Là où le sang se mêle – Une pièce coup de poing et coup de cœur au Diamant

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
38
Floyd et sa fille Christine

8 au 12 octobre à 19 h sauf le samedi 12 octobre à 14 h

90 minutes sans entracte

Un service de thé du Labrador ainsi qu’un cercle de guérison animé par une personne aînée de la nation Wendat suit la pièce de théâtre.

LÀ OÙ LE SANG SE MÊLE – SYNOPSIS
Une œuvre actuelle qui nous remémore la période des pensionnats, très marquante pour ceux qui y ont passé leur jeunesse et qui gardent, au plus profond de leurs âmes, ces sombres souvenirs.

Avec cette pièce, le metteur en scène Charles Bender pénètre sans complaisance dans l’intimité quotidienne des autochtones qui n’ont que leur humanité comme ressource pour trouver la résilience.

Floyd, un homme qui a perdu beaucoup d’illusions et qui noie autant ses souvenirs que son ennui dans l’alcool, retrouve jour après jour son ami d’enfance, Quêteux, à la taverne du village de l’autre côté de la rivière. Il reçoit un jour une lettre de sa fille qui lui a été enlevée par les services sociaux et qui fut mise en adoption suite au suicide de sa mère il y a plus de 20 ans. Celle-ci, élevée en ville et curieuse de son héritage, aimerait faire sa connaissance et renouer avec ses racines oubliées. Soudainement, deux décennies de fuite et de déni se préparent à le rattraper.

Mes impressions de la pièce

Ce drame est très touchant sans tomber dans le misérabiliste, on rit même parfois.  On ressent de l’empathie envers le peuple, la fille, etc.  C’est une pièce qui va de l’avant et qui tente de nous redonner de l’espoir.  Une mise en scène intelligente qui appelle à la confession et au pardon.   On nous montre les gens tel qu’ils sont dans leur humanité.  C’est très intéressant de voir ce que les gens essaient de cacher du passé parce que c’est trop dur à gérer et à quel point ils peuvent être résilients. Les interprètes sont fabuleux, ils ne jouent pas un rôle, ils le vivent.

Le décor et la musique

Tous les sièges  sont placés en rond avec le centre dénudé jusqu’à ce qu’on apporte une table et des chaises qu’on déplace au gré de la pièce.  La musique des peuples autochtones ajoute à la beauté de bons moments.

À propos de la pièce

Cette adaptation de Where The Blood Mixes par Kevin Loring, auteur de la nation Nlaka’pamux en Colombie-Britannique et directeur artistique du Théâtre autochtone du CNA (Ottawa), est une œuvre ancrée dans la réalité contemporaine des autochtones.

Prix du gouverneur général en 2009, le texte rappelle l’impact de la période des pensionnats, très marquante pour ceux qui y ont passé leur jeunesse et qui gardent, au plus profond de leurs âmes, ces sombres souvenirs.

Cette œuvre essentielle s’est méritée plusieurs honneurs dont : le Governor General’s Award for English-language drama, le Herman Voaden Playwriting Competition et leJessie Richardson Award for Outstanding Original Script.

Menuentakuan, le nom de la compagnie, signifie « prendre le thé ensemble, se dire les vraies choses dans le plaisir et la bonne humeur ». La compagnie est fortement engagée dans l’émergence d’une dramaturgie autochtone contemporaine.

Là où le sang se mêle fait référence à l’endroit sacré ou les rivières se mélangent.

DISTRIBUTION

MARCO COLLIN FLOYD
SOLEIL LAUNIÈRE CHRISTINE
CHARLES BENDER QUÊTEUX
XAVIER HUARD GEORGES
EMILIE MONNET JUNE

CRÉDITS

PRODUIT PAR MENUENTAKUAN
EN COLLABORATION AVEC TEESRI DUNIYA
AUTEUR KEVIN LORING

MISE EN SCÈNE ET TRADUCTION CHARLES BENDER
ASSISTANCE À LA MISE EN SCÈNE ELAINE NORMANDEAU
DIRECTION DE PRODUCTION LUCIE MINEAU

CONCEPTION D’ÉCLAIRAGE ET MENTORAT TECHNIQUE GEOFF LEVINE

DIRECTEUR TECHNIQUE JEAN-CHRISTIAN GAGNON

RÉGIE LAURA-ROSE GRENIER

CONCEPTION SONORE
MUSIQUE NOMADE (COLLABORATION)
MOE CLARK
LAURA NIQUAY
QUINN BONNELL
TRAVIS MERCREDI

CONCEPTION DÉCORS-COSTUMES XAVIER MA

Prochains événements à suivre

En plus de la pièce, Le Diamant élargit son regard sur les pratiques artistiques autochtones en ajoutant deux éléments à sa programmation avec :

Regards sur la nouvelle dramaturgie autochtone


(Table ronde et lecture musicale)
Dimanche 13 octobre 2019 au foyer du Diamant
Événement gratuit | Nombre de places limitées (premier arrivé, premier servi)

un après-midi de rencontres et de discussions sur les nouvelles écritures scéniques des arts vivants autochtones.  La rencontre sera animé par Charles Bender, acteur, metteur en scène et traducteur de Là où le sang se mêle, avec la participation d’Émilie Monnet, auteure et interprète, de Louis-Karl Picard-Sioui, auteur, et de la Dre Lindsay Lachance, collaboratrice artistique du Théâtre autochtone du CNA.

Différents thèmes reliés à l’émergence du théâtre contemporain autochtone seront abordés, et l’événement sera ponctué d’une lecture musicale de la pièce Okinum d’Émilie Monnet.

Nagamoona – Chants dans le ton des Cris
Mercredi 13 novembre 2019

Mise en vente des billets : 9 octobre à midi

Un spectacle qui nous plongera dans l’univers des Cris en cette veille de la semaine du Salon du livre des Premières Nations.

Tomson Highway présente une compilation des chansons qu’il a écrites au cours des trente dernières années. Ce dramaturge, compositeur et musicien cri a été nommé l’un des 50 Canadiens les plus influents par le Maclean’s Magazine.

Cette soirée cabaret présentera des chansons interprétées en cri, en anglais et en français par Patricia Cano, péruvienne et canadienne, qui sera accompagnée par le saxophoniste de jazz Marcus Ali et par Tomson Highway lui-même au piano.

Billetterie du Diamant
Les billets sont disponibles sur le site Internet (lediamant.ca) en tout temps ou à la billetterie du Diamant du mardi au dimanche de midi à 18 h (418 692-5353).

Tarif 15 ans et moins : 15 $
La tarification spéciale destinée aux jeunes de quinze ans et moins accompagnés d’un adulte s’applique à toutes les représentations de Là où le sang se mêle et Nagamoona. Une façon pour Le Diamant d’initier un jeune public aux arts vivants.