C’est ça l’amour, et Il était une fois à … Hollywood, deux nouveautés captivantes et rafraichissantes au cinéma Le Clap, en cette semaine de canicule!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
27

En cette fin du mois de juillet très chaud, il n’y a rien de mieux, en plein après-midi, que d’aller voir les nouveautés à l’affiche au cinéma Le Clap. Je n’étais pas la seule à avoir cette idée, puisque les salles étaient pleines pour les deux films que je suis allée voir. Le drame français C’est ça l’amour, est débordant de moments touchants et est un bel hommage à la paternité. Également le film Il était une fois à … Hollywood de Quentin Tarantino est une comédie dramatique de plus de deux heures trente minutes, qui est un réel divertissement. C’est un hommage au cinéma, une nostalgie des séries télé et des films hollywoodiens des années 50 et 60, et naturellement, une signature visuelle et unique de Quentin Tarantino. On ne peut pas manquer cela.   

C’est ça l’amour de Claire Burger

Présenté en V.O.F. Durée: 98 min

Résumé : Fonctionnaire de carrière, Mario doit aujourd’hui s’occuper seul de la maisonnée et prendre soin de ses deux adolescentes, car Armelle, sa femme, l’a quitté. Il doit aussi conjuguer avec le caractère difficile de sa plus jeune, Frida, qui l’accuse d’avoir brisé la cellule familiale, pendant que sa plus vieille, Niki, rêve de liberté. Mais Mario ne peut se résoudre à cette séparation et tente de regagner le cœur de son ex. Malgré des échecs successifs, il réussit à demeurer le plus précieux des alliés pour ses deux filles.

Lorsqu’une famille se sépare, ce n’est facile pour personne et il y a des dommages collatéraux douloureux pour les enfants. C’est un peu ce qu’on nous propose avec ce drame touchant qui met l’accent sur la paternité et l’amour d’un homme pour ses enfants. Bien qu’il tente de reconquérir sa femme, Mario continue d’être là pour ses filles. Bouli Lanners, que je ne connaissais pas comme acteur, est excellent dans le rôle du père détruit par  le départ de sa conjointe et un peu perdu dans la manière dont il pourrait se rapprocher de sa plus jeune fille, en pleine crise d’adolescence et en quête d’identité. Les deux jeunes filles Sarah Henochsberg et Justine Lacroix crèvent l’écran dans leurs rôles respectifs des filles de Mario.

Ce film est à voir pour bien apprécier le quotidien des familles qui tentent de se reconstruire suite à une séparation et pour bien comprendre les répercussions que peuvent avoir ces séparations sur les enfants. C’est touchant, tendre, doux et houleux parfois. Avec une réalisation sobre et authentique de Claire Burger, on passe un bon moment avec ce film et on a le goût d’aller étreindre nos enfants après la projection.

Drame écrit et réalisé par Claire Burger. Int. : Bouli Lanners, Justine Lacroix, Sarah Henochsberg.

Il était une fois à… Hollywood

 Il était une fois à … Hollywood, Un film de Quentin Tarantino

Présenté en V.O.A.S.-T.F.  et en V.F Durée: 161 min

Résumé : Hollywood, 1969. Rick Dalton est une star de la télévision américaine qui sent toutefois que sa carrière s’essouffle peu à peu. Cliff Booth, cascadeur et doublure de longue date de Rick Dalton, en subit les effets négatifs par ricochet. Ensemble, ils s’engageront dans une quête ultime afin de revigorer leurs carrières. Le seul problème est qu’ils ne reconnaissent plus l’industrie qui les a nourris.

Pour ceux qui connaissent Quentin Tarantino et aiment son œuvre, ils seront servis avec ce neuvième film qui se veut un hommage au cinéma hollywoodien des années 60. Tous les ingrédients qui font la force des films de Tarantino sont réunis dans ce puissant film qui n’hésite pas à modifier le cours de l’histoire des faits réels pour raconter la vie de cet acteur en fin de carrière (joué avec fougue et émotions par Leonardo DiCaprio) et celle de sa doublure, le cascadeur Cliff (toujours aussi sublime Brad Pitt). À elles seules, leurs performances valent le déplacement pour voir ce film. Et il faut absolument voir ce film sur grand écran, puisque Quentin n’a pas lésiné sur les moyens pour nous ramener le décor du Hollywood des années 60,  avec moult détails et précisions. Quelle belle nostalgie de se replonger dans cette époque, les lieux de tournage, les westerns spaghettis, mais aussi les séries télé cultes de cette époque, telle que Mannix, et même les autos, les rues, les publicités, les maisons, les tendances capillaires, les vêtements, bref, du vrai bonbon. Les deux premières heures du film sont consacrées à cette belle nostalgie hollywoodienne.

En plus de Brad et Leo, on retrouve Al Pacino dans un rôle savoureux, soit celui de l’agent de Rick. Il y a aussi Margot Robbie qui incarne Sharon Tate dont on suit également les déboires. Bien que l’on connaisse sa vraie histoire, soit que Sharon a été assassinée par trois adeptes de la secte fondée par Charles Manson, alors qu’elle était enceinte de huit mois, le 9 août 1969, Quentin a choisi d’emprunter ce brin de réalité et l’adapter dans son film, donnant droit à une scène époustouflante comme seul Tarantino peut les imaginer. À la fois drôle et épouvantable à regarder, ce moment devient le point culminant du film. Je n’en dirai pas plus.                          

Comédie dramatique écrite et réalisée par Quentin Tarantino. Int. : Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie, Al Pacino, Kurt Russell, Timothy Olyphant.

 Pour l’horaire de tous ces films au cinéma Le Clap ainsi que la liste des autres films présentés dans ce cinéma :  http://www.clap.qc.ca/