Entrevue avec Alisha Ruiss : le petit miracle de la comédie musicale «FAME»

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent ( 5,00 étoiles sur 5) - 1 avis
406
Alisha Ruiss dans le rôle de Miss Sherman

Imaginez un train qui roule et vous devez sauter dedans. Ça ressemble à ce qu’a vécu Alisha Ruiss qui a remplacée Marie-Denise Pelletier dans le plus gros show de l’été, «FAME». Le 11 juillet dernier, Alisha reçoit un appel qui allait changer son été : 34 heures pour apprendre le rôle de Miss Sherman, passer aux costumes, répéter avec la troupe, et finalement se produire au St-Denis devant 2000 spectateurs, soir après soir, dans une comédie musicale qu’elle n’a jamais vue de sa vie. Alisha a accepté de parler son expérience qu’elle qualifie elle-même de petit miracle, littéralement. Alors voici son histoire.

Alisha Ruiss jouant Ulla dans The Producers au Segal (crédit: Andrée Lanthier)

Qui est Alisha Ruiss?
Originaire de Brantford (100km à l’ouest de Toronto), elle fait ses études en chant classique à McGill. Déménagée à Montréal, elle apprivoise l’accent québécois depuis les 10 dernières années tout en enchaînant les rôles dans différentes comédies musicales : Ulla dans «The Producers» (Centre Segal), Velma dans «Hairspray» (CSLDS), Fantine dans une version concert de «Les Misérables», et plusieurs autres. L’an dernier, elle s’est rendue en dernière audition pour le rôle de Miss Sherman dans «FAME», mais elle ne l’a pas eu. Toute l’année s’est avérée atroce pour Alisha après de graves problèmes de santé à l’automne 2017 qui lui fait perdre son emploi et cause des inquiétudes face à l’inconnu.

Le point tournant
Le 11 juillet dernier, tout change. En se préparant pour aller travailler au costumier Malabar, elle reçoit un courriel de Serge Postigo (dont elle n’a pas eu de nouvelle depuis l’automne précédent). Pressée de se rendre au travail, elle veut lui répondre plus tard, mais un texto «grosse urgence» à 9h05 lui met la puce à l’oreille et elle l’appelle. En quelques minutes, il la met au courant de la situation, Marie-Denise Pelletier ne peut plus continuer, peux-tu reprendre le rôle? Elle me confie «c’est le genre d’appel qu’on rêve de toujours recevoir une fois dans sa vie, alors je ne peux pas dire non! je n’ai pas le temps de mettre de l’énergie à me questionner».

Premières heures à la maison / 9h00
Tout s’enchaîne rapidement, autant dans sa tête que pour la production. Son premier appel? ses parents et ses frères, pour leur demander des prières. Puis la matinée est occupée par des appels avec la régisseuse Marie-Hélène Dufort, le producteur, la négociation de son contrat, ceux qui voulaient sa bio, réception des textes qu’elle doit apprendre, le vidéo du spectacle pour apprendre ses déplacements sur scène et le rythme de ses répliques, etc. Un seul changement: le professeur de français devient un professeur d’anglais, pour être en accord avec son léger accent. Ce que certains prennent des mois, elle le fait en avant-midi. En après-midi, elle apprend son rôle avec les outils qu’on lui a envoyés, tout ça pendant que le concepteur des costumes prend ses mesures chez elle.

Alisha dans sa loge en Miss Sherman

Arrivée au théâtre / 16h00
La représentation du mercredi soir est annulée pour permettre à la troupe de répéter avec Alisha. Elle explique «J’ai eu peur de me sentir petite dans cette salle, mais mon cerveau s’est ajusté et c’était naturel pour moi d’être là. J’ai été impressionnée par la beauté des décors. J’ai eu beaucoup d’aide de toute la troupe et je me suis sentie super bien accueillie. À commencer par Valérie Laroche qui joue Miss Bell qui m’a serrée dans ses bras et m’a traitée amicalement de maudite folle (rire)».

En répétition / 17h30 à 22h30
«On a passé 2 heures pour la longue scène du début et s’assurer de l’enchaînement, car c’est la scène la plus compliquée dans mes déplacements. Pour me sécuriser, j’ai placé mon texte sur le clipboard que j’avais en main durant la scène. Puis on a fait mes autres scènes, surtout celle où des tables se lèvent du sol car je ne savais pas quel morceau de décor bougeait ou non, même qu’une fois j’ai trébuché sur une de ces tables. Heureusement, je ne bouge pas beaucoup dans les autres scènes.» Elle ajoute que la troupe était soulagée de la voir prendre la relève de façon aussi calme. Pour ses deux chansons, «L’argumentaire» et «Ce sont mes enfants», on va attendre quelques jours avant de les intégrer, la priorité étant d’avoir un spectacle. Quand elle rentre à la maison, elle sait que tout va bien et ne peut faire mieux. Après quelques problèmes à régler, elle se couche à 2h et dort comme un bébé.

