Avec Noir, Mike Ward est à l’apogée de son art. Rire à en avoir mal aux joues! Vive sa liberté d’expression!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
19

C’est à la salle Albert-Rousseau, le 23 mai dernier, qu’a eu lieu la première médiatique à Québec, du spectacle Noir de Mike Ward.  Avec ce cinquième one-man-show en carrière, l’humoriste est vraiment sur son X comme on dit. Il est à l’apogée de son art. C’est, à mon avis, son meilleur spectacle. Autant il est mordant et confrontant, autant il est drôle, efficace et il fait réfléchir sur de tristes réalités souvent aberrantes.

 Dès son entrée sur scène, où il y a seulement son tabouret, un micro et un gros X rouge sous son tabouret, Mike Ward a été accueilli par un tonnerre d’applaudissements. Les gens étaient heureux de revoir sur scène, celui, qui durant les dernières années, a dû se battre en cour pour sa liberté d’expression. Son premier numéro, qu’on nous a demandé de ne pas parler en détail, vaut à lui seul l’achat du billet de spectacle.

Par la suite, Mike n’hésite pas de parler de la vague #metoo et de revenir sur les événements des tristes individus tels qu’Éric Salvail et Gilbert Rozon. Il fait entre autres référence au «Party de saucisses à Salvail ». Parlant de Gilbert Rozon et ses déboires avec des mineures, il enchaine « Les enfants, je les blesse avec mes jokes pas avec mon pénis».

 On sent dans son discours un grand défoulement qui fait du bien et c’est contagieux. La foule se défoule avec lui. Toujours avec peu de tact, de manière crue, et un humour acide et dérangeant, Mike aborde des sujets tel que les femmes voilées, les terroristes, les intimidateurs, sa dépression et même les menaces de mort contre Guy Nantel et lui-même. Justement, pour ce numéro, il nous parle de ses deux chiens qu’il aime comme ses enfants, et qu’il a appelés Oguy Nantel et François Belle Fille. C’est vraiment rigolo.

Mike a beaucoup d’autodérision. Il n’hésite pas à parler de lui-même de ses travers et ses faiblesses. Son numéro où il parle de son presque kidnapping, tellement il est naïf, est vraiment désopilant.

Mais ce que j’aime le plus dans l’humour de Mike Ward, c’est le sous-texte qu’on y retrouve, les réflexions et les valeurs et vérités qui sont mises de l’avant, mais qui sont cachées sous un tollé de joke de graines et de provocations. C’est ça la force et l’efficacité de l’humour de Mike Ward. Son deuxième degré, il faut le trouver à travers les blagues de frottage de clitoris, de trisomiques, et de vagins de chat.

Ce que je retiens de ce spectacle et de cet humoriste c’est que Mike Ward est authentique. Il est une bien bonne personne, malgré le mauvais rôle qu’il se donne souvent dans ses blagues. Adepte du véganisme, Mike adopte une ouverture et une philosophie de vie qui me rejoint. Il ne juge personne et il dit «Si ça change rien à ma vie, pourquoi pas? » quand il parle des femmes musulmanes voilées, ou encore des personnes trans, ou autres personnes aux idées, cultures et valeurs différentes de lui. Mais surtout, avec son spectacle, il remet les pendules à l’heure et remet bien des choses en perspectives quand il aborde des sujets chauds tels que l’intimidation, la pédophilie, le mouvement #MoiAussi et autres aberrations.

Le seul bémol que j’ai par rapport à ce spectacle, c’est Julien Bernatchez qui est venu pendant une dizaine de minutes, avant 20 h, jouer au DJ, et faire un peu n’importe quoi sur scène. Un mélange de musique trop forte, qui alterne entre la macaréna, et d’autres chansons plus ou moins douteuses. Et ce DJ se laisse aller à faire n’importe quoi sur scène. Danse douteuse, gestes vulgaires, ou encore crier dans le micro. Disons qu’il a bien refroidi la salle avant l’arrivée de Christine Morency. Une chance qu’elle était là pour bien nous ramener à de meilleures dispositions. En première partie, Christine Morency a su réchauffer la salle pendant quinze minutes. Elle y est allée avec son humour très cru, à la limite du malaise, comme elle sait si bien le faire. Ce fut court, mais très drôle et une bonne entrée en matière pour l’arrivée de Mike Ward.

NOIR
sera présenté à nouveau à la Salle Alber-Rousseau
Le vendredi 24 mai 2019 à 20h

Les 24 et 25 Septembre 2019 – 20 h

Pour voir toutes les dates de la tournée, allez sur le site

https://mikeward.ca/fr

https://www.sallealbertrousseau.com/