Les fleurs oubliées d’André Forcier: un poème environnemental au goût du jour

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
Les artisans du film les Fleurs oubliées présents lors de la première, Donald Pilon, Linda Pinet, André Forcier Yves Jacques, François Pinet Forcier

Le 22 octobre, le cinéma Le Clap de Ste-Foy présentait la première du 14e long métrage d’André Forcier réalisateur, accompagné pour l’occasion de son fils François Pinet-Forcier, coréalisateur et coscénariste des Fleurs oubliées. La représentation s’est déroulée sous les yeux charmés d’un public hétéroclite constitué de  divers groupes environnementaux, soucieux du sort écologique de la planète, et d’ardents fanatiques de ce prolifique créateur de cinéma engagé qui sait si bien magnifier le talent des autres. Ce film prendra l’affiche au Québec le 25 octobre, après avoir été présenté en première mondiale au Festival du nouveau cinéma de Montréal le 16 octobre.

Les fleurs oubliées est  un poème environnemental, au goût du jour, il nous parle d’un enjeu politique et social  très actuel. Ce film nous fait voyager entre ciel et terre en nous ramenant à la vie le frère Marie-Victorin de façon magique et surréaliste. Il nous est  raconté comme une fable, avec des personnages colorés, crédibles, drôles qui déclenchent à quelques reprises un fou rire chez les spectateurs. La beauté de ses images autant que les choix musicaux sont révélateurs de l’urgence de protéger notre planète afin d’assurer un avenir à nos petits-enfants et leurs enfants.

André Forcier répondant aux questions des spectateurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une Louve d’honneur pour André Forcier

Rappelons également que le Festival du nouveau cinéma a remis une Louve d’honneur à André Forcier pour l’ensemble de sa carrière, le 18 octobre, lors de sa soirée d’ouverture.

Ce film de Forcier met en vedette plusieurs acteurs dont  Roy Dupuis, Yves Jacques, Christine Beaulieu, Juliette Gosselin, Émile Schneider, Mylène MacKay, Louis Champagne, Donald Pilon, France Castel, Anne Casabonne et Gaston Lepage.

Synopsis

Albert Payette (Roy Dupuis), ex-agronome et apiculteur, pollinise les toits de Montréal avec son neveu Jerry (Émile Schneider) pour sauver les abeilles. Devant l’urgence écologique, le Frère Marie-Victorin (Yves Jacques), auteur de la Flore Laurentienne et fondateur du jardin botanique quitte le ciel trop plate pour lui venir en aide. Albert lui fait découvrir son hydromel qu’il vend à des bourgeoises pour financer son départ vers Mingan. Lili de La Rosbil (Juliette Gosselin), journaliste au Ras-le-Bol et Mathilde Gauvreau (Christine Beaulieu), solide avocate, mettront tout en œuvre pour sauver les travailleurs agricoles mexicains, aux prises avec Transgénia, multinationale qui empoisonne la Terre à coups de produits chimiques. Cette fable naturaliste connaîtra son dénouement sur le territoire vierge et somptueux de la Minganie où Albert y produit l’hydromel le plus septentrional du monde.

André Forcier, réalisateur

Filmographie d’André Forcier

Chroniques Labradoriennes, premier court métrage d’André Forcier, est sélectionné pour représenter le Canada au Pavillon de la Jeunesse à Expo 67. Au cours des deux années suivantes, il tourne et produit à compte d’auteur Le retour de l’Immaculée Conception. En 1974, après le succès de Bar Salon, Forcier reçoit des mains de Vittorio De Sica la « Sirène d’argent » au festival de Sorrente en Italie. Depuis lors, il construit contre vents, modes et marées une œuvre sans cesse remarquée pour son atmosphère fantaisiste et caustique. Dans la filmographie, citons, L’eau chaude, l’eau frette, le classique Au clair de la luneKalamazooUne histoire inventéeLe vent du WyomingLa Comtesse de Baton RougeLes États-Unis d’AlbertJe me souviensCoteau Rouge et Embrasse-moi comme tu m’aimes. En 1987, il est le premier cinéaste québécois à avoir une rétrospective à la Cinémathèque française. En 2003, il est récipiendaire du prestigieux prix Albert-Tessier et en mars 2010, il reçoit le Prix de la Gouverneure générale du Canada, la plus haute distinction en arts médiatiques au pays. Le gala Québec Cinéma lui remet un prix hommage en 2018.

Yves Jacques. Donald Pilon et François Pinet Forcier

Les fleurs oubliées est produit par André Forcier, Linda Pinet, Louis Laverdière et Jean-François RoeslerLe scénario est l’œuvre d’André Forcier, Linda Pinet, François Pinet-Forcier, Renaud Pinet-Forcier et Jean Boileau. La direction de la photographie est assurée par Nathalie Moliavko-Visotzky, la direction artistique par Patrice Bengle. La musique est une composition de Robert Fusil et les chiens fous et de Jo Millette.

Les fleurs oubliées est une production des Films du Paria et d’Exogène films avec la participation financière de la SODEC, de Téléfilm Canada, du Fonds Québecor et des programmes de crédit d’impôt provincial et fédéral. Il est distribué au Canada et à l’étranger par Filmoption International.

Bande annonce : https://vimeo.com/filmoptionint/lesfleursoubliees

Crédit photo : Réjeanne Bouchard,photographe