La poésie là où on ne l’y attend pas

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
34

Le Festival acadien de poésie dévoile la programmation de sa 23e édition

Quand on regarde la programmation de la 23e édition du Festival acadien de poésie, on se rend compte de tout l’impact que cet évènement a pu avoir sur la littérature acadienne. Avec des poètes invités des Maritimes et d’ailleurs au pays, l’édition 2019 risque bien d’être marquante.

Comme l’explique le coordonnateur et directeur artistique de l’évènement, Jonathan Roy, l’édition 2019 est sans doute la plus étoffée à ce jour et propose une grande diversité d’auteur.e.s de cinq provinces canadiennes. Avec des propositions toujours intéressantes mais parfois très différentes, elle se veut à l’image du milieu de la poésie : multiple et effervescente. Acadiens, franco-canadiens et auteurs de Premières Nations y seront représentés, alors que de jeunes étoiles montantes  côtoieront des poètes bien établis ou d’autres qui ont aussi des pratiques multidisciplinaires. « Nous nous sommes donné la mission de faire rayonner la poésie actuelle dans la communauté avec ces auteurs de talents, qui ont des écritures pertinentes, touchantes, troublantes et toujours éclairantes. »

Du 1er au 4 août 2019, le Festival acadien de poésie propose donc une diversité d’évènements avec plus de 25 rendez-vous différents. Les festivaliers pourront prendre part à des lectures animées, à des ateliers d’écriture, à des expériences alliant poésie et produits du terroir, à des spectacles littéraires, des tables-rondes, des soirées mélangeant poésie et musique, etc.

Des poètes de 5 provinces canadiennes
Les poètes invités cette année sont, du Nouveau-Brunswick, Sébastien Bérubé, Luc-Antoine Chiasson, Hélène Harbec, Élisabeth Marier, Rino Morin Rossignol, Jonathan Roy, Lex Vienneau, Guyaume Boulianne, Luc-Antoine Haché, Emma Haché et Joannie Thomas ; du Québec, France Cayouette, Moe Clark (Métis), Daria Colonna, Denise Desautels, Anne-Marie Desmeules, Jean-Sébastien Larouche, Stefan Psenak, Diane Régimbald, Jean-Christophe Réhel, Jean Sioui (Wendat) et Laurence Veilleux ; de l’Ontario, Pierrot Ross-Tremblay (Innu) et du Manitoba, Bertrand Nayet.

En plus des poètes invités, d’autres artistes et intervenants seront de la partie pour des rencontres et des dialogues interdisciplinaires, soit : Le sénateur René Cormier, Diane Losier, Michèle Bouchard, Simon Daniel, Tire le Coyotte, Sonia Jalbert, P’tit Belliveau et les Grosses Coques, Sébastien Michaud, Kevin McIntyre, Jean-Marie « Pit » Benoit et Shaun Ferguson.

De la nouveauté
Parmi les nouveautés, notons l’événement « Gou?ter le poème : Accords poe?sie-vin », qui propose des lectures et dégustations. La sommelière Sonia Jalbert accueillera dans son restaurant des poètes et le public pour une dégustation inspirée de sa lecture des poètes présents. Pour chaque lecture, un accord de vins et de produits du terroir différent sera proposé, qui évoquera l’énergie du texte.

Comme lors des dernières éditions, on fera également une place à des poètes de la relève, dont certains seront sans aucun doute les grands de demain. « Le Festival travaille ainsi au développement de la poésie en Acadie, et ça porte fruit ! »,  souligne celui qui a justement pu faire ses preuves comme jeune poète au Festival, il y a de cela quelques années. Après une première édition fructueuse, ce sera donc le retour de la série « De la plume au micro » en collaboration avec la revue Ancrages, qui permettra aux poètes en herbe de travailler leurs textes et de les présenter devant public et même de voir leurs textes publiés. Pour Jonathan Roy, il est intéressant de constater que ce type d’efforts axés sur la relève, tout comme le Shift de nuit qui fait notamment place à des auteurs émergents, semble avoir un impact positif sur le milieu et sur le renouveau de la poésie, comme en témoigne la présentation des nouveautés des Éditions Perce-Neige, qui mettra de l’avant trois jeunes auteurs de la Péninsule acadienne.

