Le nouveau spectacle de The other theatre, entre science-fiction et histoire médiévale

MauvaisAcceptableCorrectTrès bienExcellent (Donnez votre avis)
All Flesh is Grass © Maxime Côté
All Flesh is Grass © Maxime Côté

À quoi ressemblera le monde en 2640? Faut-il s’en inquiéter ? Peut-on être confiant? Aucun de nous ne sera là pour le savoir. C’est pourtant en 2640 que s’achèvera l’interprétation de l’œuvre musicale la plus longue composée à ce jour, celle de John Cage intitulée ASLSP, As Slow aS Possible, « aussi lentement que possible »… Le beau spectacle présenté par la compagnie The other theatre au centre Knox à Montréal est une œuvre multidisciplinaire qui permet de réfléchir à la notion de temps, à l’insignifiance de l’humain et de la planète Terre dans l’univers et à la place de la musique dans l’histoire de l’humanité.

The other theatre est une compagnie qui aime les oxymores : spectacle présenté à la fois en anglais et en français (mais surtout en français), science-fiction et histoire médiévale, danse et musique, théâtre et performance, œuvres de musique contemporaine et chants grégoriens ou polyphoniques à cappella, contribution subtile du public au jeu des acteurs. Les sept artistes ont un talent fou pour apaiser émotionnellement les spectateurs tout en leur donnant à réfléchir sur des questions philosophiques qui leur donnent le vertige.

All Flesh is Grass © Maxime Côté
All Flesh is Grass © Maxime Côté

Dans le centre Knox, une ancienne église presbytérienne désormais dédiée à l’art, une quarantaine de fauteuils entourent la scène où se produisent les artistes de All Flesh is Grass. L’ambiance est intime. Certains artistes se mêlent aux spectateurs avant d’entrer en scène. Un danseur succède à une soucoupe volante, de superbes chants à cappella précèdent de brèves présentations sur les thèmes de la notation musicale du temps de Charlemagne, du pape Grégoire 1er qui donna son nom aux chants grégoriens, du compositeur Guillaume de Machaut qui vécut au XIVe siècle, de la réticence de l’Église à l’égard du chant polyphonique ou de cette œuvre de John Cage jouée dans la petite église Saint-Buchardi d’Halberstadt en Allemagne depuis 2001 et qui ne s’achèvera qu’en 2640.

Avec douceur, intelligence et un certain humour aussi, les artistes animent la scène de leurs diverses performances et initient les spectateurs à la notion de temps en art et particulièrement en musique. Avec beaucoup de poésie aussi, ils nous permettent de rêver et de  « contempler l’éternité », nous qui sommes « prisonniers » de la Terre, la seule planète habitable à ce jour au sein de l’univers, ce « grain de poussière dans un rayon de soleil »…

Les œuvres théâtrales présentées par la compagnie The other theatre sont toujours très originales. Celle-ci l’est de nouveau avec une partie musicale très réussie grâce au talent des chanteurs de l’Ensemble Alkemia et au choix des œuvres interprétées.

 

All Flesh is Grass, du 13 au 30 novembre 2019 à l’Espace Knox à Montréal (6215 rue Godfrey)

All Flesh is Grass| une création collective

Mise en scène : Stacey Christodoulou

Avec : Ensemble ALKEMIA (Jean-François Daignault, Ghislaine Deschambault, Dorothéa Ventura), Marie-Pierre de Brienne, Catherine Lavoie, Dean Makarenko, Frédérique Rodier

Direction musicale : Jean-François Daignault

Scénographie : Amy Keith et Zoe Roux

Costumes : Cathia Pagotto

Éclairages : David Perreault Ninacs

Son : Debbie Doe

Assistance à la mise scène : Barbara Zsigovics

Direction de production et technique : Vladimir Cara

Information https://othertheatre.com/

 

Cet article a aussi été publié sur pieuvre.ca