Vivre à 100 milles à l’heure, une fiction semi-autobiographique efficace, nostalgique et le blues à son meilleur!

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)

Dans le cadre du FCVQ, Louis Bélanger venait présenter, le 19 septembre dernier, son tout récent film Vivre à 100 milles à l’heure, au Diamant de Québec, en grande première. Cette fiction semi-autobiographique pour tous, sur l’amitié et le passage de l’âge adulte à Québec dans les années 70-80, est à la fois efficace et nostalgique et contient une bonne dose de blues en trame sonore, par Guy Bélanger et Claude Fradette ainsi que la collaboration de Nanette Workman. Ce film prendra l’affiche un peu partout au cinéma dès le 27 septembre 2019. 

Mes entrevues avec les artisans du film sont disponibles via ce lien : http://info-culture.biz/2019/09/20/entrevue-avec-les-artisans-du-film-vivre-100-milles-lheure-de-louis-belanger/

Synopsis : Louis, Éric et Daniel sont inséparables. Ils sont jeunes, téméraires et vivent à 100 milles à l’heure. Rapidement, les jeux d’enfants prennent le chemin du petit crime désorganisé. Leur amitié sera mise à rude épreuve. Cette comédie dramatique pose un regard tendre et décalé sur la période à la fois trouble et enivrante du passage à l’âge adulte, avec la ville de Québec et ses années 1970 et 1980 en toile de fond.

Ce tout récent long métrage de Louis Bélanger, bien qu’il soit inspiré de l’adolescence du scénariste réalisateur et ses amis, demeure une fiction et présente un portrait d’une certaine jeunesse, dont les jeux d’enfants à la recherche de sensations fortes, prennent un tournant plus grave et dévastateur qu’ils ne le souhaitaient, à l’aube de l’âge adulte. Ils en seront marqués à jamais.

Cette fiction semi-autobiographique est un film pour tous. Autant les jeunes se reconnaîtront et s’amuseront de voir la témérité et l’audace des ados en manque de sensations fortes, autant les adultes vivront de la nostalgie à se replonger dans les années 70-80. De plus, les gens de Québec prendront plaisir de voir leur ville d’il y a quelques décennies. Et les amateurs de musique des années 70, du rock & roll, au blues endiablé, seront choyés par cette trame sonore du célèbre duo Guy Bélanger et Claude Fradette qui font équipe avec Louis depuis plusieurs films déjà. Ajoutez à cela la collaboration de Nanette Workman sur quelques pièces clés du film, dont la musique du générique de fin, et vous avez là une bonne raison de regarder défiler les noms à la fin de la projection.

L’histoire qui nous est racontée, s’inspire de la jeunesse de Louis et on s’attache rapidement à ces jeunes et à leurs défis qu’ils se lancent. Mais à mesure que les conséquences de leurs actes les rattrapent, le public passe par une belle gamme d’émotion de peur, d’empathie, de tristesse et de joie.

Les acteurs, autant les jeunes que les plus vieux sont excellents. Plusieurs de ces jeunes en sont à leur première apparition dans un film, et c’est intéressant de voir de nouveaux visages à l’écran. La transition entre les diverses époques et personnages coule bien. Bien que ce sont toujours 3 acteurs différents qui incarnent le même personnage à divers âges, c’est suffisamment réaliste pour y croire vraiment.

Parmi les rôles secondaires, je me dois de mentionner celui de Tino, interprété par Benoit McGinnis. Ce petit bum dealer fait peur à souhait, avec son look pas très rassurant et sa manie de parler de lui-même à la troisième personne. Il apparaît seulement quelques minutes à l’écran, mais il est hyper convaincant!

Louis Bélanger a choisi de raconter son film avec une narration en voix off, qui n’est pas sans rappeler les récents films de Ricardo Trogi. Étant par contre plus dramatique que comique, ce film met en lumière, la recherche identitaire à l’approche de l’âge adulte, l’amitié qui perdure au-delà de l’enfance et les conséquences de se mêler à la drogue et aux trafiquants.

Liste artistique

Louis (18 ans et +) Rémi Goulet

(14 à 17 ans) Elijah Patrice-Baudelot

(10 à 14 ans) Matt Hébert

Daniel (18 ans et +) Antoine L’Écuyer

(14 à 17 ans) Zakary Methot

(10 à 14 ans) Nicolas Guay

Éric (18 ans et +) Félix-Antoine Cantin

(14 à 17 ans) Dylan Walsh

Nathalie (18 ans et +) Sandrine Poirier-Allard

(13 à 16 ans) Cassandra Latreille

(10 à 14 ans) Anais Gonzalez

Pérusse  Maxime Dumontier

Tino  Benoît McGinnis

Mère de Louis  Marie-Hélène Thibault

Liste Technique

Scénariste et réalisateur Louis Bélanger

Producteur  François Tremblay

Productrices exécutives Lyse Lafontaine   Nathalie Brunet

Directeur de production Alexandre Frigon

Directeur de la photographie Pierre Mignot

Concepteur artistique Mario Hervieux

Casting  Nathalie Boutrie, A.D.C.Q.   Emanuelle Beaugrand-Champagne, A.D.C.Q.

Costumes  Brigitte Desroches

Maquillage  Kathryn Casault

Coiffure  France Latreille

Directeur de postproduction Pierre Thériault

Monteur  Claude Palardy

Photographe de plateau Véro Boncompagni

Musique  Guy Bélanger et Claude Fradette

Durée du film  1hre 43minutes

Crédit photos : Véro Boncompagni