculaires, «Chanson Gitane» est à voir si vous aimez les opérettes, le chant classique et si vous aimez bien rire.

Tommy Chouinard (Jasmin) et Marie-Michèle Rivest (Zita)
Tommy Chouinard (Jasmin) et Marie-Michèle Rivest (Zita)

Les bons coups: oeuvre classique renouvelée, bonnes voix, costumes et perruques, chansons

Les moins bons coups: quelques longueurs, interprétation inégale

Équipe de création
Mise en scène/Chorégraphies: Etienne Cousineau
Pianiste: Pierre McLean
Décors: Michel Pagé
Costumes: Étienne Cousineau et Jocelyne Cousineau
Perruques: Marie-Josée Corneau
Éclairages: Maude Serrurier

Distribution

Simon-Charles Béchard-Tremblay (Hubert), Etienne Cousineau (Mitidika), Marie-Michèle Rivest (Zita), Benoît Godard (Zarifi), Jessica Lessard (Duchesse de Berry), Jocelyne Cousineau (Comtesse des Gemmeries), Tommy Chouinard (Jasmin), Anne-Sophie Tougas (Jeannette), Jonathan D’Amour (Nicolas), Tristan Roy (Philippe), Amélie Bélanger, Guillaume Dubois-Beauchemin (Policier), Marc Martin-Iles, Ariane Morneau, Jocelyn Roy (Loyal), Mélanie Roy (Dreux-Brezé et Cloc), Jérémie Turgeon (Valet) et Lara-May Viger.

Benoît Godard (Zarifi)
Benoît Godard (Zarifi)

Présenté en français à la Maison des arts de Laval (1395 boul. de la Concorde Ouest, Laval) le 24 novembre (20h), 25 novembre (14h/20h) et 26 novembre (15h).
Billets (35$/étudiants 30$) disponibles au 450-667-2040 ou à la billetterie.

Liens:
Productions Belle Lurette http://www.bellelurette.org/

Photos: Martin Alarie photographe