Fred Pellerin – Un village en trois dés raconté d’une façon humoristique

52
Fred Pellerin

Du 19 au 22 décembre 2017 à 20 h
Supplémentaire le 22 mars 2018 à 20 h
Supplémentaires les 6, 7 et 8 décembre 2018 à 20 h

Fred Pellerin nous revient avec un sixième spectacle de conte, Un village en trois dés et s’installe à la salle Louis-Fréchette pour trois autres représentations en 2017 et des supplémentaires en 2018.

Ce conte s’intéresse à la naissance des villages québécois et en particulier le sien : « Saint-Élie de Caxton ». Avec sa façon particulière de raconter, il nous fait réfléchir sur le pourquoi on décide, un jour de former un village et comment est né son village.

Fred Pellerin

L’idée de son spectacle a pris racine lorsqu’il a découvert que les premières pages de l’histoire de son village, qui a vu le jour le 12 avril 1865 avaient été arrachées. (152 ans). Ce philosophe, nous emmène avec lui au cœur du recensement de Caxton, au moment 0 et nous fait voyager à travers ses réflexions dans ses bottines de conteur imaginatif, fabulateur, humoriste – genre pince-sans-rire songé.

Pour découvrir ce qu’il y avait sur les premières pages, Fred a consulté sa grand-mère qui lui a raconté beaucoup de choses pour finalement nous laisser sur un gros point d’interrogation à la fin. Est-ce bien comme ça que tout s’est passé, finira-t-elle par dire. Est-ce qu’un village se construit sur un coup de dé, est-ce que la poste est plus forte que la guerre? À vous de tirer vos propres conclusions après ce spectacle de 1 h 45 sans entracte où Fred mêle à ses propos quelques chansons.  

Fred Pellerin

Ce que j’aime des spectacles de Fred Pellerin, c’est son imagination débordante, sa façon de raconter les choses ordinaires et de les rendre extraordinaires et son interaction avec le public. Au programme, plusieurs anecdotes plutôt cocasses et c’est à nous de démêler le vrai du faux. Bien sûr, il nous parle des personnages de son village que l’on connait déjà. Il nous parle des différents métiers des personnages et des caractéristiques de chacun comme Lurette qui pleure beaucoup parce qu’elle ne reçoit pas de lettre. Il parle du nouveau curé de sa paroisse et des découvertes que celui-ci fait à propos de ses futurs paroissiens.

On sort de son spectacle enrichi d’un vocabulaire nouveau. Il parle d’érection canonique, d’un savant wiki pédestre, de smothie génétique. On retient également quelques jeux de mots succulents comme « Si tu fais la malle, fais-la bien » en parlant de la poste. Vous apprendrez un 11e commandement « De tes affaires, tu te mêleras ».

Fred est un semeur de doutes et il nous ramène sur le sentiment d’appartenance à la communauté, d’ailleurs j’ai presque pitié d’Odette à la municipalité de St-Élie qui recevra surement quelques appels, à cause d’une taquinerie de celui-ci.

Les contes de Fred Pellerin et ses légendes nous changent de la rapidité dans laquelle on vit et nous ramènent à la zénitude du moment présent. Ce temps d’arrêt, tout en nous faisant rire, nous fait un bien immense et soudainement, on se met à rêver qu’on peut faire beaucoup de choses ensemble dans la collectivité.

Il a terminé son spectacle avec une dernière chanson pour la route et des spectateurs comblés qui l’ont applaudis chaleureusement.

Une présentation des Productions Micheline Sarasin Inc.

Crédit photos : Peter Marcoux