ELLE_HORS-CHAMP

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
Le décor de "Elle hors-champ"

Le jeudi 30 mai, un laboratoire a été proposé dans le cadre des Chantiers du Carrefour international du Théâtre avec le Collectif Cognac et Théâtre Astronaute (Québec) dans la petite salle sympathique de Premier Acte. En effet, une adaptation du film HER de Spike Jonze, a été redéfinie à sa façon pour questionner le spectateur sur son rapport aux technologies et la solitude qu’elles provoquent.

Après plus d’une heure quinze, les spectateurs ont pu poser des questions sur cette pièce captivante.  Verdict :  les gens ont adoré et plusieurs pistes ont été proposées pour terminer ce parcours d’un gars « amoureux de sa machine ou amoureux d’une femme virtuelle »,

Déroulement de la pièce

Dès notre arrivée, on nous remet des écouteurs pour vivre une expérience unique.  Il y a le son dans les écouteurs, mais aussi le son hors des écouteurs. Un décor simple et bien pensé à la fois, des rideaux, qu’on ouvre ou ferme selon les événements, une guitare et un lit. Des projections pour appuyer les actions.

Sous nos yeux, on découvre une amitié masculine, mais aussi la solitude ressentie d’un gars qui se tourne vers les relations informatiques dont un achat de femme virtuelle dont il tombe amoureux.

On peut se questionner : Est-ce  bien ce que l’on veut, une femme qui va accepter tous nos défauts et prévoit tous nos désirs ?  Est-ce qu’à la longue, on va s’en tanner ?  Est-ce que tomber en amour avec une femme virtuelle, nous empêche de voir la réalité en face et nous rend malhabile socialement ?

Her pose la question des limites de l’intelligence artificielle, on se sent un peu dépassé par les événements et on est hypnoptisé par la douce voix de « Clara  virtuelle »

La pièce nous ouvre sur une multitude de possibilités.

Un projet de :

Émile Beauchemin,Lauren Hartley et Steven Lee Potvin.

Distribution :

Pierre-Luc Désilet, Noémie F. Savoie, Keven Dubois, Éliot Laprise.