Pour l’organisation, il est primordial d’ancrer les activités poétiques dans le cœur de la ville et de surprendre le public au détour tout en mettant aussi en valeur notre lieu de vie : « Nous sommes de plus en plus présent dans la communauté, sur le bord de mer qui fait notre particularité, dans nos cafés et restos. Nous aimons bien jouer dans des tales inattendues, notamment en  rapprochant la poésie des autres disciplines artistiques. Par exemple, nous nous sommes associés avec un nouveau joueur dans la communauté,  Festival d’humour RIEN., pour mettre sur pied la micro-résidence de création « Écrire avec ses poings » où le poète engagé Sébastien Bérubé se joindra à l’humoriste pamphlétaire Fred Dubé pour créer un numéro hybride qui sera présenté durant le Shift de nuit. » La musique sera encore de la partie, et ce dès la soirée d’ouverture avec la présence des artistes Simon Daniel et Tire le Coyote qui présenteront leur musique et accueilleront aussi des poètes sur scène, lors d’un spectacle présenté en collaboration avec le Festival acadien de Caraquet.

Le retour des incontournables et un clin d’œil à la résistance ontarienne
Toujours entre poésie et musique, les incontournables soirées de poésie du Festival seront de retour, soit Les Poètes arrivent en ville, Voir Miscou et mourir… et  la Soirée de poésie Martin-Pître. Ce sont des soirées à plus grand déploiement, où des musiciens proposeront des environnements sonores lors des lectures des poètes du Festival. Parce que la poésie vit si bien sur scène, la Soirée de poésie Martin-Pître sera suivie du spectacle littéraire VOX DES ISKWE?WOMXN conçu en partenariat avec la Maison de la littérature de l’Institut canadien de Québec. Créé lors d’une résidence de création a? la Maison de la littérature par les femmes poètes Joannie Thomas, Emma Haché, Moe Clark et Anne-Marie Desmeules, on y explore les multiples facettes de la féminité? et du féminisme en 2019. Il sera présenté en primeur acadienne lors du Festival.

Enfin, parce que la poésie peut être une forme de discours puissante dans l’espace public, la table-ronde « Quand le poétique devient politique » s’inscrira dans la foulée de la parution du collectif ontarien Poèmes de la résistance aux Éditions Prise de parole. On y mettra de l’avant des poètes engagés ou militants pour différentes causes, qui échangeront sur la fine frontière qui sépare parfois la démarche poétique de l’engagement politique. La table ronde sera suivie plus tard le vendredi par un 5 à 7 mettant de l’avant des poèmes engagés d’auteurs franco-canadiens.

En événement pré-festival, le Festival acadien de poésie s’est aussi associé aux Rendez-vous de la fierté Acadie Love pour la mise sur pied du Cabaret Poésie Love le 11 juillet, qui célèbrera l’apport de la communauté LGBTQ+ à la poésie en Acadie. Elle mettra en vedette Xavier Gould, France Daigle, Sébastien Lord-Émard, Monica Bolduc, Carl Philippe Gionet et, en musique, Maggie Savoie.

Le 23e Festival acadien de poésie est appuyé financièrement par Tablo Solution, présentateur officiel de l’événement. Il bénéficie aussi de l’appui financier du Conseil des arts du Canada, de la Province du Nouveau-Brunswick, du Secrétariat aux relations canadiennes du Québec, du Regroupement des éditeurs franco-canadiens, de l’Union des écrivaines et écrivains québécois et de nombreux partenaires de diffusions.

La programmation complète du Festival est disponible sur le site www.fapoesie.ca