Entrevue avec les artisans du film Fabuleuses, en salle dès le 23 aout.

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
60

Après une grande première à Montréal le 20 aout dernier, les artisans du film Fabuleuses sont venus présenter ce long métrage au cinéma Beauport le 21 aout, pour les gens de Québec. J’en ai profité pour discuter avec les femmes de ce film, lors d’une entrevue d’une vingtaine de minutes.  À l’affiche dès le 23 août un peu partout au Québec.

Produit par Nicole Robert de Go Films, scénarisé par Geneviève Pettersen et Mélanie Charbonneau, et réalisé par Mélanie Charbonneau, FABULEUSES met en vedette Noémie O’Farrell, Juliette Gosselin et Mounia Zahzam dans les rôles de trois amies en quête de reconnaissance à l’ère de l’amitié 2.0 et des réseaux sociaux, où l’impact des technologies et le rapport à l’image sont omniprésents.

Synopsis : Il y a Laurie, la fille d’à côté qui tente de devenir fabuleuse. Il y a Clara, la star des médias sociaux qui carbure aux « likes », et il y a Élizabeth, qui s’insurge contre tout ça. Les trois amies vivront l’été de tous les possibles, expérimentant de façon un peu chaotique les paradoxes auxquels doit faire face toute jeune femme moderne.

Table ronde avec Mélanie Charbonneau coscénariste et réalisatrice, et les trois actrices principales du film Fabuleuses Noémie O’Farrell, Juliette Gosselin et Mounia Zahzam

 Mélanie Charbonneau coscénariste et réalisatrice : Deux des actrices de votre série Web Les stagiaires se retrouvent dans votre film. Et la scène de départ, c’est un peu comme dans le dernier épisode de la série web, alors que Laurie reçoit un bouchon de champagne dans l’œil.  On comprend que ce film est inspiré des Stagiaires, mais ce n’est pas la suite, ni complètement les mêmes personnages? Expliquez-moi. Écoutez Mélanie, Juliette et Noémie nous parler de la : genese_du_film.

Juliette Gosselin

Juliette Gosselin: «Bien que ce sont les deux mêmes personnages de Laurie et Clara, elles ont grandi et vieilli. Elles se sont raffinées. On a eu le temps d’y penser et de les travailler. Dans la web série, Clara Diamond était plus snob. Dans le film, on lui a donné des couches de profondeurs et on a humanisé ce personnage de Clara. Si tu regardes juste les 10 premières minutes du film, sans donner une chance au film, tu penserais que c’est une grosse caricature ce film-là, mais si tu persistes, tu vois comment chacun des personnages est rempli de paradoxes, de contradictions et des couches diverses. »

 Ce qui est intéressant dans ce film, c’est que ces filles se transforment au contact l’une de l’autre.

Noémie O’Farrell : «Il n’y a pas des bons et des méchants dans ce film. Tous les personnages portent les deux en eux et s’interinfluencent. On a tous un impact les unes sur les autres. Et c’est intéressant la manière dont tout cela est écrit et comment les personnages évoluent.»

 Mélanie :  «On a repris un peu le cadre de ce que c’est un «chick flick» mais on a changé l’intérieur. On est allé plus dans les nuances, moins dans les archétypes. On a eu envie de faire le film qu’on aurait aimé voir, quand on avait 20 ans. Après l’université, tu te cherches un peu. Tu veux te réaliser, tu cherches ton emploi de rêve, mais tu n’y arrives pas au début. Tu n’as pas d’argent. Mais au final, pendant ce moment-là, ce qui est précieux, c’est tes amis. C’est ce que le film montre, en incluant la nouvelle donnée des réseaux sociaux. On peut avoir l’impression que la réussite passe seulement par les réseaux sociaux.  Et il y a énormément de jeunes femmes qui veulent devenir influenceuses. On a voulu explorer ça et montrer un peu l’envers du décor.»

