La disparition des lucioles de Sébastien Pilote, sensible et incisif, accessible pour tous!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
140
La dispartion des lucioles

Pour son troisième long métrage, après Le vendeur et Le démantèlement, Sébastien Pilote écrit et réalise cette fois-ci La disparition des lucioles, mettant en vedette Karelle Tremblay et Pierre-Luc Brillant dans les rôles principaux. Luc Picard et François Papineau font aussi parti de la distribution. Ce film a déjà été présenté en sélection officielle du 53e Festival international du film de Karlovy Vary, en République tchèque, ainsi qu’au TIFF à Toronto où il a remporté le prix du meilleur long métrage canadien. Il a été présenté aussi en ouverture du Festival de cinéma de la Ville de Québec (FCVQ). Le film prend l’affiche dans les salles de cinéma au Québec dès le 21 septembre 2018.

Synopsis : C’est bientôt l’été et la fin des classes dans une ancienne ville industrielle au bord d’une baie. Léo, une jeune fille insatisfaite, rencontre Steve, un homme plus âgé, guitariste reclus et sans ambition. Léo vit avec sa mère et son beau-père, Paul, un animateur de radio populiste qui a poussé à l’exil dans le Nord l’homme qu’elle admire, Sylvain, le père dont elle s’ennuie, et ancien chef syndical déchu. Étrangère dans son propre monde, frustrée et en colère, c’est dans sa relation équivoque avec Steve, au rythme des leçons de guitare et de son nouveau boulot d’été, qu’elle pourra trouver une sorte de réconfort et amorcer sa fuite. 

Contrairement à ses deux premiers films, Sébastien Pilote vise un plus large public pour La disparition des lucioles. Avec de la musique plus pop, plus entrainante, comme trame sonore, des paysages bucoliques, cette comédie dramatique raconte les dernières semaines du secondaire de Léonie, jeune fille cynique de 17 ans, dans une ville qu’elle considère comme un cul-de-sac.  IL y a plusieurs scènes qui se déroulent à l’extérieur ou dans des lieux publics, ce qui fait qu’on peut vraiment apprécier la ville dans laquelle il est allé tourner.

Pierre-Luc Brillant, Karelle Tremblay

Karelle Tremblay crève l’écran. Comme avec tous les autres films de Sébastien Pilote, le personnage principal tient le film sur ses épaules. Cette fois-ci, Karelle nous démontre un personnage fort, une adolescente en colère contre l’univers, qui ne veut pas penser à son futur, car elle ne croit pas en l’avenir. Elle veut fuir, mais pour aller où et faire quoi ? Elle idolâtre son père absent et donne la vie dure à son beau-père qu’elle trouve trop présent. Bien qu’elle parle peu, son regard en dit long. Ses gestuelles aussi  parlent souvent pour elle.

Pierre-Luc Brillant est également très crédible dans son personnage de jeune homme qui vivote dans le sous-sol de chez sa mère. Il fume, il écoute de la musique, joue et enseigne la guitare. Sans ambition, il est l’homme parfait pour Léo qui n’a aucune envie elle non et qui, elle le dit elle-même, se tanne de tout après 1 mois.

Cette histoire est toute simple, et se laisse regarder sans prétention. On y détecte de la finesse dans le jeu des acteurs, de la douceur dans la caméra du réalisateur ainsi que de la candeur. On comprend d’où elle vient cette Léonie, d’où elle sort son agressivité, son manque d’enthousiasme dans la vie. Elle ressemble à bien d’autres adolescents. On la regarde se débattre, se chercher des portes de sortie.  Le film aborde des sujets comme les relations père-fille, les relations à distance, et l’ambiguïté d’une amitié entre un homme et une jeune femme.

Luc Picard a un petit rôle, mais il le joue à merveille. Une de ses scènes est très touchante même. François Papineau également incarne très bien son rôle d’animateur vedette à la radio, un peu trop sûr de lui et presque fendant.

Ce film est un réel divertissement, accessible pour tous.

Le film avait un budget de plus de 3 millions et a eu 27 jours de tournage à Chicoutimi, au Saguenay.

Voici le lien vers mon entrevue avec Sébastien Pilote sur son film avant le festival de cinéma de la ville de Québec :

http://info-culture.biz/2018/08/23/entrevue-sebastien-pilote-film-disparition-lucioles-presente-fcvq-2018/

 

Sortie en salle : 21 septembre 2018

Durée : 96 minutes

Distribution : Karelle Tremblay, Pierre-Luc Brillant, Luc Picard, François Papineau et Marie-France Marcotte

Scénariste et Réalisateur

Sébastien Pilote

MONTEUR

Stéphane Lafleur

PRODUCTEURS

Bernadette Payeur

Marc Daigle

MUSIQUE ORIGINALE

Philippe Brault

DIRECTION DE LA PHOTOGRAPHIE

Michel La Veaux

SON

Gilles Corbeil

Olivier Calvert

Stéphane Bergeron

CRÉATION DES COSTUMES

Sophie Lefebvre

DIRECTION ARTISTIQUE

Éric Barbeau

PRODUCTEUR ASSOCIÉ

Robert Lacerte

Distribution

Les Films Séville 

Crédit photos : Les films Séville