Première soirée de vitrines pour la bourse Rideau

48
David Goudreault

Théâtre Petit Champlain – lundi 12 février

Chacun des artistes ont une vingtaine de minutes pour se faire connaître. Au programme : David Goudreault, Andrea Lindsay et Julien Sagot

David Goudreault, – « Humour debout et poésie drette »

David Goudreault est un gars sympathique, sûr de lui et impressionnant par ses jeux de mots qu’il nous dicte comme un coup au cœur. Toujours souriant malgré les petits pépins de sonorité en début de prestation, il nous fait participer à sa folie humoristique intellectuelle par des phrases que l’on doit répéter « J’ai mal à mon pays » ou dans son jeu de « Free Style » en lui fournissant une liste de mots imposés dont il s’est servi d’une façon merveilleuse pour nous éblouir par tant de beauté lexicale. Ce génie et alchimiste des mots nous a charmé et je dois l’avouer, mon coup de cœur de la soirée. Il associe avec brio poésie et humour.

PRIX

David Goudreault

Il ne faut pas oublier que David Goudreault a été le premier québécois à remporter le prix de la coupe du monde de la poésie en juin 2011 à Paris.

Ce gars aux multiples talents a un grand parcours derrière la cravate puisqu’à 37 ans seulement il a touché à plusieurs métiers comme travailleur social, chroniqueur, romancier, poète, dramaturge. Il est drôle, unique et intelligent.

Ce soir, il nous a parlé d’une de ses lectures « La course à l’amour » – roman jeunesse de la Courte-Échelle. Un roman un peu « cru » pour les 9-10 ans selon les passages qu’il a bien voulu nous partager. Il nous a également parlé de la professeure qui a su lui montrer ses bons coups dans ses propos de rap, ce qui l’a encouragé à poursuivre dans le métier en continuant, puis il a joué ensuite dans son parcours avec le slam. Ce soir, à la façon de « Sol » personnage mémorable, David nous a dit un texte « Extraordinaire ».

Plus près du monologue, tout en humour, – Au bout de ta langue – a été ponctué de poèmes de l’artiste et de ceux de Gaston Miron, Gérald Godin, Marie Uguay, Hélène Dorion,Joséphine Bacon, Zachary Richard et Patrice Desbiens, en passant par Baudelaire et Rimbaud.

À la question : Est-ce que la vie a du sens? Il a répondu en disant que « la vie, est comme les mots, elle a le sens qu’on lui donne »

 

Andrea Lindsay – Entre le jazz et la java

Andrea Lindsay et ses musiciens

La délicate Andrea a chanté de beaux succès comme « la Java, je t’embrasse, je suis le poinçonneur des lilas de Serge Gainsbourg, Les yeux de Marie, Dance Me de Léonard cohen. Elle était accompagnée de trois excellents musiciens : Mike Rud (guitare), Frédéric Grenier (contrebasse), Greg Ritchie (batterie)

À propos d’Andrea Lindsay

Originaire de Guelph en Ontario, Andrea tombe amoureuse de la langue française à l’âge de 18 ans lors d’un séjour à Paris. Étudiante en traduction, elle bifurquera en musique pour notre plus grand bonheur. Dernièrement, elle a pris une pause pour donner naissance à un petit garçon nommé Louis.

Prix

Ce soir, Andrea nous a permis d’entendre les chansons tirées de son dernier album (des classiques du jazz) tout en côtoyant certaines pièces réarrangées de son propre répertoire. Elle s’est mérité le Félix Album jazz de l’année  2017.

 

Julien Sagot – Bleu Jane

Julien Sagot et son band

On dit de son groupe qu’il est inclassable, moi je dirais qu’ils sont déchainés. Musique dans le plancher, Julien Sagot ne suit pas les règles habituelles, il est plus du style anticonformiste et ça passe autant dans son habillement négligé que par sa musique survoltée.

Deux ans ont passé depuis la parution de Valse 333, cité par le critique Alain Brunet de La Presse parmi les meilleurs albums mis au jour dans la francophonie en 2014. Avec ce deuxième long-jeu paru au printemps dernier, Julien Sagot ne vous laissera pas indifférent.

Les musiciens : Charles Guay, François Richard,Marc-Olivier Drapeau Tremblay

GALERIE PHOTOS RIDEAU 2018 @Lise Breton https://www.flic kr.com/photos/48796411@N07/albums/72157691207116111

Crédit photos : Lise Breton