Le film 1991 de Ricardo Trogi, aussi bon, sinon meilleur que les 2 films précédents! On en redemande encore!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent ( 5,00 étoiles sur 5) - 1 avis
642
1991 dès le 25 juillet

Voici enfin la suite et la fin de la trilogie du récit autobiographique de Ricardo Trogi amorcée avec 1981 et 1987.  Pour ce long métrage, on retrouve Jean-Carl Boucher dans le rôle de Ricardo, Sandrine Bisson dans celui de sa mère Claudette, Claudio Colangelo qui campe Benito, père de Ricardo, ainsi que Juliette Gosselin dans le rôle de Marie-Ève Bernard. S’ajoutent à la distribution Alexandre Nachi, Mamoudou Camara, Mara Lazaris, Massimo Leone, Roberto Citran, Mary-Lee Picknell, Rose Adam, Alexandrine Agostini, Giuseppe Cantore et Guillaume Girard. Le film est à l’affiche dans les salles de cinéma, dès le 25 juillet 2018.

Mes entrevues avec Jean-Carl Boucher, Sandrine Bisson, Juliette Gosselin, Alexandre Nachi, Ricardo Trogi et la productrice Nicole Robert sont disponibles via ce lien :   http://info-culture.biz/2018/07/19/entrevue-artisans-film-1991-de-ricardo-trogi/

La première avec tapis rouge à Montréal a eu lieu le 23. En voici les photos: https://www.flickr.com/photos/152550057@N08/sets/72157699415901275/

 

Synopsis : Vous souvenez-vous de votre premier voyage? En 1991, j’avais 21 ans, j’étais à l’université et tout le monde partait. Certains dans l’Ouest canadien, d’autres aux États-Unis. Moi ça été l’Italie. Pas parce que j’avais l’appel des grandes capitales culturelles. Non. Pour suivre la femme de ma vie. En 1981, j’étais persuadé que c’était Anne Tremblay. En 1987, j’ai changé d’idée, c’était Marie-Josée Lebel. Mais oubliez ça, c’est en 1991 que j’ai rencontré la vraie femme de ma vie, Marie-Ève Bernard. C’est pour ça que le jour où elle m’a donné rendez-vous à Perugia, je suis allé la rejoindre, pis comme d’habitude, ça a été compliqué!

Les parents et la soeur de Ricardo

Il est certain que pour tous, l’attente était énorme pour ce troisième film de Ricardo Trogi. Et le public sera comblé, du moins, moi, je l’ai été. Et j’espère que ce ne sera pas la fin des aventures de Ricardo, et de sa famille qu’on a appris à aimer. On en redemande encore s.v.p.!

Quel bonheur que de retrouver nos personnages fétiches tels que Ricardo (Jean-Carl Boucher qui ne déçoit jamais), les pieds dans les plats, un peu dépassé par les événements et sa maman (avec la toujours efficace, drôle et charmante Sandrine Bisson) qu’on retrouve avec joie, qui, dans chacune de ses brèves apparitions nous fait tellement rire. Juste de la voir, on anticipe, avec un sourire, qu’elle nous fera rire et elle y réussit à chaque réplique.  On renoue aussi avec la narration faite par Ricardo Trogi lui-même, toujours bien franche, remplie d’humour, d’ironie et de bons gros sacres bien placés quand c’est nécessaire, comme seul lui-même peut si bien le faire. Il est un humoriste dans l’âme ce Ricardo, un conteur né, si bien que c’est si agréable de l’entendre narrer son histoire.

Ajoutez à cela la découverte d’une partie de l’Italie, ses paysages fabuleux, qu’il faut voir sur un grand écran, car c’est à couper le souffle. En plus d’avoir de nouveaux personnages, tous très colorés et savoureux à découvrir! Naturellement, les histoires rocambolesques qu’on a peine à croire, mais qui nous font tellement rigoler. Et pourtant, Ricardo insiste, ce sont tous des choses qui lui sont réellement arrivées. Le sens du punch et du rythme de Ricardo, fait en sorte que vous ne vous ennuierez pas une seconde avec 1991.

Ricardo le romantique!

Donc, 1991 est un film inoubliable, dans la même lignée que 1981 et 1987, mais avec plus de déplacements, des langues étrangères, des anecdotes de voyages, et surtout, du rire à profusion comme les films précédents.

