« Les fourberies de Scapin » en grand, au TNM à Montréal

86
Les Fourberies de Scapin © Yves Renaud
Les Fourberies de Scapin © Yves Renaud

Tout est toujours fait en grand au TNM : décors grandioses et magnifiques : le port de Naples, voire le pont d’un navire avec des voiles immenses, la mer autour, avec des projections vidéos pour mieux évoquer le grand large ; musiques variées et toujours bien choisies : clin d’œil aux films de Pagnol qui se passent au bord de la mer à Marseille et autres, mais surtout ensemble de percussions peu banales et spectaculaires visuellement qui accompagnent le jeu des acteurs ; distribution de qualité supérieure : des acteurs impressionnants peut-être même et surtout dans les seconds rôles, pour des jeux de scènes qui incluent des chorégraphies coordonnées très réussies dans de très beaux costumes colorés et astucieux. Une mise en scène superbe, des situations variées qui se succèdent sans temps morts, des rires, beaucoup de rires. Encore une fois, les spectateurs du TNM sont gâtés avec Les fourberies de Scapin, une comédie de Molière parmi les plus drôles du répertoire du dramaturge indémodable du XVIIe siècle.

Les Fourberies de Scapin © Yves Renaud
Les Fourberies de Scapin © Yves Renaud

Scapin est un valet fourbe, un repris de justice peu fréquentable mais tellement inventif, sympathique et astucieux qui, tout en s’enrichissant lui-même, permet à d’autres de profiter de ses malicieux stratagèmes. Ce sont deux amis, les jeunes Octave et Léandre, qui ont besoin de ses services. Les deux jeunes hommes sont tombés chacun amoureux d’une femme (Octave a même épousé la sienne), en dépit des projets de mariage de leurs pères absents car partis en voyage. Au retour de ceux-ci, Argante le père d’Octave et Géronte le père de Léandre, les ennuis s’annoncent graves. Il va falloir leur faire accepter ces unions amoureuses, éviter qu’ils ne les déshéritent et, plus encore, leur faire cracher des sommes d’argent dont chacun des fils a besoin pour aider sa dulcinée respective.

La qualité de la pièce ne tient pas à l’histoire qui est plutôt invraisemblable, mais aux scénettes successives qu’elle procure pour sa narration. Dans le style de la Commedia dell’arte, les personnages comme les situations sont dans la démesure, le grotesque, la drôlerie. Les moments les plus comiques sont sans doute ceux où les deux pères incroyablement bien interprétés, se font à tour de rôle extorquer de l’argent par Scapin. C’est avec Argante qu’on a droit à la désopilante scène du sac et avec Géronte qu’on se délecte du refrain célèbre du « mais qu’allait-il donc faire dans cette galère ». Or c’est loin d’être tout, car il y a aussi de magnifiques et comiques scènes de bataille à l’épée, des danses, des chansons et autres, le tout ponctué de bruitages provenant des percussions et qui ajoutent à la drôlerie de l’ensemble.

Et en filigrane de cette pièce si célèbre, il y a le fait qu’elle est en plus un merveilleux hommage au théâtre lui-même. Au tout début, en effet, Scapin – tel un professeur de menterie – prépare Octave à jouer un autre rôle que lui-même lorsqu’il sera confronté à son père. Le personnage d’Octave se révèle alors un très mauvais acteur… mais l’acteur qui joue Octave un très bon. Et du début à la fin, finalement, tous les personnages sont amenés à mentir et à tricher sur leur vraie nature, à être des acteurs qui jouent des rôles d’acteurs… Peut-être est-ce pour cette raison que l’on sent que les acteurs de cette version des Fourberies de Scapin proposée au TNM ont tant de plaisir à jouer leurs rôles sur scène. Ce plaisir, les spectateurs le ressentent, ce qui ajoute à la qualité du spectacle présenté devant le public de Montréal.

Les fourberies de Scapin du 16 janvier au 17 février 2018, au Théâtre du Nouveau Monde à Montréal

Texte Molière
Mise en scène Carl Béchard

Distribution Simon Beaulé-Bulman, Marie-Eve Beaulieu, Carol Bergeron, Benoît Brière, Patrice Coquereau, Lyndz Dantiste, David-Alexandre Desprès, Marcelle Hudon, Sébastien René, André Robitaille, Catherine Sénart, Tatiana Zinga Botao

Durée du spectacle 2 h 00 + entracte
Âge recommandé dès 10 ans

Informations : http://www.tnm.qc.ca/piece/les-fourberies-de-scapin/