Madeleine Ferron – L’insoumise : Trois perspectives

Le 4 avril 2010

« …un véritable hommage à une grande Beauceronne d’adoption et sa région. » 

 

C’est le 8 décembre 2009 qu’a eu lieu le lancement de cet essai biographique, un énorme projet, qui a pris 9 ans à se construire et qui a nécessité la passion de 4 auteurs ayant à cœur la Beauce et la cause de Mme Ferron. Et c’est le samedi 27 février 2010, à Québec, à l’âge de 87 ans, que la femme de lettres, Madeleine Ferron est décédée, des suites de la maladie d’Alzheimer.

Cette femme a été l’épouse de l’avocat Robert Cliche qui avait présidé la Commission d’enquête sur la violence et la corruption dans l’industrie de la construction au Québec en 1974. Elle a également eu sa propre carrière comme écrivaine entre 1966 et 1993, avec des œuvres comme Coeur de sucre et Adrienne. En 1979, elle a été nommée présidente de la Fondation Robert-Cliche pour la protection du patrimoine des Beaucerons.

Son fils David Cliche, fut un jour ministre péquiste de l’Environnement, sa sœur, la peintre Marcelle Ferron, et son frère l’écrivain et politicienJacques Ferron. On peut dire que cette famille laisse une marque définitive dans l’histoire québécoise.

Ce livre est magnifiquement bien écrit, autant au niveau de la calligraphie, dont les titres des chapitres sont tous écrits en belles lettres attachées avec un style très raffiné. Également, au niveau de la structure, cela est très soigné. Par exemple, dans la section biographie, chaque chapitre débute par une citation appropriée, puis un résumé des grands moments de l’histoire du Québec, et cela enchaîne sur la vie de Madeleine.

Le livre en soi est découpé en trois parties distinctes, trois perspectives pour rendre hommage à une grande Beauceronne d’adoption et sa région. La première perspective de ce livre répond à la soif de connaître le parcours singulier qu’a connu Madeleine Ferron. D’abord, Bernard Beauchemin jette un regard sur les forces dominantes qui ont marqué le Québec du XXe siècle. Puis s’ensuivent les grandes étapes de la vie de Madame Ferron bâties à partir d’une série de 21 entrevues avec Mme Ferrron, ses enfants, sa famille et ses amis réalisées par Gervais Lajoie,l’instigateur de ce projet. 

La deuxième perspective présente un regard critique sur les œuvres littéraires. Raymonde Labbé dégage une analyse rigoureuse de dix publications de Madeleine Ferron : De Cœur de sucre publié en 1966 àAdrienne lancé en 1993.

Quant à la troisième perspectiveAndré Garant y décrit le terreau beauceron dans lequel Madeleine Ferron s’est retrouvée peu après la fin de la guerre.

Intercalé à tout cela, on retrouve également un album de photographies de famille, auquel ont été ajoutées des légendes pour bien identifier les photos.

Ce livre est très complet, avec diverses sections qui ont été ajoutées pour récapituler des dates importantes, la liste des œuvres de Mme Ferron, etc… On a même droit à beaucoup de notes de bas de page pour plus de précision. Un vrai travail de moine, de détails et de précision. Et malheureusement, c’est peut-être un peu trop à mon avis. À moins d’avoir à faire des travaux scolaires sur le sujet, ou d’être un passionné de la Beauce ou de la famille Ferron, cette œuvre devient très ardue à lire, à cause de tous ces détails et la redondance d’informations qu’on y retrouve.

 


André Garant, Raymonde Labbé, Bernard Beauchemin et Gervais Lajoie 

Les auteurs :
Bernard Beauchemin est né le 28 août 1946 à Mont-Joli. Il a fait sa carrière dans la fonction publique du Canada et la fonction publique du Québec. S’intéressant au patrimoine, il a été le promoteur de la publication d’un ouvrage d’envergure portant sur l’histoire du Régiment de la Chaudière.

André Garant est né en 1946 à Saint-Georges-de-Beauce. Enseignant en histoire à la retraite, ce Beauceron est un amateur d’histoire et de patrimoine vivant. Au fil des ans, il publie sept monographies et rédige plusieurs écrits sur la Beauce. La transmission de la tradition orale lui tient particulièrement à cœur.

Raymonde Labbé détient une maîtrise (M. A.) en didactique du français et un doctorat (Ph. D.) en littérature québécoise de l’Université Laval. Dans sa thèse de doctorat, elle a traité l’ironie littéraire comme mode de discours et moyen de contestation. Ses recherches actuelles portent sur la découverte des signaux textuels révélateurs des actes de langage implicites des auteures.

Gervais Lajoie est né le 9 septembre 1948 à Jonquière. Après une carrière comme milicien, enseignant et directeur d’école secondaire, il consacre son temps à différents projets historiques, culturels et patrimoniaux. Impliqué auprès de différentes causes humanitaires et sociales dans son patelin d’adoption, la Beauce, il entreprend de rédiger la biographie de Madeleine Ferron.


616 pages


Chantal Fecteau, épouse de Gervais Lajoie qui a travaillé à la correction aux épreuves

 

La Fondation Gabriel-Lajoie édite le livre et partagera les profits nets de la vente avec la Fondation Robert-Cliche, un des legs majeurs de Madeleine Ferron. La Fondation Gabriel-Lajoie a été incorporée en 1997 pour supporter les jeunes dans la réalisation de leurs rêves d’avenir. Quant à la Fondation Robert-Cliche, elle existe depuis 1978 afin de soutenir financièrement des projets régionaux de conservation et de mise en valeur du patrimoine beauceron.

Ce livre est disponible dès maintenant en Beauce et à Louiseville. Il est possible de le commander auprès de l’éditeur, la Fondation Gabriel-Lajoie, au 104, 101e Rue, à Beauceville, ou en communiquant avecgervais.lajoie@sogetel.net.

 

PARTAGER
Article précédentHochelaga, mon amour
Article suivantBonheurs dérobés