On retrouve la signature de Ricardo, avec sa narration inégalable, sa trame sonore qu’il prend bien la peine de choisir adéquatement, en fonction de l’époque et l’émotion à accentuer. Son souci du détail est à nouveau bien présent, et j’adore l’importance qu’il accorde à étoffer tous ses personnages, même les rôles secondaires, nous les rendant colorés, charmants et intéressants, même si on ne les voit que pour quelques scènes.

Jean-Carl Boucher et Alexandre Nachi

Au niveau du jeu des acteurs, à nouveau, Jean-Carl Boucher est très crédible dans le rôle de Ricardo. Il a vieilli, mais l’essence même du personnage est toujours le même. Naturellement, Sandrine Bisson est à mourir de rire dans le rôle de la mère de Ricardo, et chacune de ses apparitions est du bonbon pour nous. Alexandre Nachi dans le rôle d’Arturo est très charmant. On l’adopte tout de suite, même si son personnage peut sembler être un profiteur au début, on l’aime tout de suite. Alexandre réussit à être très crédible, en adoptant un accent et en jouant de la guitare, deux choses qu’il a dû apprendre pour le rôle et qu’il a su rendre de manière efficace et qui peuvent sembler faciles. Bravo à ce jeune acteur qu’on risque de voir pas mal plus souvent dorénavant!

Juliette Gosselin, la Marie-Ève Bernand de Ricardo, est également très crédible dans son rôle de la femme idéale, vu par les yeux de Ricardo. Son énergie est communicative et son lipsynch est parfait! Elle comble les attentes.

À quand le prochain film ?

Il y a aussi plusieurs rôles secondaires qui m’ont vraiment plu, même si je ne les nomme pas tous ici. De plus, l’histoire est captivante et la manière dont Ricardo nous amène les rêves et espoirs du jeune Ricardo (en noir et blanc et avec narration des dialogues) c’est génial! J’adore aussi lorsqu’il y fait des retours dans le passé du grand-père de Ricardo, c’est rigolo! Et j’aime bien comment il récapitule les événements, en rejouant une partie des scènes déjà passées, pour nous les remémorer. Les films de Ricardo sont de plus en plus étoffés, rythmés et je n’ai qu’une envie, c’est de continuer à suivre ses péripéties! À quand le prochain?

Distribué par Les Films Séville, une filiale d’eOne, et produit par Nicole Robert (Go Films), 1991 prendra l’affiche le 25 juillet 2018.

Distribution

Ricardo Jean-Carl Boucher

Marie-Ève Juliette Gosselin

Arturo Alexandre Nachi

Claudette Sandrine Bisson

Benito Claudio Colangelo

Mamadou Mamoudou Camara

Yorda Mara Lazaris

Nadia Rose Adam

FICHE TECHNIQUE

Réalisateur et scénariste Ricardo Trogi

Productrice Nicole Robert

Direction de la photographie Steve Asselin

Direction artistique Christian Legaré

Casting Catherine Didelot

Costumes Anne-Karine Gauthier

Montage Yvan Thibaudeau

Son Michel Lecoufle

Maquillage Virginie Boudreau

Coiffure Daniel Jacob

Compositeur Frédéric Bégin

TRAME MUSICALE / Chansons

O.P.P. V. Brown / A. Criss / K. Geist / B. Gordy / A. Mizell / F. Perren / D. Richards Interprété par Naughty By Nature Avec l’autorisation de Tommy Boy Entertainment

Move This J. Bogaert / M. Kamosi Interprété par Technotronic Avec l’autorisation de ARS Productions / SBK Records

99 Luftballons J.Petersen-Fahrenkrog / C. Karges Interprété par Nena Avec l’autorisation de CBS Schallplatten GmbH / Epic Records

Like A Rolling Stone B. Dylan Interprété par Bob Dylan Avec l’autorisation de Columbia Records

Sadeness Part I M.C retu / F. Cuitad / F. Peter Interprété par Enigma Avec l’autorisation de Virgin Records

It Must Have Been Love P.Gessle Interprété par Roxette Avec l’autorisation de EMI Records

Crédit photos : Les films Séville et Sylvain Nicol