Écoutez Noémie renchérir sur le : portrait_de_generation

Mounia Zahzam, Noémie O’Farrell

Mounia : Contrairement à Noémie et Juliette, tu n’as pas joué dans la websérie Les Stagiaires, donc tu t’ajoutes à cette gang qui se connaît déjà. Tu incarnes Élisabeth violoncelliste qui tente de percer dans son domaine. Est-ce que tu joues pour vrai de ton instrument de musique? ou tu as appris pour le film? « J’en ai joué pendant un mois et demi. C’était un gros défi à relever. J’ai répété une heure et demie tous les jours, pendant ce mois et demi. J’en avais de la corne au bout des doigts. Ce n’est pas moi qu’on entend dans le film, mais c’est mes doigts qu’on voit. Et mon ex-copain, qui est violoncelliste, était très fier de moi hier, à la première à Montréal. Il trouvait que c’était très réussi. »

Donc, on comprend que ce personnage est probablement loin de vous Mounia. On voit aujourd’hui que vous avez des ongles qui pourraient appartenir à Clara Diamond ?  Comment ces jeunes femmes vous ressemblent ou sont loin de vous dans la vie? Écoutez Mounia, Noémie et Juliette parler des : similitudes

C’est votre premier long métrage Mélanie, même si vous avez déjà écrit et réalisé des courts-métrages. Vous avez coécrit ce film avec Geneviève Pettersen. Pourquoi écrire à deux?  «Parce que Geneviève et moi avions écrit la web série Les stagiaires ensemble. Et on écrit super bien ensemble. On se relance beaucoup. C’est vraiment un scénario écrit à quatre mains. On se complète bien. Mais il y a aussi beaucoup de répliques qui proviennent des actrices elles-mêmes. Quand on s’est mis à répéter, chacune d’elles se sont approprié son texte et lui a donné une saveur. Par exemple, c’est Juliette qui a amené le langage de Clara Diamond avec ses expressions shine bright diamond, legit… » Noémie renchérit «C’est grâce au fait qu’on a pu répéter avant de tourner qu’on a pu ajouter notre saveur. Et cela est précieux. Un peu comme au théâtre, on a alors le temps de s’ancrer dans notre personnage et on sait mieux comment il parle. Donc, on pouvait changer des répliques, quelques mots, qu’on sent mieux adaptées à  notre personnage. » Mounia en ajoute «C’est agréable que pour mon premier grand plateau, je ne me sente pas seulement interprète, mais également créatrice sur ce projet, car Mélanie était ouverte à nos propositions. »

Écoutez Mélanie parler d’une anecdote concernant une scène avec Noémie qui a fait une : proposition

Mélanie Charbonneau

Après la projection, j’ai eu une pensée… Pourrait-il y avoir une suite à Fabuleuses ? J’en aurais pris encore. Unanimement les actrices et la réalisatrice ont répondu avec un grand «Ouiiii! » Elles aussi le souhaiteraient bien. «Encore Fabuleuses » propose même Mélanie. Et étonnamment, ce fut la réaction de plusieurs personnes lors de la première à Montréal, a renchéri Noémie.  Ne reste plus qu’à espérer que ça se concrétise.

Ce qui est intéressant dans ce film, c’est que, contrairement aux films de filles américains, où tout est parfait, léché, lisse, ici, on voit la vraie vie, les défauts, les moments moins glorieux. Écoutez Noémie nous parler de son personnage qui a des moments intimes à jouer et les imperfections :  intimite_et_imperfection

Quels sont vos autres projets en cours? Voici Juliette, puis Noémie et Mounia qui parle de leurs projets : projets_des_actrices

FABULEUSES

Distribution

Laurie              Noémie O’Farrell

Clara Diamond  Juliette Gosselin

Élisabeth         Mounia Zahzam

Antoine           Alexandre Nachi

Chris Leroy     Alexandre Bacon

Magalie           Olivia Palacci

Tommy           Mikhaïl Ahooja

Céline              Hélène Major

Sébastien         Adrien Bletton

Rachelle          Geneviève Boivin-Roussy

 

Réalisatrice      Mélanie Charbonneau

Scénaristes      Geneviève Pettersen et Mélanie Charbonneau

Productrice      Nicole Robert

Image             Ariel Méthot-Bellemare

Conception artistique  Éric Barbeau

Montage          Isabelle Malenfant

Son                  Lynne Trepanier

Musique originale       Antoine Rochette et David Rancourt

Costumes        Guillaume Laflamme

Distribution des rôles  Catherine Didelot

Coiffure          Daniel Jacob

Maquillage      Léonie Lévesque-Robert

Chanson thème /paroles Sarahmée

Visionnez le vidéoclip

Visionnez la bande annonce

Crédit photos : Réjeanne Bouchard