La « culture geek », vous connaissez?

22

Le recrutement TI passe par une compréhension profonde et essentielle de son domaine d’application : les technologies de l’information. Au cœur de ce secteur, souvent focalisé sur le virtuel et le langage numérique (le codage), se trouvent des passionnés de sciences et de technologies que l’on croit, à tort, marginaux.

La « culture geek », vous connaissez? On vous explique çaC’est seulement en 2010 que le terme « geek » fut intégré au dictionnaire reconnu comme la référence : le Larousse. Celui-ci définit une personne « geek » comme étant un « fan d’informatique, de science-fiction, de jeux vidéo, etc., toujours à l’affût des nouveautés et des améliorations à apporter aux technologies numériques ». Autrement dit, les centres d’intérêt du « geek » sont vastes. Connaître ne lui suffit pas, il veut aussi expérimenter, perfectionner, corriger et faire évoluer. En gros, il s’investit dans son domaine de prédilection. Plusieurs ont de lui l’image d’un individu solitaire terré dans son sous-sol ou dans son appartement, à piocher sur un jeu jusqu’à en voir la fin ou à bidouiller dans son ordinateur pour en améliorer les performances. Pourtant, un « geek » aime partager ses hypothèses et les avancées de ses recherches, voire s’inspirer d’autres amateurs, comme lui, et alors, user avec eux d’humour autour de certaines pratiques en ligne ou d’abréviations issues de l’anglais que seule une personne avertie comprendra.

Maintenant, si nous lui apposons le terme « culture », pour parler de la « culture geek », qu’obtenons-nous? Toujours selon le Larousse, la « culture » se veut un « ensemble des phénomènes matériels et idéologiques qui caractérisent un groupe ethnique ou une nation, une civilisation, par opposition à un autre groupe ou à une autre nation : La culture occidentale ». Selon cette définition, par extension, la « culture geek » rassemblerait des individus liés par les mêmes critères d’appartenance, ici leur passion du jeu vidéo, de la science-fiction et de l’informatique. L’imaginaire au service du rêve, de la créativité et de la technologie.

Alors, partagez-vous cette « culture geek »?