En coulisse, Alisha Ruiss (Miss Sherman) et Jordan Donoghue (Nick)

Derniers détails / jeudi
Dès son réveil, on lui demande ce qu’elle a besoin. Pour répéter, la régisseuse Anne-Marie vient à la maison lui donner la réplique. Alisha lui confie qu’elle ne soupe pas avant un spectacle, mais elle mange des barres protéinées pour garder l’énergie. Elle avoue ne pas avoir prévu ça et n’a pas le temps de faire son épicerie. Faisant ni une ni deux, on lui en achète une boîte qui sera dans sa loge, tout pour l’aider à garder le cap. Après le dîner, elle se rend au théâtre pour pratiquer ses scènes avec Junbox, car c’est avec lui qu’elle a le plus de scènes. «Il fallait pratiquer la claque dans la face que je lui donne, et ça doit être une vraie pour l’histoire. La première fois que je lui ai donné, il paraît que les techniciens ont été épatés car je lui en ai servi une solide. J’ai dû pratiquer plusieurs fois pour garder cette force mais sans lui faire mal.» avoue-t-elle.

En coulisse, Alisha Ruiss (Miss Sherman) et Élisabeth Gauthier-Pelletier (Carmen)

Showtime – 19h27
Juste avant la lever du rideau, elle reçoit un message du metteur en scène Serge Postigo (qui joue dans un autre spectacle): «Merde!». Ça termine ses 34 heures de préparation et elle avoue «J’ai l’impression qu’une semaine s’est passée depuis l’appel de Serge. Avant un spectacle, mon système digestif me met sur les nerfs, mais là on dirait que mon système n’avait pas eu le temps et je me sentais super bien». Elle trébuche sur un mot ou deux, mais finalement tout se passe bien. Elle ajoute «à la fin du spectacle, je suis comme sur un nuage, je ne peux pas croire que j’ai vraiment fait ça».

14 représentations – 13 au 28 juillet
Après la Première, Alisha n’avait qu’une idée : chanter, car c’est sa force. Après des heures avec la coach vocale, une tuile lui tombe dessus : une laryngite. Mais une amie médecin la prend en charge et elle est rétablie le lendemain. J’étais dans la salle quand elle a chanté pour la première fois, et je peux affirmer que le public ne s’attendait vraiment pas à une voix aussi puissante, au point où ma voisine de siège que je ne connaissais pas s’est exclamée «Tabarouette» aux premières notes. Sous un tonnerre d’applaudissements, Alisha avoue que «c’était magique, je me sentais à ma place mais en même temps surprise. J’ai réalisé après que cette chanson (Ce sont mes enfants) est une prière de remerciements, j’aurais pu l’écrire pour moi en reconnaissance de tout ce qui m’est arrivé». Puis sa famille est descendue d’Ontario et de Sherbrooke pour la voir, tous très émus. Comme ma mère partait en voyage pour fêter sa retraite, Alisha lui a offert une partie de son cachet en cadeau pour remercier ses parents d’avoir toujours cru en elle. À la dernière, elle a rencontré Marie-Denise Pelletier, contente de revoir la troupe et de remercier Alisha d’avoir repris son rôle. Alisha confesse «je ne la connaissais pas donc je n’ai pas eu conscience que je remplaçais une grande vedette; en plus c’était gênant de prendre sa place car c’est parce qu’elle s’est blessée que j’ai pu vivre tout ça».

Alisha pose pour la postérité après la dernière représentation

La suite?
À la fin de l’entrevue, elle conclut que tout ça est un miracle qui vient clore sa mauvaise année. Elle a beaucoup de gratitude et remercie Dieu de lui avoir fait vivre cette aventure et de s’être fait de bons amis parmi la troupe. Toujours réaliste car c’est un métier difficile, elle est à l’écoute de ce qui vient et elle continue de passer des auditions. Elle enseigne le chant, chante dans des chorales, et prépare un projet de retraite pour artistes en octobre. Merci Alisha de nous avoir partagé cette folle aventure!

Alisha Ruiss

Liens
Site Web de Alisha Ruiss: http://alisharuiss.com/
Retraite pour artistes en octobre 2018: mtlartistretreat@gmail.com
Performance à New York au 54 Below (octobre 2017): https://vimeo.com/247550590