Foreman au Théâtre Périscope du 16 avril au 4 mai

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
97
Foreman-Affiche

Durée de la pièce:1h50 sans entracte

Une production de Mon père est mort
Mardi au samedi à 20 h 30 / à l’exception des horaires du programme double avec Les murailles
le vendredi 19 avril dès 19 h et le samedi 20 avril dès 16 h
Studio Marc-Doré du Théâtre Périscope – 2, rue Crémazie Est, Québec
Un seul prix pour ce spectacle, en tout temps : 23 $*

L’histoire

Une gang de gars, amis sans qu’on sache trop ce qui les relie, que l’habitude tient ensemble. Après un événement malheureux, ils sentent le besoin de se retrouver ensemble sur une terre à bois. Entre règlements de compte, débordements virils, confidences et niaiseries, Foremanaborde avec humour et profondeur la difficulté à s’exprimer, les rapports de force inévitables dans un groupe d’hommes et la beauté de la fraternité.

Décor et costumes

Les-hommes-dans-Foreman

Dès l’entrée dans la salle, il y a des branches suspendues au plafond, (c’est très beau), un vieux char, une corde de bois, un BBQ et une glacière.  Un peu plus tard, on y dévoile un coffre de bois avec les effets personnels du mort et les lumières qui font aussi partie de l’atmosphère.

Beaucoup d’effets dans le décor avec l’auto transformable en bateau à la toute fin, c’est vraiment très créatif comme concept.

Pour ce qui est des costumes, les gars sont habillés bien simplement pour le travail de la construction (avec casque), ils se changent pour les retrouvailles entre chum pour boire de la bière.  Il y a aussi l’habit de Vicking avec des épées, où l’on peut voir les gars dans une bataille « virile ».

À propos de la pièce

L’auto de le pièce Foreman

Cette pièce a connu un vif succès lors d’une résidence en 2016 au Périscope.  On reconnaît le franc parler des hommes de construction ou d’usine.

Cette pièce parle de malaise identitaire de l’homme actuel et met à l’épreuve les bases de la masculinité pour mieux en abattre les limites et en faire surgir la vulnérabilité.

On y découvre la peur et la sensibilité qu’on ne veut pas montrer, on se cache sous un aspect qu’on n’est pas vraiment, on veut paraître plus « hot » qu’on l’est avec les filles, faire semblant qu’on peut en avoir autant qu’on peut, etc.  On nous montre à quel point c’est difficile de dire les vraies choses et de montrer ses sentiments.

Les comédiens

Foreman (Pierre-Luc Désilets)

Ils sont tous excellents. Ils nous montrent leur ressenti par leurs actions, lorsqu’ils se battent, c’est pour montrer qu’ils n’ont pas peur, qu’ils sont les plus forts ou gagner le respects des autres. « Ne jamais s’écraser, ne jamais montrer sa vulnérabilité »

On est agréablement surpris par les belles chorégraphies athlétiques des acteurs.   Ça met du piquant à la pièce et ça vaut le coup d’œil. On apprécie également l’amitié et la solidarité entre hommes, c’est maladroit, c’est voulu tous ces non-dits comme dans la vraie vie.  Lorsque les gars parlent entre eux, c’est cru, sec, et il n’y a pas de gant blanc, mais eux aussi ont des secrets qu’ils ne veulent pas dévoilés.

Extrait de Foreman

« J’pense que les gars m’aiment bien. J’suis capable d’en prendre.
J’commence à faire mes preuves, pis à partir d’à soir j’va faire partie des insides quand y vont raconter des histoires. Le monde va savoir que j’me tiens avec eux… que j’suis quand même un peu dangereux. T’sais ces gars-là savent se battre pis y’ont toutes des chars. C’est des fucking gangsters!
Man, j’me sens invincible, un mélange d’euphorie pis de rage. J’me sens tellement fort que j’ai l’impression que j’pourrais pitcher des boules de feux ostie ! Je l’ferai pas, mais j’suis sûr que j’peux. »

 

Charles-Fournier; auteur et interprète

Crédits
Texte et idée originale › Charles Fournier

Mise en scène › Olivier Arteau et Marie-Hélène Gendreau

Assistance à la mise en scène › Catherine Côté

Distribution › Pierre-Luc Désilets, Miguel Fontaine, Charles Fournier, Steven Lee Potvin et Vincent Roy

Lumière › Mathieu C. Bernard

Décor › Amélie Trépanier

Costumes et accessoires › Mélanie Robinson

Conception sonore › Vincent Roy

Direction technique › Mathieu C. Bernard

Mentorat d’écriture › Erika Soucy

Production › Mon père est mort

Autour du spectacle : FOR MEN – POUR HOMMES

Lecture des textes du projet, vendredi 26 avril à 18 h 30, dans le foyer du Périscope, Chez Roland
contribution volontaire / réservation à la billetterie du Périscope au 418 529-2183

Mon père est mort, en collaboration avec le Périscope, présente un projet de médiation culturelle mettant en lien certains usagers des services d’organismes communautaires de Québec et des artistes professionnels.

Le projet est l’occasion de rejoindre 13 hommes en cheminement, non-initiés au théâtre, en leur permettant de plonger dans la création par l’écriture d’un texte de leur cru et en leur offrant le soutien d’un mentor professionnel. Michel Nadeau, Anne-Marie Olivier, Erika Soucy, Isabelle Hubert, Patric Saucier et Charles Fournier guident les participants dans l’écriture de leur texte depuis maintenant trois mois. Les œuvres seront mises en lecture pour être interprétées par des comédiens professionnels lors de la soirée du vendredi 26 avril à 18 h 30.Plus d’informations : ici

Achat de billets

Pour l’achat de billets, garrochez-vous sur la supplémentaire du 27 avril ou les représentations du 18 avril et 3 mai en après-midi. Le reste, c’est complet

Photo en laboratoire © Atwood